Le MorvandiauPat Le calendrier
Le Morvan Les flotteurs
Les margotiniers
Les galvachers
Les nourrices
Les conscrits Les communautés
Les "Ailleurs"
Les tissus
Les habits
La lessive
Calendrier
Le mariage
Humour
Les musiciens
Les danses
A voir
Mises à jour

Calendrier

Calendrier traditionnel

Calendrier traditionnel
Calendrier traditionnel
Ce diagramme, valable pour la région niverno-morvandelle,
a été dressé pour l'année 1951, année où Pâques se trouve à l'équinoxe.



Noël

Sommaire



Les Douze jours ou Petits Mois

De Noël jusqu'à l'Épiphanie s'écoule une période de douze jours bien caractérisée qu'on appelait les Petits Mois parce que, assurait-on, le temps qu'il faisait chaque jour, du 25 décembre au 5 janvier, préfigurait le temps qui dominera au cours de chacun des douze mois de l'année.

Sommaire



Le Jour de l'An

La veille au soir, le petit monde mettait souliers et sabots sous le manteau de la cheminée, attendant les cadeaux du Père Janvier. Le lendemain matin ils trouvaient pipes et « soldats en sucre, chats, lapins, petits Jésus bleus ou blancs soit dans des collerettes de papier découpé soit dans des boîtes en carton », tout ce que l'étalage de l'épicière du bourg pouvait présenter. Pour les plus pauvres, c'était une paire de chaussettes ou de mitaines que la grand-mère tricotait , au vu et au sus de tout le monde, depuis la veillée de Noël, celà n'empêchait pas l'émerveillement ! Le père, lorsqu'il joignait ses sabots à ceux de ses enfants, les trouvait garnis d'une pomme de terre, d'une carotte ou d'un oignon, ce qui déclenchait les rires.
Joyeux, battant des mains, les enfants, par petits groupes, se rendaient chez les parents et voisins pour souhaiter :

« Bonne année, bonne santé
et le paradis à la fin de vos jours »

alors que les jeunes gens hurlaient :
« La boune an-née des canes,
l' bec dans l'iau, l' cul dans la marde »

à toute personne rencontrée.

Rendant visite aux gens aisés, gazous et gazilles glanaient sous, dragées ou fruits, surtout les garçons, s'ils étaient matinaux, puisque ce jour de l'An il fallait que le premier bonjour soit donné par une personne de sexe masculin pour porter bonheur.
Naguère, aux environs de Luzy, fermiers, métayers et ouvriers agricoles offraient un chapon à leur propriétaire ou à patron. Ils étaient retenus à déjeuner et copieusement abreuvés.
Les voisins se souhaitaient la bonne-année et se payaient réciproquement la goutte tout en parlant de leurs bestiaux et de leurs récoltes. De bon matin les hommes avaient fait boire les bêtes à cornes afin qu'elles bénéficient de la première eau ; ils n'avaient pas manqué, vers Corbigny de fouetter la servante de la charrette pour faire venir du beau froment et avaient, à Fléty, trait eux-mêmes les vaches pour avoir du lait toute l'année.
Si beaucoup bibaient un œuf cru, ce qui les gardait de toute maladie, les femmes du Bazois songeaient à la lessive qu'elles devaient faire les premiers jours de l'année « pour avoir des poulets de bonne heure ».

Sommaire



Epiphanie - Le Jour des Rois

Épiphanie ! jour de liesses que fêtaient les échevins de Nevers en buvant l'hypocras (ancienne boisson à base de vin, sucrée au miel et aromatisée) qui leur était offert, que fêtaient Nivernais et Morvandiaux en levant gravement le coude, mouillant le gosier pour faire couler le gâteau traditionnel.
Et pour les Rois nul ne se serait avisé de travailler, voire de filer la quenouille. Cette dernière interdiction était illustrée à Planchot, commune de Planchez, par l'histoire de cette vieille qui, au petit jour, n'avait pas encore abandonné sa besogne : un cheval parut à sa porte qui lui dit « Femme, les rois sont ...» ; à quoi répondit la vieille « Rois ou non, faut qu' je finisse mon étoupon », ce qui ne lui porta pas chance.

Dans la région de Clamecy, la quête, accompagnée de chants, était faite par les enfants. A Fâchin, sud de Château-Chinon, les jeunes filles se réunissaient et s'en allaient quèter, de porte en porte, en chantant une complainte :

Ils l'ont fait boire de la suie et du vinaigre.
Tu m'as fait comme le traître de Judas
Tu m'paieras ça Judas.
Tu m'paieras ça Judas.

Tourte aux pommes de terre
Les ménagères, même les plus pauvres, préparaient le gâteau des Rois qui était, une galette - sorte de brioche très serrée en pâte - ou des grapiaux dans la région de Châteaux Chinon, une tourte de blé noir ou de pommes de terre rapées à Frétoy, des gaufres en Amognes, des couronnes de brioche ailleurs. Et dans chaque gâteau était mis, en guise de fève, une noisette ou un haricot.

L'après-midi se tiraient les Rois en famille ou avec les voisins, suivant un scénario immuable : Après avoir coupé le gâteau, la maitresse s'adressait au plus jeune caché sous la table. A la question : Phoebe Domine, pour la première part il répondait : Pour Dieu ! faisant ainsi mettre de côté la part du pauvre. Il désignait ensuite les bénéficiaires de chacun des morceaux, gardant le dernier pour lui. La fève faisait le Roi ou la Reine, et ou celui-là de choisir aussi un partenaire. C'était alors de bruyants : Le Roi boit ! et : La Reine boit ! Ceux qui omettaient de saluer ainsi les souverains éphémères devaient payer à boire et étaient, en Morvan, barbouillés de suie.
Le Roi offrait du vin à ses sujets d'un jour et faisait une ronde avec sa Reine ; cette dernière était, en Amognes tenue d'inviter son Roi et les jeunes gens à un goûter qui avait lieu le dimanche suivant. En Morvan, l'enfant auquel on devait sa couronne était pris pour page.
Dans la soirée, les enfants et les jeunesses « râpaient la pierre du feu », y plaçaient des feuilles de buis que la chaleur faisait tourner ; les petits voyaient là un signe de réussite pour leurs entreprises et les filles l'assurance de trouver un bon mari (Vauclaix, Rémilly, Frétoy).

Buis
Les feuilles de buis

Emission de radio du 21 janvier 1999
Le calendrier traditionnel - Michel Salesse
N° inventaire Mpo : 3193

Sommaire



La Chandeleur et la Saint-Blaise

Ah ! la Chandeleur, fête des chandelles. Encore une fête de la flamme et de la lumière, fête païenne entre toutes, mais on avait soin de faire bénir les chandelles et les bougies de la maisonnée.
En Morvan, à la messe de la Chandeleuse, on faisait brûler un cierge à ce pauvre saint Joseph, un peu oublié dans tout ça, mais c'était pour qu'il garde les « mouches » (les abeilles) de la loque et des « effreumis » (fourmis).

Vers Château-Chinon et Villapourçon chacun emportait la cire de ses abeilles chez un voisin possédant un moule et qui faisait des cierges d'environ 1 mètre de long. En Morvan, comme en Bas-Pays, les chandelles étaient bénies par le prêtre, avant la messe, et conservées dans les familles pour être allumées en cas d'orage ou lors de l'agonie d'un proche. Dans ce cas, le cierge servait à signer le défunt et il l'accompagnait jusqu'au cimetière, tenu par une bonne femme préposée à ce rôle.
A la messe étaient déposés sur l'autel écheveaux de fil, argent, oeufs ou grains pour obtenir un meilleur rendement des semences.

Aussitôt après la cérémonie, à Frétoy, on réveillait les abeilles de bon matin, on enlevait la cape de paille et l'on priait auprès des ruches.
Un mets cérémoniel existait qui figure encore sur la table des paysans du Nivernais et du Morvan, les crêpes, qui donnent à la Purification le nom de Bonne-Dame-Crêpière. Ces crêpes n'étaient autre, en Morvan, que les lourds grâpiaux que l'on faisait sauter pour porter bonheur à la maisonnée : la fille à marier se chargeait de tourner la première crêpe pour, en cas de réussite, trouver rapidement l'époux de ses rêves, une telle coutume étant en corrélation avec la croyance au mariage des oiseaux en ce 2 février.
S'il était, en général, interdit de laver le jour de la Chandeleur, on se gardait de coudre, dans la région de Fours pour protéger les enfants contre toutes brûlures.

Quant aux dictons du jour, ils se rapportaient tant aux prévisions météorologiques qu'aux veillées. C'est ainsi que les laboureurs du Morvan assuraient qu'

Ai laivoueille de lai Chand'leur
L'hiver pass' vou reprend rigueur.

De plus, la sagesse populaire prétendait que
S'il pleut sur la chandelle
Il pleut sur la javelle.

exprimant ainsi la croyance en la prédominance du temps de la Chandeleur jusqu'au moment des foins, ce qu'affirmaient d'autres dictons plus nuancés :

Si le soulei luzarne,
l'hivar ne s'rai pas parti aivant 40 zors.

(si le soleil se montre et se cache alternativement, l'hiver durera quarante jours de plus)
et
Il ne faut pas que le soleil beurleuze
sinon la pluie tombera pendant quarante jours

La Chandeleur, enfin, annonçait la mort des veillées qui avaient débuté à la Saint-Martin et se terminaient vers Carnaval (Mardi-gras) :

La Chandeleur
Coupe le cou aux veilleurs.
Carnaval
Les avale.

Le lendemain, jour de la Saint Blaise, les fermières faisaient offrandes au curé pour la santé du bétail.

Sommaire



Carnaval et Carême

« V'là les gâs qu'courrent Carnaval, les cheins n'jappant pas paireil. »

Cair'mentran : Syncope de Carême-entrant pour Carême-prenant. On appelle ainsi les trois jours qui précédent le mercredi des Cendres.

Cairnâval : Carnaval, masque, personne masquée ou déguisée. S'habiller en « cair-nâval », se déguiser, se couvrir de vêtements ridicules ou effrayants. Nous disons « cairnâvals » pour des masques, des figures grotesques.

Le temps de Carnaval arrivait avec les "Jours-Gras" précédant le premier dimanche de Carême et se poursuivait jusqu'à la veille des Rameaux.
En général, les masques ne faisaient leur apparition aux veillées qu'à partir du Dimanche gras et, bien qu'on les rencontre jusqu'aux Brandons vers Saint-Benin-d'Azy et jusqu'à la Mi-Carême à La Fermeté, ils cessaient le soir du Mardi gras ou, au plus tard, le Mercredi des Cendres, marquant ainsi la période appelée Cairamentrant ou Cairmentrant (carême entrant) et annonçant la fin des veillées :

Pour Carnaval
On jette les veillées sous la table.
La bonne Vieille les ramasse
Et les conduit jusqu'à Pâques

Sommaire


Mercredi des cendres

Mais si Mardi-Gras était bien le jour du triomphe pour Carnaval, le lendemain, mercredi des cendres, consacrait sa déchéance et son calvaire. Comme pour la veille, chaque village avait ses coutumes particulières, fidèlement respectées chaque année.
On ne manquait pas de railler ceux qui avaient fêté Carnaval, en chantant ironiquement, à leur approche, ce vieux dicton :

Jugement de Carnaval

Le jugement de Carnaval,
interprété par "Les Enfants du Morvan"
lors de l'Estivade 2005 à Dijon (21)
Pansou, pansouair
Te n'és pas chu soûl qu'au souair
Pansou, pansouair !...
Pansou et son péjoratif pansouair qui, d'ordinaire, indiquent un individu à gros ventre sont synonymes ici de gourmand et d'ivrogne : Gourmand, ivrogne, tu n'es pas aussi saoûl aujourd'hui que ces jours derniers.

Dès l'aube de ce mercredi fatal, des hommes masqués et munis de lanternes lancés à la recherche du héros de la veille, parcouraient les rues, furetant dans tous les recoins, sous les porches et jusque dans les cave où ils trouvaient toujours quelque chose à boire.
Quand finalement on le découvrait c'était un attroupement général du village. Carnaval, toujours promené par les rues, était alors conduit en cortège funèbre où toutes les fantaisies étaient de mise, jusqu'au lieu du jugement. Arrivés sur une place du village, Carnaval était jugé ; non seulement, bouc émissaire, il était chargé de tous les maux et rendu responsable des malandres ayant assailli bêtes et gens, mais encore il servait de prétexte à l'évocation des petits scandales de l'année écoulée :

« Carnaval, dit le premier, n'est-ce pas toi que j'ai rencontré un jour de foire, vautré dans un fossé ?
- Oh ! non, répond l'autre, ce n'est pas lui, c'est le père Lazare.
- Carnaval, n'est-ce pas toi qui as volé les lapins de ma voisine ?
- Que nenni ! réplique le défenseur, tout le monde dit que c'est Untel
- Carnaval, n'est-ce pas toi que l'on a vu, à minuit, sortir de chez une jeune veuve ?
- Mais non, vous savez bien que c'est le grand Louis... »

C'est au milieu des rires, francs ou jaunes, que Carnaval était condamné à être brûlé ou noyé.

Carnaval condamné à être brûlé

Le cortège reformé, on menait le grand mannequin, soit à un bûcher préparé avec soin depuis les veilles des Jours Gras, soit au bord d'un étang ou d'une rivière, où il était jeté et noyé. Le tout dans un charivari de cris, instruments, chansons, rondes et danses qui durait toute la nuit. Parfois même, les divertissements, excès de table et libations, se poursuivaient jusqu'au Dimanche de Carême, premier des quarante jours d'un régime et d'une vie plus astères.
A Quarré-les-Tombes, c'est un homme masqué que l'on condamnait au bûcher après un semblable jugement ; un mannequin était substitué au joyeux drille copieusement abreuvé pour l'exécution par le feu le soir du mardi gras.

A partir des années 1880, avec l'enracinement de la République et la restauration des libertés fondamentales, le Carnaval au village peut exprimer à nouveau sa verve satirique publiquement, mais non sans garde-fous. C'est souvent dans le cadre d'une organisation municipale ou communale formelle, telle que le comité des fêtes, ou non, tels que les petits comités temporaires d'habitants, qu'il se ranime, avant que la Grande Guerre ne le renvoie en hibernation. Mais il demeure prétexte à liquider les rancunes, à exprimer les oppositions et les contestations. Le mannequin de Carnaval reste donc le support des contestations, tolérées dès lors qu'elles ne portent pas directement atteinte aux lois et à l'ordre établi.

En 1898, par exemple, alors qu'Emile Zola vient de publier "J'accuse", les antidreyfusards de Luzy confectionnent un mannequin figurant l'écrivain puis, après l'avoir promené dans les rues, l'incinèrent et en dispersent cendres et débris dans la rivière où il dérive " [...] pour venir enfin se heurter aux piliers des cabinets d'aisance du champ de foire. Le défenseur de Dreyfus, se trouvant dans son élément, refusa d'aller plus loin", conclut avec un malin plaisir l'antidreyfusard Journal du Morvan (Numéro du 5 Mars 1898 ; Emile Zola vient de publier "J'accuse", à la une du journal l'Aurore.)

Sommaire



Fête des Brandons - Le 1er dimanche de Carême

Borde : Grand feu qu'on allume dans les champs et principalement sur les hauteurs le premier dimanche de Carême. Faire une « borde », allumer une « borde », brûler une « borde », toutes ces locutions sous-entendent un feu très nourri et flambant.

Borde

Dimanche des Bordes, des Brandons, des Bures, les trois termes renfermaient la même idée d'un feu de branchages, de fagots, de bruyères, allumé le premier dimanche de Carême. D'anciens rituels appellent cette journée solennelle « Dominica de lignis orditis », ou en français, dimanche du Bohordis, nom qui traduit littéralement le latin par bois ourdis c'est-à-dire mis en lignes, ou en tas échafaudés

Le premier dimanche de Carême, les feux de brandons s'allument dans le Morvan en l'honneur des jeunes mariées de l'année, puisque non seulement ceux-ci, presque partout, avaient le privilège, voire l'obligation, d'allumer le feu mais que la borde favorisait les mariages. A Villapourçon et Château-Chinon, à Prémery et dans la région de Saint-Saulge l'honneur d'enflammer le bûcher était réservé à la dernière mariée, alors qu'à Frétoy on s'en remettait « au premier homme marié de l'année » et à Glux au plus ancien de la maison.

C'est ce soir-là qu'on brûle toutes les ronces, épines et broussailles, provenant de l'élagage des haies car tous les cultivateurs doivent avoir terminé de « plaisser » leurs haies.. Il y a une sorte d'émulation et l'on est très fier d'avoir le feu le plus gros, celui qui dure le plus longtemps et qui se voit de plus loin. Plus le feu est gros, plus on est considéré comme un bon cultivateur.
Tout ce bois n'est là qu'un aliment pour le feu qui devait atteindre et à demi consumer un baliveau, fiché au milieu du bûcher : mai traditionnel !
Ce qu'était ce mai ? Une simple perche à Sangué, commune de Lurcy ; un baliveau ébranché à tête enrubannée vers Saulieu, surmonté d'un botte de paille ou de foin à Dun-les-Places, d'un gros bouquet de houx vers Château-Chinon... A la confection les jeunes gens s'affairaient, à moins que la coutume veuille que les derniers mariés en aient la charge ou que le premier jeune marié de l'année conduise le bois.

Des chants, des cris joyeux s'élevaient alors que montait la flamme et des rondes - « adieu à la danse jusqu'à Pâques » - entraînaient enfants et jeunes gens.

On attendait que soit atteint le baliveau et surtout ce qui le couronnait. A Villapourçon et Château-Chinon, si la flamme ne s'élevait pas jusqu'au bouquet de houx surmontant le baliveau, la jeune fille à marier en l'honneur de laquelle ses compagnes avaient fait dresser le mai n'avait aucune chance de se marier dans l'année. On disait à Lurcy que le baliveau « tombait sur le plus cornard » et, vers Saulieu, lorsque brûlé en pied il se couchait, il était pris et porté par les jeunes gens jusqu'à la plus proche maison se trouvant dans la direction qu'il indiquait : les habitants se devaient d'abreuver les porteurs et leur suite.

A Quarré-les-Tombes, on allume des feux appelés "bourdes", au milieu desquels on a planté une perche ornée d'un bouquet et d'un ruban. Les jeunes gens dansent autour en tenant à la main une poignée de glui enflammé. Quand la flamme atteint à la hauteur du bouquet, le plus hardi s'élance et arrache la perche, qui est portée au dernier marié de la Commune. Celui-ci donne une bonne main aux jeunes gens qui promènent ensuite le bouquet dans le pays en quêtant. Cet usage s'étend à une grande partie du Morvan.

Petits et grands à l'assaut des braises
Petits et grands à l'assaut des braises
Angela LUPERINI-SDAEZ

Dès qu'il ne restait plus du feu qu'un brasier incandescent on "croyait" (sautait) la borde. Les jeunes gas candidats au mariage retroussaient la blouse et mettaient la "culotte dans les bottes". A tour de rôle, chacun d'eux s'exerçait à franchir d'un seul bond l'énorme foyer. Malheur au maladroit qui ne réussissait qu'à demi, ou dont les talons seuls écrasaient les derniers charbons brûlants. Il était hué et accablé de quolibets. C'était, de plus, un fort mauvais présage : sa fiancée l'abandonnera, ou tout au moins le trahira. Il s'agissait parfois des derniers mariés, hommes et femmes, qui désiraient un enfant.
Dans la région de Glux, où la borde était allumée dans l'ouche où l'on faisait le chanvre, on dansait autour pour "avoir du beau chande", comme cela se faisait encore en 1885 à Saint-Honoré-les-Bains.

Un dernier rite marquait le jour des Brandons : La consommation des beignets. Ces beignets étaient, en général, fournis, par les mariés de l'année ou tous ceux qui avaient changé de logements dans l'année.

On croyait que le vent qui souffle le "jour des Bordes" serait le vent dominant durant toute l'année, croyance consacrée du reste par un dicton :

Le pus fort vent du jor des Bordes,
Le pus souvent, tote l'an-née déborde.

Sommaire


Le Carême

Qu'on n'aille pas croire que le Carême n'était occasion qu'à des pratiques païennes, magiques, druidiques, mélangées, déformées ou substituées aux pratiques religieuses. Le jeûne, imposé par l'Eglise, était impérieux et péremptoire. Nul n'y échappait, sauf les très grands vieillards, à qui on tolérait un jeûne modéré, mais qu'ils refusaient souvent, et les enfants jusqu'à six ans, « âge de raison ».
A partir de six ans et un jour, on jeûnait comme un grand et on « tenait le coup » même si l'estomac protestait. Et jeûner n'était pas une plaisanterie.
Le matin donc, à la place de la soupe de potée, avec un morceau de lard froid et de fromage, c'était une soupe maigre, au pain. Soupe « à la lirette » (Quand l'eau bout, elle est faite). On jetait simplement une petite cuiller de crème dans l'eau bouillante et on trempait le pain. A vrai dire, une bonne demi-livre de pain pour une écuelle, pour « tenir la tripe ».
Si les labours étaient durs : on avait la « soupe à l'huile », qui était une soupe aux légumes, où prédominait le chou-rave, « graissée » à l'huile de navette ou de colza. Une cuillerée pour quatre ou cinq personnes. Les commis l'appelaient la « soupe borgne », car « il lui manquait au moins un oeil ».
A midi, pas de viande. Les légumes étaient accommodés à l'huile, ce qui, pour des mangeurs de saindoux, est une punition terrible, et infamante.
Certaines maîtresses de maison refusaient même de servir des oeufs, car les oeufs, c'est bien de la « carne » (de la chair, donc un produit animal) et le temps de Carême est bien un temps de « carne-n'avale ».

Commune de Fretoy - 1883

Chez nos populations, ce temps de mortification a bien perdu de son ancienne austérité. Jadis, beaucoup de personnes jeûnaient les cloches, c'est-à-dire tout le temps que Jésus-Christ est resté au tombeau, depuis le vendredi saint, à midi, jusqu'au dimanche matin. On disait aussi que pendant ce deuil de l'Église, parce que les cloches ne sonnent pas, elles allaient à Rome à confesse. On ne jeûne plus guère que le Vendredi-Saint, et encore !
Il en est de même des jours gras et des jours maigres. Cette observance n'existe plus dans beaucoup de maisons.

Sommaire



Pâques fleuries - Ses rameaux, ses coutumes

Rameau de buis

Le dimanche qui précède Pâques est appelé "Pâques-fleuries" ou "Pâques-buis" parce qu'aux buis bénis on mêle des bouquets des premières fleurs des champs. C'est la première fête du printemps.

Dans toutes les églises sont bénis de simples rameaux de buis qui étaient décorés de dragées, pralines ou autres sucreries. Dès la sortie de la messe on s'empressait d'orner de buis bénit les croix des cimetières, les ruches et les étables. Le buis bénit protégeait maisons et cultures de la foudre et de la grêle, c'est pourquoi on en gardait quelques brins pour asperger la maison en cas d'orage et on oubliait pas d'en ficher un rameau en terre dans chaque champ. C'est avec un rameau qu'on donnait - et que l'on donne encore - l'eau bénite aux morts ; les vivants, confiants dans son pouvoir protecteur, en portaient un brin au chapeau.
Une croyance à peu près générale concernait le Vent des Rameaux et, particulièrement, celui qui soufflait, pendant la messe, au moment de l'élévation (Saint-Benin-d~Azy) ou de la procession (Fours, Villapourçon, Château-Chinon). Il se trouvait toujours quelqu'un pour observer le coq du clocher puisque le vent du jour devait dominer pendant les trois-quarts de l'année.

Semaine Sainte

La Semaine Sainte était marquée par des interdictions quasi générales comme celle concernant la lessive qui, cependant, se limitait à Vauclaix au jeudi, vendredi et samedi-Saint, comme à chaque semaine des Quatre-Temps. En Morvan on ne filait pas à la quenouille les trois jours précédant Pâques, sous peine de se percer la main "comme les Juifs l'ont percée à Jésus Christ".
Bien que ce ne fût pas un vrai jour chomé,on n'entreprenait rien et l'on ne terminait que ce qui eût souffert d'être "laissé en chantier".

Sommaire



Les Rogations

Procession des Rogations

Au matin des trois jours qui précèdent l'Ascension, le curé faisait une procession dans la campagne, toutes bannières dehors, pour demander à Dieu la protection des récoltes et la perfection des travaux de fouâchïon (fauchaison) le premier jour, de moichon (moisson) le deuxième jour, et de menoinze (vendange) le troisième dans les pays de vignes et dans le Morvan qui en est dépourvu, la méniyon, c'est-à-dire les récoltes d'arrière-saison, avoines, blé noir et légumes des champs.

Airgardez ben l'temps des Rogations
Le premir zor çai s'rai l'temps d'lai fouessillon
Le deuxième zor le temps d'lai mouchon
Le troisième zor le temps d'lemblévation.

La puissance divine ne protège que les récoltes de ceux qui assistent aux prières, chaque famille a, donc, grand soin de s'y faire représenter au moins par un de ses membres.

La procession, avec le curé, le marguillier et les enfants de chœur en tête, défilait à travers champs par les vieux chemins, et s'arrêtait aux croix des carrefours au pied desquelles, parfois, les habitants avaient déposé du beurre, des œufs, des gâteaux de miel. La messe du matin était dite devant l'une de ces croix. Le marguillier rassemblait les offrandes dans un grand panier qu'un enfant de chœur lui aidait à porter au retour. Il arrivait que certaines tournées fussent longues et la procession était coupée par un repas pris en plein champ ou offert traditionnellement par un propriétaire aisé ou un châtelain de l'endroit au prêtre et à ses servants.

On tirait des présages du temps qu'il faisait durant ces trois jours, et selon qu'il faisait beau ou pleuvait le premier, le second ou le troisième jour, la fauchaison, la moisson ou les vendanges devaient être sèches ou mouillées.

Sommaire

Sommaire



Le mois de Mai

Le premier mai, à la fontaine de Saint-Jacques de Saulieu, l'eau bue à l'aurore vous préservera toute l'année de la fièvre.

In'se marie en mai que les fous et les égarés.

Sommaire



La Saint-Jean

Les feux de la Saint-Jean

La coutume devait être à peu près générale vers la fin du XVIe siècle puisque Nevers même avait son feu, allumé devant la cathédrale Saint-Cyr aux frais de la ville, par ordre des échevins et qu'il est certain que les villes furent les premières à abandonner de telles manifestations populaires.

Les feux de la Saint-Jean

Selon l'abbé Boutillier, érudit consciencieux au XIXème siècle, « en Morvan surtout, la veille de la Saint-Jean, tous les jeunes gens se réunissent et le soir allument sur les montagnes de véritables feux de joie que les curés bénissaient encore au commencement de ce siècle ». Et Desforges d'assurer, sans donner toutefois de précisions qu'en 1875 la coutume existait encore dans les campagnes, surtout dans le Morvan... chaque village avait le sien ».

Cependant Dupin aîné, qui publia en 1853 une étude sérieuse sur les mours des habitants du Morvan ne parle que des apports et des louées de la Saint Jean sans mentionner les feux ; il est vrai qu'il ne signale pas plus les bordes solidement établies cependant.

Nos enquêtes ont abouti à des négations nettes pour Villapourçon, Saint-Péreuse et Château-Chinon (non, de mémoire d'homme) alors que pour Ouroux, Mhère, Corancy et Planchez il s'agit de feux disparus dont on se souvient encore (cf. carte). Niés maintenant pour toute la région morvandelle, ils ne peuvent être affirmés que pour les Amognes et quelques localités voisines comme Decize et Coulanges-les-Nevers où la tradition fut renouée en 1949 : « les rondes et les chansons se succédèrent autour du brasier et quand il s'écroulera chacun voudra le franchir et emporter chez soi un charbon encore ardent » (« Journal du Centre » - 25 juin 1949).

Ainsi, en Morvan et dans les Vaux d'Yonne, les bordes seules ont subsisté comme feux traditionnels alors que vers l'ouest se sont maintenus les deux feux ; quant à l'Entre-Loire-et-Allier il ne connaissait plus, vers la fin du XIXe siècle, ni l'un, ni l'autre et la région de Neuvy-sur-Loire avait, comme seul feu annuel, le bûcher du mercredi des Cendres où était jeté le mannequin de Carnaval.

Coutume en régression, elle a, de plus, où elle subsiste, perdu l'un de ses principaux caractères : il n'est plus question du mât solidement planté, autour duquel les fagots étaient amassés, comme cela se faisait en 1589 à Nevers. En somme, il ne s'agît maintenant que d'un simple feu de joie autour duquel on danse, bien qu'à Thiernay, commune de La Fermeté les fagots sont encore collectés par les jeunes gens, le feu allumé par des jeunes fiancés et franchi à l'aide d'une perche.

Comme pour les Brandons, naguère les plus petits villages des communes où subsistait la coutume avaient leur feu particulier le soir du 23 juin ; le saut par-dessus les flammes était de rigueur «pour ne pas avoir de furoncles au derrière » (Asnois, Monticgny-aux-Amognes - doc. Millien) ou « pour faire mûrir les raisins » (Charenton, commune de Pouilly - doc. Millien). En Morvan, les jeunes mariés avaient le privilège d'allumer le feu mais aussi l'obligation, d'offrir des beignets. Les tisons étaient emportés par les assistants, dans un sabot, et précieusement conservés, car tant en Morvan qu'en Amognes, on ne se serait avisé de demander du feu le jour de la Saint-Jean-Baptiste «parce qu'on dit que celui qui donne du feu ce jour-là donne le bonheur de sa maison » (doc. Millien).

Ces quelques faits montrent bien le rapport existant avec Noël - saut du feu, furoncles - et Carnaval - beignets après le feu. Ajoutons qu'en Amognes les charbons du feu des Brandons étaient conservés pour allumer le bûcher de la Saint-Jean.
Jean Drouillet - Folklore du Nivernais et du Morvan

Sommaire



La louée

La louée vers 1886

Outre la fête patronale que dans chaque commune les habitants tiennent toujours à honneur de célébrer, il existe encore trois louées dans la région (apports) : une à Cercy pour la Saint-Pierre (29 juin), une à La Nocle pour la Saint Cyr (16 juin), une à Fours pour la Saint-Jean (24 juin).

Mais toutes ont perdu de leur importance et de leur charme, car ce qui surtout rendait pittoresques ces anciennes assemblées, c'était l'arrivée des nombreux domestiques venant offrir leurs services, parés des attributs de leur profession :

    Un fouet autour du cou pour les charretiers,
    Un épi de blé à la bouche ou au chapeau pour les moissonneurs (Ces ouvriers se louent pour la durée de la moisson seulement, on dit qu'ils font « leurs oeuvres ».),
    Un flocon de laine au chapeau pour les bergers,
    Une feuille de chêne pour les valets de ferme,
    Une plume de volaille pour les servantes,
    Une rose au corsage pour les femmes de chambre,
    Une feuille de laurier pour les cuisinières.
Sylvain COMMEAU. Directeur de l'Ecole de Mouësse

Sommaire


La louée de la Saint-Jean

Les louées de domestiques sont liées aux fêtes de la Saint-Jean dans de nombreuses localités nivernaises et morvandelles. Dupin ainé pouvait d'ailleurs écrire au milieu du XIXe siècle que :

Les domestiques se louent ordinairement aux apports de la Saint-Jean, époque à laquelle commencent les grands travaux, jusqu'à la Saint-Martin où ils sont terminés.

Les domestiques de ferme sont loués d'une Saint-Jean à l'autre ou de la Saint-Jean (24 juin) à la Saint-Martin (11 novembre). Les jours de louée sont les fêtes patronales : lundi de la Pentecôte, Trinité, Fête-Dieu, Saint-Jean et Saint-Pierre, selon les localités.

Les jeunes gens qui offraient leurs services plaçaient sur leur chapeau une feuille de noyer ou une feuille de tilleul ; les charretiers avait une ficelle nouée à la boutonnière de leur veste ou portaient un fouet sur leurs épaules, la verge pendant d'un côté de la poitrine, et la mèche de l'autre ; les laboureurs et les bouviers avaient une feuille d'arbre à la bouche ou sur leur chapeau ; les servantes tenaient à la main un bouquet de roses ou une fleur au corsage. A Moulins-Engilbert, le palefrenier garnissait son chapeau de paille et le bouvier de foin, alors que la cuisinière arborait une petite branche de laurier-thym ; à Fours, le moissonneur avait un épi de blé à la bouche ou au chapeau, le berger un flocon de laine à la casquette, le valet de ferme une feuille de chêne, la servante une plume de volaille, la femme de chambre une rose au corsage et la cuisinière une feuille de laurier comme à Moulins-Engilbert.

On discutait les prix et, le marché conclu, le patron donnait 5 francs d'arrhes au domestique retenu. Si ce dernier, réflexion faite ou renseignements pris, se dédisait, il devait rendre non seulement les arrhes, mais les doubler. Si le patron se rétractait, le domestique conservait les 5 francs reçus.

Dans le bas Morvan, les domestiques avaient droit, en plus des gages convenus, à des sabots (de une à huit paires, selon les conventions arrêtées) ; les servantes recevaient ordinairement deux livres de laine, avec lesquelles elles se tricotaient des bas. Les sabots étaient fabriqués à la ferme par des sabotiers ambulants ; la laine provenait de la tonte des moutons ; on la filait et on la teignait à la maison.

Sommaire


La louée quotidienne

Depuis le début du XIXe siècle, et jusqu'à la dernière guerre, au moment de la fenaison et de la moisson, les fermiers ou entrepreneurs allaient, chaque matin vers 4 heures, sur la place publique de la localité retenir les hommes de journée dont ils avaient besoin. On appelait cette louée quotidienne « la place ». Là se débattait le prix de la journée pour les faucheurs d'une part, pour les faneurs, les javeleurs ou les piocheurs d'autre part. Le plus haut salaire, s'il était donné à deux ouvriers, au moins, de chaque catégorie, déterminait le prix dû à tous ceux qui avaient été retenus la veille par les employeurs, ou qui étaient embauchés pour toute la campagne. Le prix officiel était enregistré par le garde-champêtre qui, moyennant 0 fr. 50, en délivrait des relevés, pour éviter les contestations.

Avant-guerre, les prix donnés aux faucheurs variaient entre 4 et 6 francs par jour. Ceux des faneurs, javeleurs ou piocheurs étaient ordinairement inférieures de 1 franc. L'ouvrier qui conduisait l'équipe et travaillait en tête des autres était désigné sous le nom de capitaine. Il était très fier de cette marque de confiance. On lui donnait 0 fr. 25 ou 0 fr. 50 par jour de plus qu'à ses compagnons. Il prenait souvent un malin plaisir à faire attraper, à ces derniers, une bonne « suée ».

Tous les ouvriers étaient nourris et généralement bien nourris ; ils avaient droit à une chopine de vin à midi et à une autre à 4 heures. Après le repas de midi, ils pouvaient faire peurgnière, comme on dit en Nivernais, c'est-à-dire faire la sieste pendant une heure. Mais ils travaillaient d'un soleil à l'autre.

Aux environs de Luzy, où les fermes étaient encore exploitées par des communautés taisibles, on prenait pour la fenaison et la moisson un ou deux journaliers, des hommes d'oeuvres, comme on les appelait, et on les conservait pendant toute la durée des grands travaux. On leur payait une somme forfaitaire de 120 francs et on leur fournissait le terrain nécessaire pour emblaver deux tonneaux de pommes de terre. Quelquefois, on les réglait en nature et on donnait à chacun de 30 à 35 doubles décalitres de blé.

Sommaire


La « loue » du Parc de Nevers

Les « Maries »

« P 'tit frée, tint don bin mon bâton qué fasse danser la Marie. »

Elles arrivent, vers huit heures du matin, en ce jour chaud de la Fête-Dieu, a la « loue » du Parc de Nevers, par les routes de Pougues, de Coulanges, d'Azy, d'Imphy, de Saint-Pierre, celles qui vont revendre pour un an leurs fatigues aux fermiers, celles qui font au petit jour jaillir à deux mains le lait blanc du pis des vaches, celles qui pétrissent la pâte de froment, qui enfournent et qui rangent sur les claies, longtemps avant que le citadin soit réveillé, le bon pain bis de chez nous, celles qui traînent par les champs, dans les paniers énormes, dans les « quadrains » étamés, les repas des faucheurs et des moissonneurs, celles qui ont souvent du coeur, de la santé toujours, les belles filles pauvres de notre riche Nivernais, les « Maries. »
Elles arrivent par deux, par trois. Elles ont leurs robes neuves qu'elles retroussent gentiment et marchent sur le gazon pour garantir leur unique jupon blanc, et sa dentelle à deux sous le mètre de la méchante poussière. Elles parlent peu ; mille pensées assiègent leurs cerveaux simples. Chez qui vont-elles tomber cette année ? Celle-ci avait une mauvaise maîtresse qui lui faisait la vie bien dure ; celle-là était au contraire choyée par sa fermière, qui ne la traitait pas comme une servante, mais comme l'enfant de la maison ; pourquoi la mère a-t-elle voulu lui faire quitter une aussi bonne place ? pour qu'elle gagne ailleurs une ou deux pistoles de plus ; elle en veut bien à ce grigou d'argent. Hélas ! ses parents sont presque misérables, et quatre pièces de cent sous leur donneront une quinzaine de paix et de joie. Une autre laisse dans le domaine où elle était le « boyer » Lazare qui l'aimait bien et qui lui a promis d'aller la voir n'importe où ; le « boyer » a de bonnes jambes ; elle sait bien que dix ou douze lieues ne l'effraieront pas, mais elle sait aussi que les gars oublient vite et que, si celle qui va la remplacer est jolie, le danger sera bien grand. Une autre chante, taquine ses compagnes, plante des fleurettes à toutes les boutonnières de son corsage, esquisse quelques pas de polka au milieu du chemin.
- Mon guieu qu't'es donc bin aise, ma Lise.
- Pour sûr. Té sais don pas qué l'maît' Claude est v'nu hier au soir mé louer à groûs' prix.
- Té vas au Perry ?
- Oui.
- Chançarde, j'y seus à présent ; ton boun'ami Pierre mène les ch'vaux là.
- Té l'as dit, ma belle. Et j'vas à Nevers rin qu'pour mé prom'ner, rin qu'pour valser tout mon saoul avec Pierre. C'est nout'darniée saison d'doumaines ; nous faut pûs qu'cent écus pour avoir l'argent d'nout'ménage. J'vons nous marier à l'aut' Saint-Jean.
- Chançarde, chançarde ! répète un peu tristement l'amie.
Lise est ravie ; elle arrondit les bras, se dandine sur la pointe des pieds.
- Et ioup' lon la ! ... et ioup' lon la !...

« P'tit frée, tint don bin mon bâton qué fasse danser la Marie. »

La « loue, » la foire aux servantes bat son plein. Fermiers et fermières examinent ... la marchandise ; les offres et les refus de pistoles se croisent. Telle maîtresse frisant la quarantaine et prenant de l'embonpoint, cherche la forte abatteuse d'ouvrage qui en fera pour deux. Telle autre, jalouse des bonnes, à tort ou à raison, veut à n'importe quel prix la plus laide de toutes. Quelques vieux garçons essaient de découvrir, parmi les mûres, la physionomie qui trahit le plus de ... complaisance ... - « Babet... un lait de poule ... et mon bonnet de nuit. »
Et bientôt les groupes s'éclaircissent. Maintenant tout au plaisir. Chacune a cherché des yeux et presque toujours rencontré son galant. On s'en va manger sur le pouce, boire une chopine ou deux, les mines s'allument, les langues sont aussi habiles ce soir qu'elles étaient paresseuses ce matin.
Les bals du Parc se remplissent : polkas, valses, quadrilles se succèdent sans interruption et sont toujours suivis du traditionnel double baiser. Sur les bancs, dans les coins, les mains trainent dans les mains, les projets, les confidences, les promesses, les serments s'échangent et... s'envolent. .. ironiques et légers parmi les feuilles et les lanternes vénitiennes, au son des vielles, des clarinettes et des musettes, comme se sont envolés ceux de l'an passé, et comme s'envoleront ceux de l'an prochain, ceux de la dernière loue qui précédera la fin du monde.

« Tint don bin mon bâton, p'tit frée, qué fasse danser la Marie. »

Et, dans neuf jours, le lendemain de Saint-Jean, les pauvres « Maries, » si pimpantes, si heureuses aujourd'hui sous les « parquets, » reprendront leurs habits courts, leurs petits bonnets et s'en iront par les chemins, portant sous le bras tout leur linge : deux ou trois jupes et camisoles, deux ou trois paires de bas, quatre ou cinq mouchoirs enveloppés dans un vieux rideau. Elles s'en iront vers les nouvelles fermes où les douze mois qui viennent vont s'écouler pour elles, s'écouler comment ?...Elles seront bien un peu inquiètes, un peu craintives avant d'entrer.
Et, le long des routes, elles songeront, le coeur gros, à cette Fête-Dieu, aux paroles trop belles de leurs amoureux. Ils passeront, lointains et comme plaintifs, cette fois, les cris des gars mêlés aux sons des vielles, des clarinettes et des musettes.

« P'tit frée ! ... P'tit frée ! ... tint don bin mon bâton qué fasse danser la Marie. »

Louis Mirault dit Fanchy

Sommaire



Les veillées

La Saint-Martin a passé ; la vie sera tout intérieure. Terminés les travaux des champs. Les jours sont courts et la soupe, mangée « à la chandelle » est vite avalée. C'est alors que commencent les veillées qui se poursuivront jusqu'à Carnaval, voire jusqu'à l'Annonciation, la Notre-Dame-de-Mars.

Ce qu'elles avaient de caractéristique ?
« Pendant qu'on teille le chanvre ou que besogne le frotteux venu de la Marche, de la Corrèze ou de la Creuse ; pendant que jeunes et vieux délirent* les noix ou tressent des paniers d'osier ; alors que quelque vieille se crispe à son rouet en fredonnant une chanson d'antan, que le bébé dort dans son berriée de bois, un joueur de panse inspiré fait entendre des airs anciens. Et puis un conteur en verve fait défiler devant son auditoire béat une séquelle de personnages légendaires avant d'aborder l'histoire terrifiante sur laquelle on se quittera.

    Délié : Prononcer délie (e sans accent). Peler, éplucher, décortiquer (verbe délier ?) Se disait notamment (et peut-être même exclusivement ?) de la préparation des noix, avant de presser les cerneaux dont on retirait l'enveloppe pour faire l'huile. Ce travail se faisait souvent à la veillée en famille. - Petit lexique du parler nivernais du val de Bargis

Dans les chaumières morvandelles à la tignasse de glui, alors que hurlent le vent et les loups, la veillée revêt un caractère plus mystérieux.
Des chansons s'élèvent et les galvachers, de retour au pays, ont bien des choses à dire. Mais les contes de sorciers, de dames blanches, ou de meneurs de loups font prime. La pièce, chichement éclairée par une lampe « nourrie avec l'huile de chénevis », se peuple de gnômes, de lutins, de loups-garous, de culards, fantômes des enfants morts avant le baptême. Et n'est-ce point le Malin que l'on voit danser au milieu du feu de chènevottes, semblant mener le Grand Sabbat ?

La veillée, c'est la vie intime de la maison ensevelie sous les ravouses* de neige ; c'est le triomphe du grand rêve intérieur de l'homme après les épanouissements de la belle saison »

    Revouse : amas de neige produit par le vent lorsqu'il souffle avec violence. en Morvandiau : ravousse, ravoûse, reviouse. Le glossaire du Morvan - De Chambure - 1878

Ces veillées, qui se faisaient entre voisins, où les jeunes gens, serrés les uns contre les autres échangeaient des promesses, où les vieux remâchaient leurs souvenirs ... ne sont plus, à leur tour, qu'un souvenir.

Sommaire


    Les piqueries

    Les "piqueries" se faisaient presque tous les samedis de novembre à mars, tantôt dans un village, tantôt dans un autre.

    Il fallait, lorsqu'on n'usait pas des services de la coudrète, coudre et tricoter. Ils ne chaumaient pas les "chizas" (ciseaux des couturières) et sur la cheminée se trouvait en permanence la pelotte à épingles, le "baudet" morvandiau. Qui se souvient de l'atiquet que les tricoteuses plaçaient sur leur poitrine et qui servait de point d'appui pour les aiguilles ? un rien, certes, ce petit corps dur, amande, noisette ou dent de porc, mais combien ingénieux.

    Certains travaux exigeaient une main-d'oeuvre spécialisée ou abondante : à la "coutrére" (couturière) la confection des chemises, des blouses et des caracos, au "coudré" (tailleur d'habits) le soin des paletots et des pantalons, et à tout un essaim de jeunes filles celui des couvertures. Et nous ne saurions parler des couvertures sans évoquer les piqueries d'hier dont la coutume, venant de la région d'Autun, s'étendit à Lucenay-l'Evêque, Moux, Planchez et, plus tard, à Ouroux.

    Départ pour la veillée

    La maîtresse de maison qui avait une ou plusieurs couvertures à faire convoquait une dizaine de jeunes filles des environs, voire une quinzaine. Le tissu (satinette de couleur différente pour le dessus et le dessous, ou satinette et cretonne), était tendu sur un cadre de bois placé sur des chaises ; la laine bien répartie, il ne restait plus qu'à piquer dessus et dessous, en suivant des dessins tracés à la craie : travail souvent exécuté au son de la musique. Tout était terminé le soir même. C'est alors qu'arrivaient les jeunes gens et l'on fêtait l'ouvrage en un joyeux bal qui durait une partie de la nuit.

    Sommaire


    Chansons

    En roulant mai beurouette
    Chanteuse de Château-Chinon - N° inventaire : 0696c02_02 - Maison du patrimoine oral à Anost (71)
    La bique du Jean-Milan
    Rémi Guillaumeau et Pierre Léger - Danses et chants du Morvan - Arfolk SB 337
    La Jouse Frisanon
    Odette Fossot - Danses et chants du Morvan - Arfolk SB 337
    Le trébruchot
    Rémi Guillaumeau et Pierre Léger - Danses et chants du Morvan - Arfolk SB 337
    Le p'tiot gars de Vermenoux
    Armand Perrigueur- N° inventaire : 1323_11 - Maison du patrimoine oral à Anost (71)
    Le ch'tit borgeaillon (Et youp)
    Bibi - N° inventaire : 1670 - Maison du patrimoine oral à Anost (71)
    Polka des gars de Jnas (La sauteriotte)
    Jeannot Gauthier - N° inventaire : 1670 - Maison du patrimoine oral à Anost (71)
    Mazurka de Massingy
    Roger Tellier - N° inventaire : 1670 - Maison du patrimoine oral à Anost (71)
    La valse morvandelle
    Tingault et Fabert - N° inventaire : 1670 - Maison du patrimoine oral à Anost (71)

    Sommaire


    Contes et légendes

    Des récits de veillées.
    En ce temps-là, les vieux racontaient des histoires « pour passer le temps et empêcher de s'endormir ». Mais, « les autes fois », on ne restait cependant pas sans rien faire, comme aujourd'hui : les femmes filaient, alors que les hommes faisaient des paniers ou même battaient au fléau dans la grange ; la parole était le fait des vieux qui avaient acquis le droit de parler par leurs travaux d'antan ; on se méfie en effet de la parole : ceux qui parlent sont des feignants ou des « ouvre-gueule ».

    Ein tor de force... et de béte


    Conte dit par Hélène Déceneux vers 1983
    PDF : Patois et traduction
    Ein tor de force... et de béte
    Ce conte est tiré de « L'Ame du Morvan », la traduction française de ce texte a été réalisée par l'atelier patois d'Alligny-en-Morvan.

Sommaire


      La Pierre qui vire

      C'était les autres fois.
      Les grands bois des comtes de Chastellux résonnaient, la nuit tombée, du chant des loups qui hantaient ces lieux. Il n'y avait rien, alors, dans ces cantons que des taillis immenses jalonnés d'arbres immenses que les comtes gardaient pour les charpentes de leurs bâtiments.
      Là, coulait le Trinquelin descendu des hauteurs et qui chutait entre des roches et des souches qui le faisaient gronder en tonnerre. Et pourtant, les hommes y venaient le jour.
      Ils travaillaient à couper, scier, charrier, écorcer et affluaient des hameaux alentour pour repartir le soir, au brun du jour. Dès l'aube, les cris résonnaient et les appels aux bœufs retentissaient pour retrouver et appeler les bêtes qui passaient la nuit à brouter la pourotte des clairières.

      C'était un temps où le monastère des bénédictins de la Pierre-qui-Vire n'était pas encore construit. Bien bien avant, quand le pays sentait encore le païen.
      En revanche, la Pierre, elle, existait. Et depuis bien avant les choses d'avant. Et si on la disait vivante, c'est qu'elle pivotait sur son énorme socle.
      A ce qu'on en disait. Et les choses étaient précises.

      Il y avait, en effet, au hameau de Vaumarin, une chapelle ou une église dont la cloche tintait. Et, la nuit de Noël, la cloche égrenait ses douze coups d'airain qui se perdaient dans les frondaisons immenses.
      Au premier de ces coups, disait-on, la roche énorme s'ébranlait. Et, au fur et à mesure que les coups tapaient, la Pierre dévoilait un antre géant dont on racontait qu'il étincelait d'or et de pierreries. Mais, au douzième des coups, ce bloc reprenait lentement sa place pour un an.

      Mais, bien sûr, en cette nuit de Noël où chacun allait à la messe, personne ne s'était risqué à s'approcher de la Pierre pour voir ce que les autres racontaient.

      Or, un jour, les charretiers qui hantaient les lieux voulurent en avoir le coeur net. Ils regroupèrent leurs bœufs, couplèrent les chaînes, enfoncèrent les coins, ceinturèrent la roche, taillèrent des leviers, menèrent un train d'enfer toute une matinée et, quand tout fut prêt, les deux lignes d'attelées de dix paires de bœufs chacune, s'ébranlèrent à grands coups d'aiguillon ; les gars piquaient les bêtes au dos, aux reins, aux cuisses, les bœufs donnaient au joug, les mufles rasaient le sol en lâchant des filets d'écume et des sons sourds d'excitation et de nerfs. Les chaînes étaient ferrées à mort, les anneaux criaient sur le granit et les hommes hurlaient et juraient. Vraiment, la scène les surprenait eux-mêmes.

      Les boeufs donnaient au joug

      Mais la Pierre ne bougea pas.
      Ils auraient pu la desceller, sûr de sûr et vingt dieux de cent dieux ! Mais une force la retenait en place, défendant le trésor caché dans les entrailles.
      On s'y reprit deux fois, trois fois jusqu'à ce que les bêtes, rendues, commencèrent à se coucher dans les traits.

      Or au hameau de la Provenchère, dans une pauvre maison couverte d'une lèpre de chaume et de mousse. vivaient le Jean Pieuchot et la Nanette. Ils avaient un enfant de quelques mois qui ne marchait pas. Le Jean travaillait en journée à couper du bois pour les comtes, bois qui partait pour le flottage au moment des lâchures d'eau.

      Comme chez beaucoup, la misère guettait dans le logis et comme beaucoup, la Nanette avait été bercée par les histoires de cette pierre et de son trésor. Elle attendait donc, depuis plusieurs mois, la nuit de Noël. Son homme partit à la messe, elle prétexta la garde de son enfant pour demeurer chez elle. Elle le vit s'éloigner dans le noir et la neige avec son falot qui disparut dans les ténèbres.

      Elle enveloppe son petit

      Aussitôt elle enveloppe son petit dans un vieux châle, se passe une mante sur le dos, allume sa lanterne, bouche la porte et emmène l'enfant accroché à son épaule. La nuit était noire et le chemin mauvais mais la pauvre était guidée par l'espoir d'améliorer l'ordinaire et de quitter cette misère qui les tenaillait d'une année sur l'autre. Sa volonté, ce soir-là, était d'autant plus inébranlable qu'elle attendait ce moment depuis des mois déjà.

      Sans se perdre et sans s'émouvoir des bruits qu'elle entendait autour d'elle, la Nanette parvint au pied de la Roche imposante dont l'ombre la dominait de sa masse.
      Là, elle attendit. Le froid pinçait et son petit demanda le sein. Elle se blottit sous la pierre qui l'abrita du vent et elle patienta.

      Soudain, elle l'entendit. Un tintement, au loin, lui parvint. C'était l'heure. La roche, dans un sourd roulement, la bouscula un peu et elle s'en retira, affolée et à la fois pleine d' espoir.
      Bientôt, l'antre apparut à la faible lueur de sa lanterne. Les coups, lentement, se succédaient.
      Vite, elle pénétra dans la faille et sans retard, elle posa son petit sur un tas de ces pièces et pierreries qui lui donnaient un tournis inconnu.
      Quant aux coups de cloche, elle ne les comptait plus. Elle emplit une besace de pièces à pleines mains dans une précipitation fébrile. Et bientôt le roulement du rocher se refit entendre comme un foudre poussé sur les pavés de Quarré-les-Tombes.

      Vite, vite, elle se rue au dehors, trébuche, se reprend et tombe dans la neige, s'affalant sur sa besace qui dégorge ses pièces d'or. La lourde Pierre se tait et le silence reprend sa place dans ces bois désertés.
      Et l'enfant ! Son enfant ! Il est sous la pierre, elle l'y a oublié. Son cri déchire la nuit, la pauvre n'est plus elle, elle frappe le roc de ses poings mais là où les bœufs avaient échoué, comment, elle, aurait pu vaincre le monument ?

      Elle regagna le logis, abasourdie, prise de folie et quand le Jean revint, il la trouva dans un coin de la pièce, hagarde et échevelée.
      En voyant le sac à terre dégorgeant de pièces d'or, il comprit ce qu'elle avait fait. D'abord il s'en réjouit : un tel butin était inespéré. Mais l'absence du petit l'assaillit aussitôt et il tenta de faire parler la malheureuse.

      Le lendemain, avec d'autres, il alla au rocher. Le jour n'y changea rien et la Pierre ne bougea pas.
      Ils attendirent un an et l'Annette reprit courage.
      Le soir de Noël arriva, l'homme et la femme prirent le chemin du rocher avec autant d'espoir que d'angoisse. Retrouveraient-ils leur enfant ?

      Bientôt, à l'écoute du clocher lointain, ils entendirent le premier coup de minuit. La pierre roula sourdement, la faille apparut et la Nanette, suivie de son homme, se précipita dans la brèche avant qu'elle ne fût totalement dégagée.

      Au fond, assis là où l'avait laissé sa mère un an auparavant, l'enfant attendait calmement. La joie fut immense et les pauvres ne pensèrent pas au trésor qui les entourait. Ils regagnèrent la nuit, le chemin, la maison bien plus heureux qu'avec n'importe quel butin.

      Quant à la Pierre, il semble qu'à compter de cette nuit, elle se soit immobilisée. La cloche de Vaumarin ne tinte plus et les grands bois sont là qui veillent sur le Roc.
      Philippe Berte-Langereau

      Sommaire


      La fontaine aux bœufs

      La fontaine aux bœufs

      Qui mieux que Saint Grégoire - dit "Le Grand" - était habilité à soigner la cocotte et autres sales denrées qui pouvaient s'abattre sur le bétail ? Peu de monde, en vérité, mis à part quelques "endev'deux" aux formules magiques et aux incantations sulfureuses.
      A vrai dire, c'est à la chapelle de ce saint guérisseur qu'on se rendait jadis pour exorciser la maladie de son bétail à cornes.
      Le 12 mars, force pèlerins allaient en procession sur les rives de la Romanée, invoquer Saint Grégoire en sa chapelle bâtie dans le nord des Morvans, près de Villeneuve-les Presles.
      En 1746, on vit ainsi plus de 10.000 pèlerins venir implorer le saint alors qu'une redoutable épizootie décimait bœufs et vaches.
      Près de la chapelle se tient une modeste source dite « la Fontaine aux bœufs ». Autrefois, une niche y abritait la statuette de Saint Grégoire le Grand. Et une étrange histoire s'y rapporte.

      La fontaine aux bœufs

      Un jour, un charretier des environs débardait du moule avec deux bœufs rouges de l'ancienne race d'ici. L'homme connaissait les attributions du Saint et l'avait déjà sollicité contre la maladie d'une bête. Mais ce jour-là, occupé à terminer une coupe, il passa plusieurs fois devant la statue sans se découvrir.
      On entendit l'angélus tinter au clocher de Villeneuve et les deux bœufs s'arrêtèrent devant le bon saint figé dans sa niche. Le charretier jura comme il se doit, piqua les bêtes, piétina son bonnet, s'en prit finalement au saint qui resta de marbre. Rien n'y fit, l'attelage ruminant demeura en place.
      - Ah! c'est ça ? dit-il, vous voulez que je salue le saint ? Attendez voir.
      Et hors de lui en voyant le jour s'éteindre alors qu'il avait un voyage à faire, il brandit son aiguillon, en piqua la statue en criant : - Allons, mon Grégoire, marche donc ! Et, repiquant ses bœufs, il leur intima une dernière fois l'ordre d'avancer. Mais les deux rouges, à l'instant, s'écroulèrent morts à ses pieds.
      Philippe Berte-Langereau - Illustrateur : Jean-Marc Stalner

      Sommaire


      Les mille et une nuits du Léon de Villapourçon

      Versin originale
      Les mille et une nuits du Léon de Villapourçon
      Les mille et une nuits du Léon de Villapourçon

      Sommaire


      La griffe du Diable

      C'est une roche haute de trois mètres et mesurant douze mètres de tour, tombée, on ne sait comment, en équilibre sur un socle. Elle porte dans ses flancs une large empreinte produite par des érosions naturelles et qui ressemble à une griffe colossale.
      A ses pieds, l'amoncellement des pierres donne l'impression d'un caméléon apocalyptique préposé à sa garde.
      Comment une pareille mise en scène n'inspirerait-elle pas la légende ? Et celle que l'on conte est si vieille, qu'elle est, depuis bien longtemps, reçue dans la tradition. Pour Uchon, c'est de l'histoire.
      L'action se perd dans la nuit des temps, mais on sait qu'elle se passait à l'époque lointaine où les habitants de Toulon avaient décidé de jeter, sur l'Arroux, un solide pont de pierre.
      On procédait alors à peu près comme aujourd'hui, et plusieurs concurrents briguaient l'adjudication des travaux. Or, si le prix proposé paraissait rémunérateur, les conditions étaient dures.L'une d'elles notamment, plus dangereuse, fixait, pour l'achèvement du pont, un délai trop court à dire d'experts. L'inexécution de cette dernière clause entrainait retenue de la moitié du paiement.
      Effrayés par ces exigences, les entrepreneurs d'alentour s'étaient retirés les uns après les autres, peu soucieux de risquer la ruine pour un gain peut-être illusoire.
      Un jour, survint à Toulon une sorte d'aventurier, maître maçon ambulant, comme il s'en trouvait au moyen âge, habile de son métier, d'ailleurs, et confiant en son expérience.
      D'où venait-it ? Du Nord, croit-on.
      Il menait à sa remorque une gracieuse enfant, sa fille, à qui de grands yeux bleus dans un visage pâle auréolé de cheveux d'or donnaient un charme indéfinissable.
      A peine arrivé, le maçon s'enquiert. Il apprend qu'un pont est à construire, examine les charges imposées, et, plus audacieux que ses confrères, prend l'engagement de livrer le travail en temps voulu.
      Il se met à l'oeuvre, engage ses ouvriers et pousse activement les travaux.
      Cependant, le temps presse et bien que l'arcade soit menée bon train sur ses étais habilement combinés, voici venir la veille de l'échéance fixée pour la livraison du pont, et, par une erreur incompréhensible, la clef de voûte manque. Il faudrait une énorme pierre pour combler le vide et parachever l'oeuvre. On la trouver ? On n'en connatt pas sur place ; Uchon seule pourrait la fournir. Mais Uchon n'est pas proche et le transport d'une telle masse, si tant est qu'il soit possible, exigerait plusieurs jours.
      Le maçon perdra-t-it donc le bénéfice de son industrie ? Le pauvre homme se désespère et s'arrache les cheveux.
      Au demeurant, il n'était point dévot et plutôt que d'invoquer le secours du Ciel « Holà s'ecrie-t-it. Messire Satan, venez à mon aide, et vous n'en serez point leurré. »
      Rarement le diable se méle ostensiblement des affaires des hommes. Il n'en finirait plus de répondre à tous les mécréants qui l'invoquent. Mais il a parfois son idée et se montre quand il lui sied.
      Cette fois, Satan mûrissait un projet. Ce maître en laideur et en corruption voyait d'un oeit haineux croitre en sagesse et en beauté la fille du constructeur. Rebelle à ses instigations, la belle enfant nourrissait en son coeur l'amour le plus chaste pour un brave garçon qui secondait son père avec intelligence. Le jeune homme, violemment épris de ses charmes lui avait demandé sa main et tous deux, fiancés désormais, n'attendaient que l'achèvement de l'entreprise pour obtenir le consentement paternel.
      Trop favorable était l'occasion, le diable parut. Dans sa hâte, il n'avait pas pris le temps de se donner une apparence décente. Aussi n'était-il pas beau. Sa longue tête grimaçante, ornée d'une barbe de bouc, d'oreilles de loup et de deux cornes sinistres, ballottait sur un corps eflanquë, de stature colossale, et noir comme les moricauds des pays infidèles. Ses pieds et ses mains se terminaient en griffes, et, sur son dos, deux longues ailes nervées comme celles des vampires, se repliaient, au repos, avec un bruit de papier froissé.
      « Or ça tu réclames mes services ? Je suis à toi, bonhomme ; mais rien pour rien, a bon entendeur salut ! »
      Puis, de sa voix tantôt rauque, tantôt glapissante : « Je vois d'ici, parmi les roches d'Uchon, la pierre qui, sans équarrissage, sera ta clé de voûte. Demain je te la baillerai avant l'aurore. »
      Tremblant, d'abord, et médusé par la frayeur, le maçon s'était ressaisi. L'appât du gain l'endurcissait. « Oui bien, fit-il, mais qu'exigerez-vous en échange ? Mon âme, peut-être ? » - « Ton âme ne vaut pas qu'on se dérange. Non, ce qu'il me faut, c'est ta fille. » - « Ma fille ? vous plaisantez, elle n'a point seize ans ! » - « Il me la faut, te dis-je, ou tire-toi d'affaire. »

      La griffe du Diable
      Certes, le constructeur n'était pas un père modèle, mais la prétention du diable lui parut si monstrueuse, qu'il résista longtemps. Cependant, Satan voulait sa proie. Tantôt persuasif, tantôt menaçant, il fit tant et si bien que le malheureux père, grisé par ses promesses de fortune, se laissa tenter. Au bout d'une heure, il apposait sa signature sur le contrat livrant sa fille au diable, à condition que la clé de voûte lui serait apportée secrètement la nuit suivante, avant que le coq n'eut chanté. Satan avait partie gagnée. Satisfait, il étendit ses ailes et prit son vol en ricanant.
      A peine eut-franchi l'horizon qu'un homme effaré surgit d'un buisson et prit sa course vers la ville. C'était le triste fiancé, involontaire témoin du marché criminel qui allait briser sa vie.
      Haletant, il accourt près de la jeune fille, et lui conte tout ce qu'il vient de voir et d'entendre. Terrorisés, les pauvres enfants vont se jeter aux pieds de la Madone. Et soudain, le jeune homme se relève, une inspiration lui vient.
      Sans perdre une minute, il se munit d'un sac, glisse au fond le coq le mieux gorgé du bourg et s'élance vers le pays d'Uchon. Cinq lieues l'en séparent, mais le danger lui donne des ailes. Avant minuit, il atteint le sommet de la montagneet se blottit contre un rocher. La nuit est belle, la lune étend partout ses rayons blafards.
      Bientôt, un gigantesque oiseau de nuit grossit dans le ciel et vient planer sur la montagne. Il tournoie, descend et s'abat sur une roche comme un vautour sur sa proie.
      C'est Satan. Il saisit le bloc entre ses griffes et, de nouveau, s'élève dans les airs.
      De sa cachette, le jeune homme a tout vu. Prestement, il tire du sac le coq endormi, le secoue et, bien en face de la lune, le perche sur le roc.
      Réveillé en pleine nuit, le chanteur matinal s'imagine voir l'aurore, et, de sa voix la plus claironnante, jette vers le ciel son cri de triomphe. Tout aussitôt déchire l'espace un affreux blasphème répercuté par les échos de la montagne. Dupe de l'ingénieux fiancé, Satan croit son marché rompu. Ses griffes se détendent, ses bras s'ouvrent et le rocher fend les airs pour retomber avec fracas sur le granit qui, depuis lors, lui sert de piédestal.
      Telle était la dureté de la pierre, que le choc ne la brisa point mais, la griffe du diable, brulant des ardeurs de l'enfer, s'y était incrustée. L'empreinte en est visible et demeure en témoignage de l'histoire.
      Vainement, au point du jour, le constructeur attendit sa clé de voûte. Satan fut infidèle et le maçon encourut la déchéance. Mais, tandis qu'il se lamentait, vinrent à lui les deux fiancés. La joie qui rayonnait sur leur visage avait assez d'éloquence. Et comprenant enfin son ignominie, le père dénaturé implora son pardon.
      E. Fyot.

Sommaire



Sources

Page réalisée sur la base des documents :
L'Origine des masques, mommerie, bernez et revennez ès jours gras de Caresmeprenant, menez sur l'asne a rebours et charivary - Claude Noirot - 1609
Glossaire du Morvan - E. de Chambure - 1878
Statistique de la commune de Fretoy - Jean Simon - 1883
Folklore de la région de Fours - Sylvain Commeau - Directeur de l'Ecole de Mouësse - 1886
Les usages, croyances, traditions, superstitions de l'Yonne - Charles Moiset - 1888
La Revue de Bourgogne - 1911
L'âme du Morvan - A. Guillaume - 1923
Folklore du Nivernais et du Morvan - Tome 1 et tome 2 - Jean Drouillet - 1962
Le Morvan coeur de la France - Joseph Bruley - 1966
La vie quotidienne des paysans bourguignons au temps de Lamartine - Henri Vincenot - 1977
L'almanach du Morvan 1977 - Lai Pouèlée
L'almanach du Morvan 1979 - Lai Pouèlée
Recueil de Chants populaires du Nivernais - Sixième Série - Paul Delarue et Achille Millien - 1985
Bulletin de liaison des membres du groupe « Les Enfants du Morvan »
Le calendrier traditionnel de la vie paysanne en Morvan - Emission de radio du 21 janvier 1999 à Château-Chinon - Michel Salesse - N° inventaire Mpo : 3193
Croquis Nivernais - Les « Maries » - Louis Mirault dit Fanchy - Mémoires de la Société académique du Nivernais - 1898.
Extrait de « le clocher d'Anost » article de l'Abbé Georges Bringer, curé d'Anost de 1930 à 1956 - Vents du Morvan (Pages 93 - 94) N°62 Printemps 2017
Patrimoine oral - Base inter-régionale
Les faiseurs de nuées (La Pierre qui vire - La fontaine aux bœufs) - Philippe Berte-Langereau - E.R.C. ISBN 2-9512306-1-3 - 1998

Sommaire

Le Morvan Les flotteurs
Les margotiniers
Les galvachers
Les nourrices
Les conscrits Les communautés
Les "Ailleurs"
Les tissus
Les habits
La lessive
Calendrier
Le mariage
Humour
Les musiciens
Les danses
A voir
Mises à jour