Le MorvandiauPat L'humour
Le Morvan Les communautés Les flotteurs Les margotiniers Les galvachers Les nourrices Les conscrits Les musiciens Les "Ailleurs" Le calendrier Le mariage Les danses Les chansons L'humour Les tissus Les habits La lessive Les métiers
disparus d'Avallon
A voir Les parlers
morvandiaux
Les parlers
bourguignons-morvandiaux
Glossaire
bourguignon-morvandiau
Mises à jour

Anecdotes morvandelles

Ces quelques anecdotes donneront une idée de l'avarice, de la brutalité, mais aussi de l'esprit, de la malice, de la rouerie et de la simplicité des habitants des montages du Morvan.

3 petites filles...

Pendant les vacances en Morvan, trois petites filles sont en train de discuter sérieusement.
La première, une petite Parisienne, affirme que son dernier petit frère a été acheté au Palais de la Nouveauté. La deuxième, une petite Lyonnaise, affirme que ses parents étant très riches, avaient fait venir sa petite soeur d'Italie et qu'elle était arrivée dans un chou Milan.
La petite Morvandelle, qui écoute toute étonnée, prend à son tour la parole et dit à ses petites amies :
- Vé, nous, on n'est pas riches, on ne peut pas en acheter ; papa et maman les font eux-mêmes.

Le sacristain et le médecin

Dans une commune voisine de Moulins-Engilbert, le flux de sang venait de faire de cruels ravages.
Quand l'épidémie eut cessé de sévir, le bedeau de la paroisse s'empressa d'aller trouver le médecin qui avait soigné les victimes et de lui offrir un magnifique dindon.
« Mais, Monsieur, lui dit le docteur, je ne vous connais pas ! Qui êtes vous donc ?
- Monsieur je suis le sacristain de la paroisse de...
- Mais vous n'avez pas été malade, je ne vous ai pas donné mes soins !
- Oh ! non Monsieur! grâce à Dieu ! Mais vous m'avez fait gagner assez d'argent cette année ; ça vaut bien une petite honnêteté !

Le Morvandeau et son lièvre

- Un bon Morvandeau s'en fut un jour chez le notaire de l'endroit pour avoir des papiers que le tabellion lui avait plusieurs fois refusés. Il portait à son bras un panier par le bouchon duquel on apercevait les pattes d'un lièvre. C'était un stratagème pour adoucir le notaire. Quand il eut ses papiers :
« Nout moncieu, vous prenrins t-il ben un yèvre ?
- Oh facilement et avec plaisir, mon ami.
- En ce cas nout moncieu v'êtes pu maling que mon cien ; al n'ost pai été foutu d'en prenre un c'mating. »
Là dessus il s'en fut.

La rotondité de la terre

- On disait un jour à un Morvandeau que la terre est ronde et qu'il y a des habitants juste à nos antipodes :
« Celle-là vous ne me la ferez pas gober, dit-il, leurs puits se renverseraient et ils n'auraient plus d'eau »

Un indigène de Villapourçon

- Jadis presque toutes les jeunes femmes du Morvan, dès qu'elles avaient un enfant, partaient comme nourrices à Paris.
Un indigène de Villapourçon se décida un jour à aller voir sa femme qui faisait une « nourriture » dans la capitale. L'un de ses voisins le chargea d'une commission pour son fils, vendeur dans un magasin de nouveautés. Le jeune employé fut assez peu flatté de la visite de son compatriote et de la familiarité avec laquelle ce dernier lui parlait. Il voulut faire rire ses camarades aux dépens du paysan :
« Dites donc, père Jean, lui demande-t-il, y a-t-il toujours des ânes dans notre village ?
- Il y en a toujours, mon Pierre, mais pas autant que quand tu y étais. »
Les employés du magasin partirent tous d'un franc éclat de rire, mais vous devinez aux dépens de qui.

Location d'un pré

- Un rusé Morvandeau avait affermé le pacage d'un pré pour y mettre une vache toute la journée.
Chaque jour, à midi, il allait chercher sa vache, mais il en mettait une autre à la place.
Le propriétaire du pré s'aperçut de la manoeuvre et dit à notre homme :
« Que faites-vous donc ? Vous ne devez mettre qu'une vache dans mon pré, et vous en faites paître deux !
- Mais non ! répondit le rusé compère, je n'en mets qu'une à la fois, jamais deux. Je suis donc en règle avec notre sous-seing

Chagrin de Morvandeau

- Un paysan venant de conduire au cimetière sa femme qu'il était loin de regretter. Il se rendit au presbytère pour payer les honoraires du prêtre. Il se récria contre le prix qu'on lui réclamait, le trouvant trop élevé ; il marchanda avec opiniâtreté. Le curé s'efforça de lui faire comprendre que c'était le tarif de la dernière classé qu'il n'y avait pas de prix plus bas.
« Ma foi, Monsieur le curé, s'écria le Morvandeau en colère, y'aimeros autant qu'il fusse pais meurte ! »
« j'aimerais autant qu'elle ne fût pas morte ! ».

Le beau chêne

- Un Morvandeau, qui était allé à Nevers pour plaider, faisait les cent pas devant le Palais de Justice, en attendant l'ouverture de l'audience ; il était inquiet et de mauvaise humeur. Il regardait la belle tour de la cathédrale, quand un gros chanoine l'aborda et lui dit :
« N'est-ce pas, mon brave homme, que voilà un beau chêne ? »
- Oui da, monsieur, c'en est un beau ! m'est avis qu'il doit nourrir bien des cochons, car il est de belle taille. »
Le chanoine, interdit, comprit que les vieux Morvandeaux ne sont pas tous sans malice.

Le paysan et son curé

- Un brave morvandeau, qui avait peut-être bu un peu plus qu'il ne convient, rencontra le curé de son village qui lui dit:
« Charly, c'est honteux de se mettre dans un pareil état, surtout un vendredi, le jour de la mort de Notre Seigneur ! »
L'autre, qui ne savait, quoi répondre pour s'excuser, prit un air peiné :
« Ah ! monsieur le curé, al ost donc mort, le poure houme ! y ne savot moinme pais qu'à fusse m'lède. »

Un franc ivrogne

- Un percepteur de Château-Chinon fart venir à son bureau un contribuable récalcitrant qui paye difficilement ses impôts ou qui ne les paye pas du tout.
« Dites donc, mon brave, vous me devez quatre francs d'impôts, je vous ferai des frais si vous ne me payez pas.
- Ah! monsieur, que vous tenez bien vos écritures ! c'est juste ce que je vous dois ; mais je n'ai pas le sou ; prêtez-moi donc vingt-sous, ça fera cinq francs ! »
Le percepteur, ébahi et en même temps charmé de cette réponse donne vingt sous au contribuable et lui remet en même temps un quittance de quatre francs. Il savait cependant que l'individu était un ivrogne notoire qui découvrait sa maison et vendait les tuiles pour boire.

Une demande de réduction

- Un Morvandeau, quelque peu avare, avait loué un pré pour son cheval. Trouvant la dépense trop forte il coupa la queue du cheval, puis il alla trouver le propriétaire du pré et lui demanda une réduction sur le prix du fermage :
« Mon cheval, dit-il, a la queue coupée, et pendant qu'il chasse les mouches avec sa tête, il ne pousse pas tant à la consommation. »

La femme et la vache du Morvandeau

- La femme d'un Morvandeau était gravement malade, et sa vache également. Notre homme se dit :
« Si je fais venir le médecin de Château-Chinon, il soignera bien ma femme, mais il ne voudra pas s'occuper de ma vache; par contre, si j'appelle le vétérinaire, il guérira ma vache et me donnera bien un bon conseil pour ma femme : de cette façon, je n'aurai qu'une consultation à payer. »
Il s'adressa donc au vétérinaire. L'homme de l'art, après avoir examiné la vache et, par surcroît, la femme, déclara à notre Morvandeau :
« Je pense tirer votre vache de là, mais votre femme me paraît bien en danger ! »
Très soucieux le Morvandeau dit à son jeune garçon :
« Y vai fai ène virée dans nos samps ; tu m'appellerai s'il arrivot queque chou. »
Une heure plus tard, le gamin accourt essoufflé :
« Oh p'pa ! Oh p'pa !
- Qououê qu'y ost?
- M'man il ost morte !
- Cré gaming quét'm'ai fait peu ! Y créyost que c'étôt noute vaice ! »

Billet de train

Le père Mathieu, qui a ses enfants à Paris, se décide à prendre ce nouveau moyen rapide de locomotion.
Le père Mathieu a pris rang devant le guichet de distribution des billets. Il se trouve derrière un soldat qui annonce :
« Une seconde militaire pour Paris.
- Por nouai, dit le père Mathieu qui suit, c'ost eune seconde cultivateur pô Paris ! »

Avis ! - Chaleur !

« Vu les chaleurs calorifiques que nous traversons, les habitants de la commune devront nettoyer leurs devants de maisons et laver leurs derrières à grande eau, pour en chasser les émanations fiscales qui seraient de nature à engendrer des maladies pénitencielles dont auxquelles nous serions redevables d'une mortalité à laquelle sont pas habitués nos administrés. »

Avis ! - Trouvé !

« Il a été trouvé, dans le bourg, une montre en or de femme, dont le derrière est abimé !!! »


A votre santé !

A votre santé !


Ecoute donc voir !

Veillée conte, musique et chant à l'occasion de la sortie du disque "Pays de Saulieu"
Veillée organisée à l'occasion de la sortie du disque 33 tours "Chanteurs et musiciens de villages en Morvan, pays de Saulieu".
Les conteurs, musiciens et chanteurs sont ceux qui ont participé à l'élaboration du disque.

Intervenants :

    Musiciens : Emery Bernard ; Jarillot Jean-Marie ; Puech Guy ; Gaumont Raymond
    Conteurs : Lavenier Daniel ; Bruley Joseph ; Père Deschaume ; Cordin Pierre ; Mazeau Robert
    Chanteurs : Gauthier Jeannot ; Bibi ; Mazeau Robert ; Tingault et Fabert ; Tellier Roger
    Enquêteur : Monin Robert
    Date enregistrement-création : 1 janvier 1977


    Daniel Lavenier

    Cultivateur et Garde-champêtre à Montot - Commune de Brazey-en-Morvan

      Lai p'tiote pièce carrée

      Un homme mange au restaurant à Paris et voit des toilettes pour la première fois.
      Lai Saint Gueurluchon

      Des animaux enrhumés se joignent les uns aux autres pour aller se soigner.
      Les p'tiots balais

      Un homme achète des balais de chiendent pour les toilettes.

    Joseph Bruley

    Alligny-en-Morvan

      Les vieux moulins de cheu nous

      Histoire sur le déclin des moulins.
      Vieux Morvandiaux

      Monologue sur la vie d'un vieux couple

    Père Deschaume

    Boulanger à Saulieu

      Bichez vous

      Récit de vie d'un homme enjoué.
      Mets ton bonnet ma Nannette

      Un homme préfère que sa femme se coiffe d'un simple bonnet plutôt que d'un chapeau, symbole de la sobriété de leur vie.
      Sous mon calounier

      Un homme passe les moments fort de sa vie sous son noyer.
      Vin don t'siété là


    Pierre Cordin

    Charpentier à Saulieu - Le Peupeuce

      L'Adèle

      Lors de sa nuit de noce, une femme se rend compte d'une mauvaise odeur.
      Le matou

      Monologue sur les chats.
      Le Père Jean

      Un homme qui trouve du travail aux hospices.

    Robert Mazeau

    De Saulieu

      Le Père François

      Un homme avec la braguette ouverte croise des femmes en chemin.


Sourire du Morvan

Cliquez sur la carte de votre choix !

1 - Sommeil justifié 2 - Les Élections 3 - Retour de la Foire 4 - L'esprit...de Vin 5 - Galanterie Morvandelle 6 - Le Terrassier 7 - Les Surprises d'un Déjeuner 8 - Le Devoir avant tout 9 - La Leçon de Morale 10 - La Panne 11 - Le cri...du Cœur 12 - Les tenants et les Aboutissants 13 - Sourire du Morvan 14 - Enquête Préfectorale 15 - Arrêté Municipal 16 - Agence gratuite ... de renseignements 17 - Décoré...!!! 18 - Un Bureau de Placement...inattendu 19 - La Maladie de Jésus-Christ 20 - L'Aéroplane 21 - Le Billet de Logement 22 - La Cote personnelle 23 - Au Conseil Municipal : La Signature 24 - Difficile problème 25 - Retour de Foire : illusion....d'acoustique 26 - Délicate attention 27 - Cruel embarras 28 - La Pelle 29 - Délit...de chasse 30 - Remède de Rebouteur 31 - Confidences 32 - La Rosière 33 - Aveu sincère 34 - Chez l'horloger 35 - La Crise du Lait


Sources

Variétés de folklore Morvandeau - Revue de folklore français - M. A DESFORGES
Le Morvandiau de Paris - Journal Officiel de la Société "La Morvandelle"
Veillée conte, musique et chant à l'occasion de la sortie du disque "Pays de Saulieu" - Janvier 1977