Le MorvandiauPat Les tissus
Le Morvan Les flotteurs
Les margotiniers
Les galvachers
Les nourrices
Les conscrits Les communautés
Les "Ailleurs"
Les tissus
Les habits
La lessive
Calendrier
Le mariage
Humour
Les musiciens
Les danses
A voir
Mises à jour

"Pendant des siècles, nos paysans nivernais et morvandeaux,
comme tous les paysans de France,
se sont habillés de toile et d'étoffes de laine et de fil,
fabriquées par les tisserands de village".



Jusqu'au XVIIIe siècle, un monde de laine, de chanvre et de lin

On peine à imaginer aujourd'hui toute une population habillée de laine, de chanvre et de lin. Pourtant la soie est réservée à l'élite. Le coton ne se diffuse qu'à partir du XVIIe siècle , il n'atteindra les classes populaires qu'après 1760.
À la campagne, tous les paysans élèvent des moutons et cultivent quelques hectares de chanvre pour leur propre consommation Les familles utilisent le produit de la tonte pour tricoter des bas de laine, des pulls ou des tuniques. Elles filent et tissent elles-mêmes laine, chanvre et lin pour des vêtements et des couvertures.
Dans tous les villages s'activent des fileuses et des tisserands.

Sommaire



Qu'est-ce qu'on met en terre,
Qu'on sort de terre,
Qu'on met dans l'eau,
Qu'on sort de l'eau
Et dont on casse les os
Pour avoir la peau ?

Le chanvre

1778 - Il n'est pas jusqu'aux rebuts même & aux chiffons de toile, dont on fait usage dans les papeteries, qui ne soient recherchés des étrangers comme les meilleurs qu'ils connaissent. Les Hollandais les enlèvent au préjudice des manufactures du pays, & les paient un tiers plus que les chiffons des autres pays soit que les chanvres de la Bourgogne soient de meilleure qualité, & qu'ils aient des fibres plus déliées & plus propres à faire une bonne pâte de papier; soit que les cendres des bois qu'on emploie dans les lessives, ne fatiguent pas autant le linge que celles des autres pays. Les chanvres du Châlonnais & de la Bresse sont renommés par la force & la longueur des fils...

* * * * *

En Nivernais comme en Morvan chaque ménage avait sa petite chènevière :

La chamiée (Tannay, Amognes, etc.)
La chamniée (Varzy, La Charité)
La chemiée (Lys)
La chomiée (Cosne)
La cemnée (Morvan)

Les cueilleuses

La récolte se faisait en deux fois, car le chanvre étant une plante dioïque, le pied mâle ou pied à étamines était mûr bien plus tôt que le pied femelle ou pied à graines. Et, chose curieuse, nos paysans changeaient cette désignation. Ils appelaient femelle le pied mâle et vice-versa.
Semé en mai, le chande était tiré en août dègne par dègne, la femelle d'abord, puis le mâle. Battu, égrené, le chande était alors êgé (roui) dans une mare où on le laissait une dizaine de jours, voire deux ou trois semaines, puis séché et remisé.
Après vannage et criblage, les plus beaux grains étaient réservés pour les semences, les autres livrés à l'huilier pour en extraire l'huile. Le résidu, un pain très pressé appelé maton (tourteau), servait à la nourriture du bétail.
L'hiver, à la veillée, on le teillait, c'est-à-dire qu'on séparait les fibres du bois, les filaments de chanvre des chamnotes (chènevottes). Ces chamnotes serviront à allumer le feu et le chande coché, c'est-à-dire bien martelé pour l'assouplir, et mis en pelouton, en étoupon, attendra le ferteux.

La manufacture de drap à Nevers aux XVIIe et XVIIIe siècles ne fut que la réunion temporaire d'un certain nombre de métiers textiles.
Il est peu de paysans qui n'aient leur chenevière. La culture et la préparation du chanvre exigent peu de soin. Les tiges sont coupées à la maturité et soumises au rouissage, c'est-à-dire à un séjour plus ou moins prolongé dans l'eau, pour faciliter la séparation des fibres textiles. Les habitants amassent leurs chanvres dans les ruisseaux, dans les bras de la Nièvre et surtout de la Loire, qui se réduisent pendant l'été, à des crots ou marécages aux eaux stagnantes. En 1785 les habitants dont les maisons s'échelonnent des ponts de Loire à St-Antoine signalent aux officiers de police que l'air est infecté par l'odeur caractéristique du chanvre. L'eau des puits est contaminée. Cette atmosphère est même gênante pour la ville, quand souffle le vent du midi. Une ordonnance du 30 juin interdit enfin ces méthodes qui durent depuis trop longtemps et prohibe le rouissage du chanvre dans la Loire, le long de la levée de St-Antoine, sous peine de confiscation au profit de l'hôpital général et de 50 l. d'amende.
Quand le chanvre est retiré de l'eau, il est teillé, c'est-à-dire que l'on sépare les fibres textiles des tiges ou chènevottes. Certains habitants brûlent immédiatement leurs chènevottes. Une ordonnance de police du 10 août 1723 interdit de les brûler le soir ou la nuit sous peine de 10 I. d'amende. D'autres particuliers les conservent, afin d'allumer leur feu en hiver. Mais des incendies se déclarent souvent dans ces dépôts de chènevottes. Une ordonnance de police du 7 novembre 1737 interdit d'en faire amas sous peine de 20 I. d'amende. Quand ils ont fini de teiller leur chanvre, les habitants doivent porter tous les débris hors de la ville dans des endroits écartés. Ces ordres ne sont pas toujours exécutés. En 1741 dans les rues qui avoisinent St-Sébastien les enfants s'assemblent le soir vers 8 ou 9 heures, ramassent toutes les chènevottes qu'ils trouvent, et font de véritables feux de joie. Une ordonnance du 31 août interdit d'allumer ainsi des feux en plein air, et fait défense aux parents de laisser sortir les enfants après 8 heures, sous peine de 6 l. d’amende, avec la responsabilité des dégâts que ces feux pourraient occasionner.

Le chanvre, pas cher, qui sert aux vêtements de tous les jours et au linge de maison, est très difficile à travailler. Contrairement au lin, il reste rugueux et garde une couleur brune. Saint-Simon décrit le linge que porte Madame de Montespan après sa disgrâce pour se mortifier « ses chemises et ses draps étaient de toile jaune la plus dure et la plus grossière [...]] cachés sous des draps et une chemise ordinaire. » Avec le fil le plus fin, dit fil plain, on tisse les toiles des chemises épaisses et raides. On y taille les chemises de nuit, les draps et certaines parties des chemises de jour, dont les extrémités sont en lin plus fin. Comme pour les vêtements, toutes les fibres sont récupérées et utilisées. Le rebut de la filasse ou étoupe, aux fils trop courts pour être tissés, sert à confectionner de gros tabliers et des paillasses.

* * * * *

    Le plain était la première qualité de chanvre à filer. Quand, à la veillée, on avait teillé le chande, c'est-à-dire séparé les chamnotes (chèvenottes) et le chande (les filaments), celui-ci était roulé et mis de côté en attendant le forteux (frotteur) ; c'était le pouleton de chande (le peloton). Le forteux faisait 4 qualités de filasse la 1ère, le plain, pour les chemises fines, les nappes, les serviettes de table la 2ème, l'étoupe, pour les draps ; la 3ème, la bourrache, pour les charriers ; la 4ème, les cornus, pour les sacs à grain, à noix, à pommes de terre.
    Recueilli par Paul Delarue auprès de M. Seguin, né à Oudan en 1859

Sommaire


Les fileuses

Fileuse Morvandelle
Un type de dévidet

Leur rôle était capital puisque, partant de la matière première, elles devaient donner le fil au tisserand pour l'habillement de toute la maisonnée.

Le chanvre était filé au fuseau (fujà en Morvan) ou au rouet, suivant que la fileuse travaillait à l'extérieur ou à l'intérieur. Elle est classique cette image de la paysanne "main droite pendante actionnant sans relâche le fuseau comme une toupie, contre sa robe de rude étoffe". Le Dr Mallet a peint avec délicatesse cette fileuse ayant une "toupie" de filasse attachée au bout de sa quenouille, un bâton léger dont le bout inférieur était passé dans le vêtement ; du pouce et de l'index, elle arrachait un brin de chanvre qu'elle mouillait de salive et qu'elle tordait au moyen de l'extrémité pointue du fuseau pour élaborer le fil qu'elle enroulait autour de l'autre extrémité taillée en bobine.

Autre charmante image que la fileuse au rouet ou à la reine (petit rouet, par analogie avec le roi et la reine) : de ses doigts agiles elle tordait le fil qui s'enroulait sur la bobine du rouet, la bôbeille morvandelle. "Les brins de chanvre étaient humectés par de la salive ou par l'eau d'un godet de grès" ; lorsque la bobine était pleine de fil, celui-ci était transporté sur une roue ou un dévidet (dévidot ou devedou en Morvan), moulinet de bois, horizontal ou vertical avec manivelle, pour obtenir l'écheveau. L'écheveau, blanchi en cuvier puis séché, était ensuite remis sur le dévidet - parfois un dévidet spécial pivotant sur son pied - pour aboutir à la pelote.

Comme pour le ménage et la lessive, il existait un certain nombre d'interdictions, des périodes durant lesquelles il ne fallait ni coudre, ni filer. C'est ainsi qu'on respectait l'intervalle des deux Noëls, la Chandeleur, le Mardi-Gras, les Jeudi, Vendredi et Samedi Saints, le jour de la Saint-Jean. Passer outre aurait fait boiter le bétail, rendu lourdes les ouailles et porté malheur aux enfants.

Sommaire


Le seul musée en France consacré exclusivement au chanvre

Musée du chanvre
A voir : Le musée du chanvre

Sommaire



La laine

1778 - La qualité des laines de Bourgogne, se rapporte à la division ordinaire du fin du mi-fin & du gros. Les plus fines viennent de l'Auxois & des pays de montagnes elles équivalent aux laines du Dauphiné, & servent à alimenter les ateliers des fabriques de Rheims, de Sedan, de Troyes & de Seignelay les plus grossières viennent de la Bresse & de l'Auxerrois, qui donnent beaucoup de laines noires, parce qu'on a l'habitude ou la négligence d'y avoir des troupeaux mi-partis ou mélangés usage qui ne peut guère se tolérer que dans l'Auxerrois, où les capucins de plusieurs provinces du Royaume, envoient acheter les laines brunes & noires, pour faire tes étoffes dont ils s'habillent. On y a encore la mauvaise pratique des deux tontes, introduite par une cupidité mal entendue, parce que ces laines n'ayant ni longueur ni qualité, on n'en fait aucun cas on suit encore en Bourgogne le vieux abus de tenir les brebis dans des écuries chaudes & malpropres & nulle part on ne les fait parquer....
...La quantité des laines de l'Auxois a fait établir à Semur deux fabriques d'étoffes; l'une de drap d'une aune de large, dit façon de Semur, & l'autre, de gros drogue» qui ne font propres qu'aux vêtements du peuple & des paysans il s'y fait sept à huit cents pièces de drap & environ cent vingt de droguet. La fabrique de ces étoffes occupe environ vingt-cinq facturiers & deux moulins à foulon, qui ont à portée une terre à dégraisser qui n'est pas mauvaise. Il y a une autre fabrique à Saulieu pour de gros draps encouragée par la province. Quoique ces fabriques soient assez considérables, elles pourraient l'être davantage, eu égard à la quantité & à la qualité des laines du pays.

* * * * *

Moutons noirs

La laine est aussi un textile très employé. On utilise surtout les « moyennes laines » du Berry, de l’Auxois et du Bourbonnais, qui arrivent toutes préparées, car l'élevage du mouton n'est pas très répandu dans le Nivernais en raison de l'humidité du climat. La laine des quelques moutons du pays (Moutons élevés en grand nombre en Morvan. Une race de petits moutons noirs était préférée à cause de la couleur naturelle de la laine, qui n'avait pas besoin d'être teinte. Les moutons noirs ont presque entièrement disparu.) subit les diverses préparations usuelles : lavage, séchage, étendage, qui la débarrassent du suint et des corps étrangers qu'elle renferme ; triage, qui sépare la bonne laine de la bourre. Alors un premier groupe d'artisans spécialisés travaillent cette laine, ce sont les cardeurs. Armés de cardes en bois recouvertes de cuir avec des crochets en fer, ils l'assouplissent et l'étirent ; ils la transforment en mèches régulières. Les ouvriers cardeurs ne sont en somme que des manœuvres au service de ceux qui ont des laines à apprêter. Le filage met la laine en fil et le dévidage en écheveaux.

Sommaire


Le ferteux

Opération de broyage

Le ferteux ou le peigneur de chanvre (Barbanchon : Brabançon, ouvrier nomade qui travaille le chanvre - Glossaire du Morvan)

Le peigneur de chanvre (Cerèyeux, pignalou, barbanchon)

    Le chanvre était teillé (opération qui consiste à séparer le filament de la tige ou teille). Il ne manquait plus que le peigneur.

    Celui-ci arrivait vers le 1er décembre, des montagnes de l'Aveyron ou du Cantal, tout habillé de grosse toile de laine grise ou bleue, chaussé d'énormes sabots et coiffé d'un bonnet de coton. Son outillage n'était pas compliqué : un rectangle de fer et trois gros peignes à pointes d'acier.

    Il opérait habituellement dans les granges. Le rectangle fiché dans la porte et le peigneur tenant le chanvre par les deux extrémités, il le passait vivement en appuyant fort pour l'assouplir et enlever les dernières brindilles (sevenettes) qui y étaient restées adhérentes. C'était la première opération. La seconde consistait à le passer au peigne n° 1. Les filaments s'assouplissaient, se fendaient et devenaient plus lisses. Ce qui restait dans le peigne était retravaillé et donnait ce qu'on appelait la bourre (regresse), apte à faire du gros fil pour la toile à sac. Repassé au peigne n° 2, le chanvre restait doux, souple et aminci. Ce que le peigne avait retenu après une autre façon donnait l'étoupe, avec un fil moins rugueux que le regresse. Le peigne n° 3 mettait le chanvre apte à filer (c'était le plain) et faisait une toile rustique qui était employée dans le ménage pour faire des draps, des torchons, voire des chemises d'un bon usage.

    Le peigneur travaillait tout le jour et une partie de la nuit à la clarté d'une petite lampe à huile de navette qu'on appelait créau. Il dormait à côté de ses outils, couché dans la paille, sans être incommodé par le froid.
    Comme les peigneurs étaient assez nombreux dans la contrée, ils s'assemblaient le dimanche, au village, mangeant et buvant bien, chantant des chansons de leur pays et dansant d'interminables bourrées.

    On ne fait plus de chanvre en Morvan ; alors en ne voit plus ces joyeux barbanchons et leur petite industrie s'est éteinte.
    Joseph Lagrange - « Le Morvan d'autrefois ».

Le plain, une fois filé, - au fuseau ou au rouet - et mis en achéviaux, était lessivé deux ou trois fois pour le faire blanchir, ce que l'on appelait «passé à la buie», dévidé avec les dévidots, mis en peloton et porté au tisserand, au fameux pée tixier ou tissier.

Les frotteurs de chanvre assouplissent les fibres et les débarrassent de toute impureté. Le peignage sépare encore l'étoupe et le bon lit. Les femmes commencent alors le filage avec le fuseau ou le traditionnel rouet. A cette époque c'est une occupation générale, même dans les familles aisées.

Sommaire



Le tissier

De la qualité de la fibre et du fil dépend celle de l'étoffe, qu'elle soit de laine, de lin, de chanvre - et même de coton et de soie. La toison est de qualité inégale selon la partie du corps du mouton, la meilleure, dite traditionnellement mère-laine est celle du dessus du dos, du cou et de l'épaule. La longueur et la qualité des filaments décident de la nature du traitement : cardage ou peignage. Les fibres courtes, grossières et irrégulières, sont cardées c'est à dire rendues parallèles avant le filage. Elles donnent la laine cardée, rustique mais plus douce, qu'on peut gratter ou feutrer. Les belles étoffes sont tissées à partir des fibres les plus longues, peignées pour éliminer les fibres courtes : leur finesse, leur tombé et leur résistance sont meilleurs, leur toucher souple et sec.
Les fibres textiles sont généralement trop fines pour pouvoir être utilisées telles quelles. On les réunit en fils de grosseur et de longueur convenable, cela est encore plus nécessaire pour les fibres courtes comme la laine, le lin, le chanvre et le coton. Le procédé de filature varie selon les fibres, qui sont souvent tordues ensemble : la torsion augmente la solidité du fil. Le fil est ensuite tissé, c'est-à-dire entrecroisé pour former le tissu. Certains fils sont tendus qui forment la chaîne. Entre les fils ou les groupes de fils de chaîne passe le fil de trame, en faisant des allers et retours, les groupes de fils de chaîne étant chaque fois intervertis. À chaque retour sur lui-même, le fil de trame forme la lisière au bord du tissu. Sur le métier à tisser, les lices, actionnées par les pédales, écartent les fils de chaîne tantôt vers le haut, tantôt vers le bas, pour permettre le passage de la navette qui déroule le fil de trame. La façon dont les fils de chaîne sont groupés produit des "armures" différentes, elles-mêmes à la base de tissus différents selon le motif et/ou la couleur utilisés.

Tisserand au travail - Lhermitte

La toile est le tissu du vêtement populaire, en raison de l'ancienneté et la simplicité de son armure ; elle est le plus souvent en lin ou en chanvre. Le fil de laine, travaillé en armure toile donne un drap de laine grossier, rêche et irrégulier, utilisé par les pauvres et en couverture pour les chevaux. Il sera ensuite plusieurs fois lavé, feutré, gratté - dans un tambour rotatif garni de chardons métalliques, à l'origine naturels, pour l'adoucir - assoupli, nettoyé de ses noeuds, rasé, foulé - brassé mouillé et savonné à la chaleur pour le faire légèrement rétrécir - teint, pour enfin arriver au beau drap qui est depuis le Moyen Âge la matière de base de l'habillement.

Les tisserands ou tissiers de Nevers emploient le chanvre et fabriquent de la toile, d'où leur nom de tissiers en toile. Ils se servent du métier à tisser; les fils tendus sur toute la longueur du métier forment la chaîne, les fils passés en travers avec la navette forment la trame. La chaîne se divise en un certain nombre de faisceaux de fil, appelés portées, qui se divisent elles-mêmes en demi-portées ou cuissettes. Quand le tisserand fabrique de la toile, la chaine et la trame sont en fil de chanvre, mais souvent aussi il mélange le chanvre et la laine. Il met une trame de laine avec une chaîne de fil « plein moyen », ce qui donne une étoffe très grossière, mais très résistante à raies ou unie, très employée dans les campagnes et même en ville, analogue au droguet ou à la tiretaine, et que l'on appelle poulangis dans le Nivernais et le Morvan. Le rôle des tisserands est donc important. Leur toile sert à la confection du linge et leur poulangis à celle des vêlements.
D'autres tisserands fabriquent du drap véritable avec chaîne et trame de laine sont les drapiers drapants. D'ailleurs ce drap de Nevers n'a rien de comparable avec le drap fin d'aujourd'hui.Les drapiers ont un métier à peu près analogue à celui des tisserands, mais leur travail est plus compliqué. Le nombre des fils par portée varie suivant l’étoffe à confectionner.

* * * * *

Un document rare

Au hasard des connaissances, Lai Pouèlée a rencontré un collectionneur possédant cette carte fort rare et très intéressante à plusieurs points de vue.
Le premier n'est pas le moindre : on sait que les tisserands travaillaient soit en cave, soit dans une souillarde humide, ceci pour la qualité de la toile devant être travaillée dans cette atmosphère.
Il a fallu, pour prendre cette photo, démonter entièrement ce métier, le remonter dehors, le redémonter et enfin le remonter à l'intérieur ! Quatre opérations fastidieuses quand ont sait qu'un métier ancien est un échafaudage complexe et entièrement chevillé. Un exploit donc pour ce tisserand..
Le deuxième est que figurent sur cette vue tous les éléments nécessaires au travail du chanvre depuis le rouet, en passant par le dev'dot (dévidoir), le bobinier, etc....
Le tisserand est ici en plein travail, tenant dans sa main droite une navette (sabot le plus souvent)..
Le troisième enfin est l'aspect misérable de la maison. Certes, sur les anciennes cartes, les maisons sont souvent sur ce modèle, mais on sait que le tisserand était un des artisans les plus démunis dans le village et les moins considérés socialement (comme le brodeur bas-breton), ceci en opposition au forgeron par exemple qui travaillait avec le feu..
Un document rare pour une meilleure compréhension du tissage dans le Morvan.

En Morvan, tisserand au travail

Le tissier ne confectionnait pas seulement la toile mais aussi divers tissus, mélange de toile et coton ou de toile et laine pour les habillements.
La laine provenant des moutons élevés en grand nombre en Morvan. Une race de petits moutons noirs était préférée à cause de la couleur naturelle de la laine, qui n'avait pas besoin d'être teinte. Les moutons noirs ont presque entièrement disparu.

Sommaire


Souvenirs de tisserands

    Claude JALLOIS de la commune d'Ouroux raconte :

    "Dans la commune, on était cinq ou six à tisser. Je te parle d'avant la guerre de 14 ; c'étaient des gens qui ne faisaient pas que ça, ils avaient un autre travail, ils faisaient ça pendant l'hiver.
    Mon père était maçon, il travaillait le jour, il tissait la nuit. Moi, j'ai tissé avec lui avant la guerre de 14. Dans la famille, y avait mon oncle aussi qui faisait la toile. Même après la guerre, on a continué un peu. Mais mon père lui, ne faisait plus ça. Moi j'suis parti. J'en suis r'venu ... Y'avait sept ans de guerre, sept ans parti. Ça commençait à faire un bon soldat."


    Résumé d'un récit fourni par M. R. à Anost, descendant d'un journalier-tisserand du XIXème siècle.

    Le tisserand du village morvandiau - qui n'exerce pas toujours son métier en activité complémentaire -, est l'un des artisans les plus marquants, puisque tous les habitants lui apportent chanvre et laine et lui reprennent les étoffes. Dur métier que celui de tisserand : après le "bobinage", qui consiste à dévider les écheveaux pour garnir les bobines de leur fil, commence l'"ourdissage", c'est-à-dire l'opération destinée à tendre les fils pour la "chaîne", qui sont placés dans le sens de la longueur de la pièce. Les fils de la "trame" viennent entrecroiser la chaîne dans le sens de la largeur: le tissage commence seulement, avec le jeu de la "navette" ou "sabot" (selon que la comparaison est faite avec un petit navire ou la chaussure du même nom). Taillée dans le bois de hêtre, la "navette" est creusée pour y placer une bobine sur des tourillons, de façon à dérouler le fil au mouvement de cette "navette". Grâce à des cordes passant par des poulies, le tisserand fait écarter les fils de la chaîne, pour y glisser la navette : deux pédales commandent l'abaissement ou le relevage des fils pairs et impairs, alternativement. A deux mains, le tisserand lance la "navette" à droite et à gauche. Le tissu est ensuite serré, morceau par morceau, avec un "peigne". On imagine mal la minutie nécessaire dans ce métier lent et monotone, pas plus que l'attention incessante imposée au tisserand pour que la longue pièce de toile soit tissée régulièrement et sans défaut : les pieds, les mains, les yeux sont occupés à la fois.
    Paysans et notables du Morvan au XIXème siècle jusqu'en 1914 - Marcel Vigreux - 1998

Sommaire



Les tissus

1744 - Mémoire sur le commerce de la Généralité de Bourgogne

Comme il se fait de grandes nourritures de bêtes à laine en Bourgogne, le Commerce des laines y est très considérable. Une partie s'employe dans les Manufactures de lainerie, qui sont en grand nombre dans la Province ; l'autre, qui n'est pas propre pour les espèces d'étoffes qui s'y fabriquent, s'enlève par les Marchands des Provinces voisines ; & pour remplacer ces laines du Païs, qui en sortent, on est obligé d'en faire venir de Rheims & de Troie, plus convenables à la qualité de certaines fabriques, comme font, par exemple, les serges façon de Londres & de Seignèlay, où l'on mêle les laines de Troie & de Rheims, à celles de l'Auxerrois, qui sont les meilleures de la Bourgogne.
Les principales Manufactures de lainerie, sont celles des draps qu'on fait à Beaune, Vitaux, Semur, Saulieu, Montbart, Rouvray, Avalon, Auxerre, Nuits, Pont-le-Vaux, Autun, Joigny, Sens, Villeneuve-l'Archevêque, Bigny, & Ancy-le-Franc. Les Manufactures des serges de toutes sortes surtout, des serges drapées, & des serges façon de Londres, ne sont pas moins considérables : il s'en fabrique à Dijon, Marcy, Auxerre, dans son Hôpital, aussi-bien que dans celui de Beaune ; à Seignèlay, Arnay-le-Duc, Auxonne, Châtillon sur-Seines & Chassinelles.
Les droguets, les tiretaines, les talanches, se travaillent à Semur, Montbart, Auxerre, Nuitz, Beaune, Louhans, Clugny, Mâcon, & Montluet. On fait aussi en quelques-unes de ces Villes, & particulièrement à Autun, des crêpons appellés Frater, & des treillis de trois quarts & demi de large.
Le négoce des bas, & autre bonneterie, & celui des dentelles façon du Havre & d'Angleterre, se font à Dijon ; les dentelles sont grosses, mais il s'en débite beaucoup en Franche-Comté.
Les chanvres, ou en masses, ou peignés, se vendent partie à l'étranger, & partie se consomment pour les Manufactures de toiles de la Province.
Les autres fabriques de diverses marchandises qui se font encore en Bourgogne, sont celles de chapeaux, qui ne servent qu'aux Paysans de la Province ; des cuirs, desquels il y a plusieurs Tanneries; & des papiers, dont les moulins sont au nombre de huit.

Avallon : Les laines y sont un peu grossières ; cependant on ne s'en sert point d'autres dans les fabriques des draps & des droguets qui y sont établies. Les draps sont d'une aune de large, assez forts & assez bien travaillés ; on y en fait environ 200 piéces. Le produit des droguets ne va guére qu'à 50.
Douze Facturiers & trois moulins à foulon, y soutiennent ces deux fabriques. Le foulage des étoffes n'y est pas bien bon, ce qui vient plus de la faute des eaux qui n'y sont pas propres , que de celle des Foulonniers.

Saulieu : Il s'y fait des draps d'une aune de large, mêlées de laines du pays, qui sont très bonnes, avec celles de Champagne, qui sont assez grossières.
II s'y fait aussi des droguets fil & laine, de demi-aune demi-quart.
Et des toiles de trois quart, & trois quart & demi de large, & de 40 à 45 aunes de long.

1762 -

* * * * *

J'avais porté au tisserand un paquet de fil et de la laine de nos moutons pour nous faire une bonne pièce de droguet. - Mais comment seront les raies ? Il ne fallait pas les commander larges, parce que je n'en voudrais point, et que je ne voudrais pas être habillée comme ma belle-mère, ni lui ressembler. - Sois tranquille, ma fille, le tisserand m'a montré une pièce de droguet sur laquelle il y a une raie rouge, et de chaque côté une raie bleue et blanche moins large que la raie rouge. J'ai trouvé ce droguet très beau. Je lui ai ordonné de nous en faire de tout semblable. - Cher papa, vous avez bien fait d'aller vous-même commander cette pièce de droguet à raies rouges, blanches et bleues. Ce sera bien beau. Je ne voudrais pas être habillée comme ma belle-mère. Quand elle a mis sa calamandre à larges raies jaunes et blanches, elle a vraiment l'air de la poupée du loup.

Mes pauvres enfants, nous dit mon père, vous n'avez plus rien à mettre pour tous les jours; du moins, ce bon droguet vous tiendra chaud pour l'hiver. Nous en aurons tous chacun un vêtement. De suite mon père envoya chercher les couturières, qui lui firent pantalon, veste, gilet, ainsi qu'à mes deux frères, et à moi un cotillon, la camisole et le tablier pareils, et de même à ma belle-mère et à ses enfants, jusqu'au plus petit. Il restait encore un bon rouleau de droguet; il fallait bien que la mère de ma belle-mère, qui venait souvent en l'absence de mon malheureux père chercher avec sa hotte des provisions, eût aussi part au restant de la pièce. Rien ne leur échappa; je n'eus que mes vêtements de droguet, c'est la seule chose qu'elle ne m'ait pas ravie. Ils m'ont bien servie contre les intempéries, lorsque je quittai pour toujours l'asile paternel, et que je commençai mon long voyage d'exil, errante, sans parents, sans amis, sans pain, sans asile, sans personne qui s'intéressât à moi; et je me suis toujours souvenue de mon petit cotillon, de ma camisole et de mon tablier de droguet, seul apanage à mon entrée dans le monde.

* * * * *

1778 - Le filage des cotons s'établit & se perfectionne tous les jours dans les villages & devient dès lors une très-grande ressource pour les personnes incapables de travaux plus considérables & plus fatigants.
On fabrique aussi à Dijon des droguets rayés & unis, de très-belles ratines & même quelques draps, façon de Semur.
A Arnay-le-Duc, des serges drapées & des droguets occupent une vingtaine de manufacturiers la terre & les eaux sont propres au foulage, qui cependant n'y est pas trop bon.
Une douzaine de facturiers d'Avalon fournissent des droguets & des draps façon de Semur mais les lainés n'y sont pas bien bonnes & le foulage très mauvais.
Les manufactures de toilerie que nous paraissons avoir préférées aux autres, parce qu'elles soutiennent la culture du chanvre, & qu'en se subdivisant à l'infini dans les campagnes elles y font une ressource de plus dans les saisons mortes pour les travaux de la terre, ont encore cet avantage que leurs rebuts & les chiffons de linge usé, s'emploient aux papeteries dont il y a un nombre considérable dans la province. On y compte plus de trente papeteries & deux cartonneries.

* * * * *

Il semble bien que les auteurs locaux aient confondu les divers tissus ou, plutôt, les aient désignés suivant le nom qui leur était localement donné,car en général :

Le poulangis - poulangris - était un mélange de laine et fil

Poulangis, s. m. Étoffe commune à raies ou unie, espèce de droguet fabriqué mi-partie de fil de chanvre et de fil de laine, par les tisserands de campagne. Disparaît de plus en plus pour faire place au drap - Glossaire du centre de la France - 1858 - M. le comte Hippolyte-François Jaubert (1798-1874)

Le bouège (boige, bouége, boge, boige...) un mélange de laine et coton fort grossier mais très solide. Les couleurs ordinaires étaient le rouge, le jaune et le vert.

Ce bouège était porté au foulon pour lui faire subir un apprêt qui le rendait inusable. Ressemblant aux moulins à tan, la machine à foulon n'était pas compliquée :

"Deux lourds madriers, actionnés par un arbre de couche recourbé en forme de vilebrequin au centre, retombaient tour à tour, à coup mort, dans une auge bardée de fer où se plaçait le tissu... Simple était la préparation : On répandait au fond de l'auge un lit de terre argileuse, extraite de Saint-Martin-de-la-Mer près de Saulieu, puis on garnissait la pièce de bouëze, préalablement roulée de la grandeur de l'auge. On la mettait alors sur la première couche d'argile, on amenait là-dessus un filet d'eau gros comme le bras et les deux madriers se mettaient en mouvement. Pendant trois jours et trois nuits le tissu était roulé en tous sens dans cette bouillie d'un nouveau genre ; cependant, afin d'éviter l'usure au même endroit, toutes les 6 ou 7 heures on arrêtait le foulon pour retourner la toile. Quelquefois on ajoutait à l'argile un peu de savon gras pour achever le dégraissage".

Le foulage terminé, la pièce d'étoffe était sortie une dernière fois de l'auge, lavée à grande eau, séchée, puis repliée soigneusement.
Aux environs de Château-Chinon, les madriers étaient remplacés par 6 maillets qu'actionnait une barre transversale à pales mue par un moulin ; les maillets tombaient alternativement à une cadence rapide.
Pour rendre les poils des draps plus lisses et plus unis, les foulons se servaient du chardon à foulon que l'on appelle peigne à bourrique, "dont les tètes florales ovoïdes sont armées de nombreux petits crochets".

Le drapier drapant livre un drap d'apparence grossière, qui doit subir un certain nombre de préparations ou apprêts. Diverses catégories d'ouvriers travaillent ainsi pour le compte des drapiers.
Les foulonniers pratiquent le dégrais et le foulage de l'étoffe. Ils l’étirent ensuite, afin de la ramener à sa largeur. Les moulins à foulon sont installés sur des rivières ou des ruisseaux, car il faut de grandes quantités d'eau pour dégorger les tissus. L'eau donne aussi la force motrice au moyen d'une roue, à aubes qui met en mouvement un grand arbre avec de place en place des morceaux de bois en saillie ou levées, qui dans leur mouvement de rotation soulèvent des maillets ou pilons, verticaux ou inclinés. Les maillets retombent dans des auges, où les draps se trouvent battus en tous sens.
...Après le foulage il faut procéder au lainage et à la tonte des draps. En fait les foulonniers de Nevers sont en même temps laineurs et tondeurs. Les laineurs brossent les draps avec des cardes en fer très fines ou mieux avec des chardons, « d'abord à chardon mort ou qui a déjà servi, puis à chardon vif, ou qu'on emploie pour la première fois ». On arrive ainsi à garnir et à velouter l'étoffe. Le tondeur doit réparer les irrégularités du chardonnier. Il emploie d'énormes ciseaux appelés forces, qu'il promène sur toute la surface du drap. Après diverses opérations secondaires, le tissu peut aller à la teinture.

Sommaire


    Les couleurs

    Avant le XVIlle siècle, des couleurs ternes, fades, bruns et gris délavés.
    Depuis le Moyen Âge, le vêtement populaire est donc fait principalement de lainages et de draps de chanvre et de lin, parfois assez grossiers, choisis pour leur résistance à l'usure. Seuls les artisans aisés peuvent s'offrir le drap de fine laine et le beau lin. Et si le vêtement sert à classer socialement, il le fait aussi par sa couleur.

    Pendant des siècles, la couleur, issue de colorants végétaux, ne pénètre pas en profondeur dans les fibres des tissus. Les teintes ne résistent pas à l'exposition à l'air et au soleil, aux intempéries, aux lessives. Elles virent vers le gris ou le brun neutres, prennent un aspect délavé, fade, terne - « pisseux », n'hésite pas à dire Michel Pastoureau : « le fin du fin était la couleur dense, saturée, stable, solide, résistant aussi bien à l'eau et à l'air qu'à la lumière. »
    Les paysans teignent les tissus rustiques qu'ils fabriquent eux-mêmes avec toutes sortes de colorants locaux disponibles : le pastel (bleus) remplacé dans les manufactures par l'indigo, le gaude, le genêt, la sarrette, le safran et le fustet en Provence (jaunes), la bogue de châtaigne (beige), les noix de galle, la feuille de noyer et l'extrait de noix (noirs), l'ortie et le bouleau (verts), l'aulne (gris), etc.. Seule la racine de la garance (rouge) donne de bons résultats. Avec les mêmes techniques, les mêmes mordants, y compris les plus basiques (tartre, urine, vinaigre), la garance imprègne les tissus et résiste mieux au temps. C'est la raison pour laquelle la plus belle robe des femmes d'origine modeste, en particulier celle qu'elles portent à leur mariage, est souvent une robe rouge.

    Dans le tissage on employait aussi beaucoup de coton bleu pour les habits d'été ; on l'employait aussi avec la laine noire et le coton blanc. Les habitants des campagnes aiment beaucoup les couleurs éclatantes ; aussi la laine rouge de toutes nuances et le coton rouge entrèrent de bonne heure dans la fabrication des étoffes.

      De couleur bleue, le bouëze était parfois teint en gris; selon Simon, il prenait alors le nom de tridaine, bien connue dans la région de Château-Chinon. L'abbé Henry de signaler en 1875 que "naguère encore, pour assimiler le fil à la laine de leurs brebis, ils (les Morvandiaux) le mettaient pendant plusieurs jours dans un bourbier où il se revêtait, sans frais, d'une couleur brune".

Sommaire


Le "Coudré"

La pièce d'étoffe, toile, poulangis ou barraige, était bientôt transformée. Le soin de faire les habillements était confié au coudré, au couturier de village qui, le plus souvent, travaillait à domicile.

On jugera de la science du bonhomme par cette citation empruntée à Pierre Trameçon, originaire des Amognes, et qui nous reporte à plus de 80 ans en arrière (environ 1880)

"Elles étaient hygiéniques les culottes du père Jeannot ; on était à l'aise dedans où l'air circulait librement ; le fond en était large : cinquante sur cinquante centimètres, ce qui lui donnait l'aspect d'un disque de chemin de fer, et ce fond, lorsque les jeunes gens dansaient, prenait un mouvement de va et vient tout drôle qui se continuait, une bonne minute, pendant le repos de l'une à l'autre des figures de la danse ; quant aux jambières, elles ressemblaient à deux troncs de cône renversés que surmontait, sur le devant, une sorte de pont-levis retenu à l'état de fermeture par deux gros boutons d'étoffe qui faisaient la désolation des doigts délicats".

Sommaire



Les piqueries

Les "piqueries" se faisaient presque tous les samedis de novembre à mars, tantôt dans un village, tantôt dans un autre.

Il fallait, lorsqu'on n'usait pas des services de la coudrète, coudre et tricoter. Ils ne chaumaient pas les "chizas" (ciseaux des couturières) et sur la cheminée se trouvait en permanence la pelotte à épingles, le "baudet" morvandiau. Qui se souvient de l'atiquet que les tricoteuses plaçaient sur leur poitrine et qui servait de point d'appui pour les aiguilles ? un rien, certes, ce petit corps dur, amande, noisette ou dent de porc, mais combien ingénieux.

Certains travaux exigeaient une main-d'oeuvre spécialisée ou abondante : à la "coutrére" (couturière) la confection des chemises, des blouses et des caracos, au "coudré" (tailleur d'habits) le soin des paletots et des pantalons, et à tout un essaim de jeunes filles celui des couvertures. Et nous ne saurions parler des couvertures sans évoquer les piqueries d'hier dont la coutume, venant de la région d'Autun, s'étendit à Lucenay-l'Evêque, Moux, Planchez et, plus tard, à Ouroux.

Départ pour la veillée

La maîtresse de maison qui avait une ou plusieurs couvertures à faire convoquait une dizaine de jeunes filles des environs, voire une quinzaine. Le tissu (satinette de couleur différente pour le dessus et le dessous, ou satinette et cretonne), était tendu sur un cadre de bois placé sur des chaises ; la laine bien répartie, il ne restait plus qu'à piquer dessus et dessous, en suivant des dessins tracés à la craie : travail souvent exécuté au son de la musique. Tout était terminé le soir même. C'est alors qu'arrivaient les jeunes gens et l'on fêtait l'ouvrage en un joyeux bal qui durait une partie de la nuit.

Sommaire



Fabrication des étoffes de fil et de laine dans la communauté de Pervy en 1860

Recettes :

Fil : 170 mètres de toile de fil de 1 mètre de large, à 2f 00 le mètre
Laine :

Total 574f 00

Dépenses :

Fil : 95 Kg de chanvre récolté dans la propriété, à 1f 00
Laine : 80 Kg de laine provenant des moutons du domaine, à 1f 60
Travail de la famille : Journées (comprenant la culture, le tissage, le rouissage, le tillage, le sarauçage du chanvre, ainsi que le filage du chanvre et de la laine ; les tissages opérés par un homme de la communauté) :

Teinture : achat pour 7f 60
Intérêt (5 pour 100) de la valeur du mobilier industriel (56f 00) : 2f 80
Bénéfice résultant de l'industrie : 73f 70
Total : 574f 00

Aller à la page : "La communauté de Pervy"

Sommaire



Confection des vêtements de la famille et du linge de ménage par la communauté de Pervy en 1860

Recettes

Vêtements d'hommes :

Vêtements de femmes (y compris les 2 filles adultes) :
Vêtements de 7 enfants, garçons ou filles :
Linge de ménage : draps, serviettes, torchons et tablier de cuisine pour la communauté et pour les branchées (à partager entre elles)
Total : 663f 00 en nature et 17f 00 en argent

Dépenses :

Etoffes de fil fabriquées dans le ménage : 310f 00 en nature
Etoffes de laine fabriquées dans le ménage : 177f 00 en nature, 7f 00 en argent
Fil de laine pour tricot fabriqués dans le ménage : 50 f00 en nature
Fournitures diverses achetées (fil, aiguilles, doublures, passementerie, boutons) : 10f 00
Travail de la famille : journées

Travail d'un tailleur appelé dans le ménage principalement pour couper ; il reçoit par abonnement et par année 4 doubles-décalitres de seigles à 2f 50
Bénéfice résultant de l'industrie : 24f 00
Total : 663f 00 en nature et 17f 00 en argent

Aller à la page : "La communauté de Pervy"

Sommaire



Sources

A travers notre folklore et nos dialectes (Bourgogne) Tome I - La culture du chanvre par M. E. HUCHON
Folklore du nivernais et du Morvan - Jean Drouillet
Le Morvan Coeur de France - Joseph Bruley
Dictionnaire universel de commerce, contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde. Tome 1,Partie 2 / ... Ouvrage posthume du Sr Jacques Savary Des Bruslons (1657-1716)... continué... et donné au public, par Philémon-Louis Savary (1654-1727) - 1744
Manuel historique, géographique et politique des négocians - Jean Paganucci - 1762
Les Paysans sous la royauté - P. Joigneaux - 1850
Histoire de l'enfance de la petite paysanne et de la baraque de son père, racontée par elle-même sur ses vieux jours... - Mlle Françoise Perrot, dite Pauline - 1863
L'almanach du Morvan - Souvenirs de tisserand page 36 - 1978
Statistique de la commune de Fretoy - Jean Simon - 1883
Le glossaire du Morvan - E. De Chambure - 1878
Tome III - Académie des Sciences Arts et Belles Lettres de Dijon - Association Bourguignonne des Sociétés Savantes
Robert Monin - Membre des Enfants du Morvan en 1968 - Vice Président en 1969 - Président de 1975 à 2000
L'almanach du Morvan - 1987 - Lai Pouèlée
Illustrations tirées du livre : Jours et travaux d'autrefois - Le chanvre - Louis LAVIGNE
Paysans et notables du Morvan au XIXème siècle jusqu'en 1914 - Marcel Vigreux - 1998
Histoire de la mode enfantine - Jusqu'au XVIIIe siècle, des tissus de laine, de chanvre et de lin -Les Petites Mains

Sommaire

Le Morvan Les flotteurs
Les margotiniers
Les galvachers
Les nourrices
Les conscrits Les communautés
Les "Ailleurs"
Les tissus
Les habits
La lessive
Calendrier
Le mariage
Humour
Les musiciens
Les danses
A voir
Mises à jour