Le MorvandiauPat Les parlers bourguignons-morvandiaux
Le Morvan Les communautés Les flotteurs Les margotiniers Les galvachers Les nourrices Les conscrits Les musiciens Les "Ailleurs" Le calendrier Le mariage Les danses L'humour Les tissus Les habits La lessive A voir Les parlers
morvandiaux
Les parlers
bourguignons-morvandiaux
Glossaire
bourguignon-morvandiau
Mises à jour

Carte des sources

Carte des sources


01 - Glossaire des Noëls Bourguignons de Bernard de La Monnoye - 1720

La première édition des Noëls Bourguignons parut en 1700 sous le titre de Noei tó novéa composai en lai rue du Tillô chez Jean Ressayre à Dijon. Cette première édition comportait 13 noëls en patois bourguignon.
Les noëls de Bernard de La Monnoye connurent en Bourgogne, mais même au-delà des limites de la Province, un très grand succès.
Dans ses noëls, Bernard de La Monnoye, sous couvert de l'usage d'un patois peu répandu au-delà de la Bourgogne, s'est permis d'écrire avec un ton plutôt libéré et a inséré au sein de ses noëls des critiques sur la société d'où son surnom de "bourguignon salé". Cela lui valut quelques contestations mais qui n'ont en rien nuit à la large diffusion de ses noëls auprès du public.
L'édition de 1720 constitue, dans l'histoire des éditions des Noëls Bourguignons une étape importante. C'est en effet la première à proposer un glossaire alphabétique à la suite des noëls contenant des définitions, des explications étymologiques voire des anecdotes sur la plupart des termes bourguignons des noëls.
Elle paraît en 1720 sous le titre Noei Borguignon de Gui Barôzai, quatreime edicion don le contenun at en fransoi aipré ce feuillai. C'est aussi la première édition où le pseudonyme de Gui Barôzai figure de manière aussi explicite dès la page de titre. Tout laisse à penser que, dans cette édition, l'auteur prend toutes les précautions possibles pour ne pas être reconnu.

Jacquin Lucie

Attention : Les 3 points de suspension qui suivent un mot, indiquent que celui-ci ne comporte que la première définition, consultez le glossaire pour plus d'informations.

    Liens : Glossaire des Noëls Bourguignons

    Les Noëls Bourguignons de Bernard de La Monnoye - Jacquin Lucie - Mémoire de master 1 / juin 2016

02 - Glossaire étymologique et comparé de l'idiome bourguignon - 1856

D'après mes remarques, sur huit à neuf cents mots de mon Glossaire bourguignon, il y en a plus de deux cents qui dérivent du gallois et du breton, cent soixante environ qui dérivent du latin, une trentaine venant du grec, quelques-uns de l'anglais et de l'italien, un petit nombre du tudesque, et enfin plusieurs autres ayant une étroite alliance avec les langues romanes du Nord ou du Midi. On voit par cette nomenclature que c'est l'élément gaulois qui domine ; et comment en serait-il autrement, puisque les Bourguignons se trouvèrent, après leur conquête, immédiatement en contact avec le paysan gallo-romain, qui n'avait pas oublié la langue de ses pères ?
Le Glossaire que je donne à la suite de cet exposé sommaire est non-seulement le résumé de mes lectures et de mon étude de la littérature romano-bourguignonne, mais encore des souvenirs de mon enfance et de mes remarques assidues pendant un long temps. À l'époque de mes jeunes années, plus j'étudiais le français et plus j'étais frappé de la différence et du choix de ses expressions avec celles que j'entendais journellement autour de moi, soit dans la bouche d'une vieille gouvernante qui m'avait élevé, soit chez les paysans de la contrée châtillonnaise, soit dans une partie de la ville que j'habitais avec mes parents.
C'était donc une langue particulière, dont mon éducation de collége m'éloignait ; mais d'où venait-elle et où remontait son origine ?... Telles sont les questions que je me suis souvent adressées et qui ont provoqué les études que je résume dans cet ouvrage.

Nota bene. — Il ne faut point perdre de vue que le but principal de ce Glossaire est de faire l'étude de certains mots qui, pour n'avoir jamais été analysés, ne figurent dans aucun de nos dictionnaires et sont, pour la plupart, exclus en France du droit de cité. Je dois dire qu'après avoir lu scrupuleusement plusieurs manuscrits du XIIIe et du XIVe siècles, et entre autres un de nos volumineux romans rimés des Trouvères et d'autres chansons de geste, j'ai rencontré peu d'analogies et peu de congénères de ces mots de notre idiome bourguignon : c'est donc dans des sources plus éloignées que le provençal et le français qu'il faut aller chercher leurs racines. On les trouvera en effet bien plutôt parmi les paysans que parmi les poètes, toujours épurateurs du langage ; on les rencontrera, dis-je, bien plutôt dans ce qui nous reste de la vieille langue gauloise, dans le Breton : Bretonnant (en Armorique) par exemple, que dans nos pays civilisés depuis plusieurs siècles.
L'ouest de la France est resté gaulois même après la guerre de la Vendée ; ses chants populaires, nouvellement recueillis, portent le cachet de la naïveté et de la langue primitive de notre sol. Citer l'idiome breton, c'est incontestablement rappeler les racines celtiques qui se cachent dans les replis de notre vieux langage ; mais mon intention n'est pas d'en abuser. J'exposerai loyalement mes aperçus étymologiques, et le lecteur lui-même en tirera les déductions naturelles. Loin de moi l'idée de lui rien imposer sur un terrain difficile et souvent conjectural.
Il faudra bien se rappeler aussi dans tout le cours du Glossaire suivant que la terminaison des verbes est en ai ou é à l'infinitif pour nos verbes français terminés en er ; en i pour ceux en ir, et en oi pour ceux en oir ; que la voyelle ô surmontée de l'accent circonflexe doit se prononcer eu ; qu'enfin, pour toutes les autres parties du discours, l'orthographe bourguignonne a son type et ses règles particulières, qui seront développées dans la deuxième partie.

Thomas Joachim Alexandre Prosper, Mignard - 1802-1891

Attention : Les 3 points de suspension qui suivent un mot, indiquent que celui-ci ne comporte que la première définition, consultez le glossaire pour plus d'informations.

Lien : Glossaire étymologique et comparé de l'idiome bourguignon


03 - Glossaire du canton de Saint-Germain-du-Bois - 1860

Le patois dont nous donnons le glossaire n'a pas une grande originalité. Tandis que le provençal, le breton, le picard, ont l'importance d'une langue, avec leurs monuments, le bourguignon et notre idiôme, son congénère, ne sont à peu près composés que de vieux mots français et de locutions exotiques que les diverses occupations étrangères ont pu laisser sur notre sol ; on y rencontre aussi des expressions autochtbones qui n'ont pas d'équivalent dans les autres patois. Un contemporain du roi Jean, s'il revenait au monde, comprendrait mieux le langage de nos paysans que celui des salons et des académies.

Ce Glossaire est loin d'être complet ; l'accent, la désinence, la configuration variant souvent d'un canton et même d'un village à un autre. On y verra du moins la physionomie de l'idiôme rustique que nos pères nous ont transmis presque sans altération dans sa naïveté première. Dornestica verba.

Jules Guillemin - 1860

Lien : Glossaire explicatif, étymologique et comparatif du patois de l'ancienne Bresse Chalonnaise, et notament du canton de Saint-Germain-du-Bois


04 - Glossaire comparatif du vieux français et du morvandeau - 1864

Ce glossaire est composé de mots pris dans Rabelais, Froissard, Montaigne , Villehardouin , Ronsard, etc. ; dans les dictionnaires de Furetière (1690) et de Trévoux ; les grammaires de Robert et Henri Étienne, etc.; dans les glossaires de Roquefort, de Du Cange, de la chronique des ducs de Normandie ; dans le livre des Métiers, celui de la Taille de Paris (1292) ; dans les romans, fabliaux, chants et théâtre des XIIe, XIIe, et XIVe siècles , etc.
Nous ne pouvons donner à ce travail accessoire toute l'extension qu'il nécessiterait, c'est-à-dire fournir des exemples à l'appui de nos citations, ni même indiquer pour chacune d'elles l'auteur où nous avons puisé; nous nous bornerons donc à donner en première ligne le mot français authentique, avec sa signification actuelle, puis, en italique, le vocable morvandeau correspondant, quand il en diffère.
LATIN. Nous ne citerons ici que les mots particuliers à notre patois et qui ne se trouvent, que nous sachions, ni dans l'ancien fiançais, ni dans les autres dialectes. Ces mots sont en petit nombre, mais nous ne doutons pas qu'une étude plus complète du morvandeau n'en fasse découvrir bien davantage. Mot suivi d’un « L »

Histoire de Château-Chinon - E. Bogros - 1864


05 - Glossaire du canton de Montrêt - 1866

Après la publication du savant mémoire de l'honorable secrétaire de la Société d'Archéologie sur le patois de la Bresse chalonnaise en général, et du canton de St-Germain-du-Bois en particulier, il semblera peut-être inutile de s'occuper de celui d'un autre canton contigu. Cependant, comme il le dit lui-même, de nombreuses variantes existant entre les divers lieux de ce pays, à tel point même que les habitants de St-Germain ne comprendraient rien au pur langage de ceux de Montpont ou de Varennes-St-Sauveur, il est possible qu'on trouve quelque intérêt dans la comparaison de celui du canton de Montrêt, outre un beaucoup plus grand nombre de mois.
Le dialecte dont il s'agit est parlé non-seulement dans toutes les communes du canton, mais encore dans plusieurs du voisinage, telles que celles de Baudrières, de St-Germain-du-Plain, de Lessard, de Thurey et de Tronchy. C'est le patois des Boutards ou habitants des bois, ainsi qu'on l'appelait autrefois, pour le distinguer du patois des Tappons, du patois des Bressans et autres. On ne doit pas chercher les racines de ce dialecte dans la langue des Grecs, ni des Celtes , ni des Bourguignons ou des Francs. Tous les mots en paraissent dérivés de la langue latine défigurée dans le Moyen-Age, comme ceux des langues française, italienne et espagnole. Ce patois remonte donc à la domination romaine, dont les ruines recouvrent encore le sol du pays. Il a survécu à cette domination, malgré l'invasion des Barbares du nord et la destruction de toutes les habitations. On pourra en juger par le vocabulaire d'un assez grand nombre de mots qu'on va en donner. Il se rapproche plus du bon français que le patois bressan du département de l'Ain et des cantons de Cuiseaux et de Montpont ; plus aussi que le patois Tappon de St-Usuge, Mantcony, Frangy, etc.
On le distingue surtout :

    l - Parce qu'il change la diphthongue AU en JAU , comme dans vieau, coutieau, ieau, chapieau, usieau, etc., pour veau, couteau, eau, chapeau, oiseau.
    2 - Parce qu'il change O en OU, comme dans roube, écoule , coûte, routie, couchon, etc., pour robe, école, côte, rotie, cochon, etc. ; réciproquement OU en O, dans co pour cou, cour, court, fo pour four, forche pour fourche, bocquin pour bouquin, corir pour courir, jornée, jornal, pour journée, journal etc.
    3 - Parce qu'il change la terminaison AL en AU, chevau, animau, hôpitau , jornau, etc., pour cheval, animal, hôpital, journal, etc. ; et réciproquement la terminaison plurielle AUX en ALS, comme chevals pour chevaux, animals pour animaux, hôpitals pour hôpitaux, mals pour maux, jornals pour journaux , etc.
    4 - Parce que les terminaisons en UN sont prononcées IN , comme Autin pour Autun, chaquin pour chacun, Verdin pour Verdun, vingt-in pour vingt-un, etc.
    5 - Parce que la diphthongue EI se change en OI, dans noige pour neige, voille pour veille, voine pour veine, soille pour seille et pour seigle, etc.
    6 - Parce que la syllabe ER est prononcée comme AR, dans tarre pour terre, harbe pour herbe, harche pour herse, miarle pour merle, charchir pour chercher, Vardin pour Verdun, etc.
    7 - Parce que la lettre L, précédée d'une consonne et suivie d'une voyelle, se mouille dans la prononciation, comme bllié pour blé, bllianc pour blanc, fllianc pour flanc, plle pour plus, plli pour pli, etc.
    8 - Parce que les lettres S double et Ç avec cédille, placées entre deux voyelles, sont prononcées avec une aspiration gutturale très-douce, difficile à rendre par écrit, à peu près comme mouç-hon pour moisson, taiç-hon pour taisson, bouç-hon pour buisson, plliaiç-he pour place, glliaiç-he pour glace, aiss-hi pour essieu, etc.
    9 - Parce que la terminaison IT des verbes à la troisième personne est changée en A ou en IA, comme dans dia pour dit, fia pour fit , via pour vit, sorta pour sortit, partissa pour partit, entenda pour entendit, prena pour prit, etc. Mais par une réciprocité commune dans ce langage, la terminaison en A de la troisième personne d'autres verbes se change en IT, comme allit pour alla, sautit pour sauta, demandit pour demanda, fauchit pour faucha, embrassit pour embrassa, mangit pour mangea, etc.
    10 - La terminaison des noms en EUR et en EUX se convertit ordinairement en OU, comme mentou pour menteur, chantou pour chanteur, chaiss-hou pour chasseur, pourou pour peureux, dremou pour dormeur, fillou pour filleul, etc.
    11 - Enfin, le caractère le plus distinctif de ce patois est la prononciation de la syllabe ON en AN, et réciproquement de AN en ON, comme Mantrêt pour Montrêt, contan pour canton , garçan pour garçon , Chalan pour Chalon , Tranchy pour Tronchy, banbans pour bonbons, etc. ; et comme Jeon pour Jean , vontre pour ventre, tonte pour tante , quittonce pour quittance, canséquonce pour conséquence , etc.

B. Gaspard docteur-médecin - 1866

Lien : Notice historique sur la commune de Montrêt (arrondissement de Louhans )


06 - Vocabulaire raisonné et comparé du dialecte et du patois de la province de Bourgogne - 1870

Remarques préliminaires essentielles :

Un dialecte est le langage écrit d'une ancienne province ; le patois est le langage vulgaire et non écrit de cette même province. Le Vocabulaire suivant offre l'étude raisonnée et comparée de ces deux langages ayant eu cours dans l'ancienne province de Bourgogne.
Les exemples du dialecte sont pris dans les meilleurs documents du moyen âge, et les exemples du patois sont choisis dans les documents du langage le plus populaire et le plus exactement reproduit.
L'utilité du Vocabulaire dont il s'agit est de présenter et d'expliquer les vocables que Lamonnoye, limité au petit nombre d'expressions de ses noëls, n'a pu donner lui-même dans son Glossaire de ces noëls, et d'obtenir ainsi un dictionnaire assez général du patois bourguignon.
J'ai recueilli, dans celui que je donne, les mots, les locutions, les proverbes, les dictons empruntés au langage parlé, et j'y ai consigné tous les vocables qui rappellent le mieux les moeurs, les coutumes et l'histoire de la province ; de plus, j'y ai signalé plusieurs analogies de langage que présentent d'autres provinces avec celle de Bourgogne ; j'y ai reproduit l'orthographe qui était usitée dans le dialecte et j'y ai écrit les mots du patois comme le veut l'usage et comme l'écrivent nos poètes les plus populaires.
Il faut qu'on sache bien d'abord que, dans le patois bourguignon, la terminaison de l'infinitif des verbes est en ai ou é pour ceux de la 1re conjugaison terminés en er dans le français ; qu'elle est en i pour ceux de la 2e conjugaison terminés en ir, et en oi pour ceux de la 3e conjugaison terminée en oir ; qu'enfin la voyelle ô surmontée de l'accent circonflexe se prononce eu. La science est en mesure d'affirmer aujourd'hui, contre des opinions vagues et légères, que les patois ne sont pas plus un langage de convention que les idiomes d'oc et d'oïl sortis comme eux du latin et du roman ; et qu'à côté des dialectes épurés ou d'une langue mûre, il y a eu et il y aura toujours un parler vulgaire, un patois dont la source n'a été et ne sera jamais différente de la leur.
Ces simples remarques indiquent le but et les motifs du Vocabulaire suivant.

Table des abréviation employées au vocabulaire.

    Dialecte bourguignon = Dial.
    Dialecte et patois comparés = Dial. et pat.
    Adjectif = Adj.
    Adverbe = Adv.
    Diminutif = Dim.
    Participe présent ou passé = Part.
    Prétérit ou parfait = Prét.
    Racine latine = Rac. lat.
    Dictionnaire latin de MM. Quicherat et Daveluy = Quich.
    Ducange , basse latinité. = Duc.
    Legonidec, Dictionnaire breton = Leg.
    Rochegude, Glossaire occitanien des troubadours = Roch.
    Burguy, Glossaire étymologique et grammaire comparée de la langue d'oïl = Burg.
    Roquefort, Glossaire de la langue romane = Roq.
    Lacombe, Dictionnaire du vieux langage. = Lac.
    Nicot, Thrésor de la langue française. = Nic.
    Sermons de saint Bernard traduits en langue vulgaire et au XIIe siècle = S. B.
    Commentaire sur le livre de Job en dialecte bourguignon du XIIe siècle. = Job.
    Chartes bourguignonnes et franchises des communes = Ch. Bourg.
    Bopp, Grammaire comparée des langues indo-européennes et les étymologistes allemands Diez et Sheler. = Et. all.
    Littré, Dictionnaire et histoire de la langue française = Litt.
    Ch. Nisard, Curiosités du langage = Ch. N.
    Commentaire des 4 livres des rois, donné par M. Leroux de Lincy = Rois.
    Manuscrit Delmasse, Essai de grammaire bourguignonne. Supplément français n° 2820, à la Bibliothèque impériale, document consulté par moi = Ms Del.
    M. le comte Jaubert, Glossaire du centre de la France = C. Jaub.
    Grandgagnage, Étymologies Wallonnes. = Grandg.
    Virgile virai en borguignon = Virg. vir.
    Noëls et Glossaire de Lamonnoye = Lam.
    Noëls et poésies bourguignonnes d'Aimé Piron = A. P.
    Amanton, Philologue bourguignon = Am.
    M. l'abbé Dartois, Patois de la Franche-Comté = Dart.
    M. Tissot, Patois des Fourgs. = Id.Tiss.
    M. l'abbé Corblet, Glossaire du patois picard = Corb.
    Vocabulaire champenois de Grosley, au t. Ier de ses Mémoires historiques sur Troyes = Grosl.
    M. Hécart, Dictionnaire du patois de Valenciennes = Héc.
    M. Guillemin de Chalon, Patois de la Bresse = Guill.

M. Mignard de l'Académie de Dijon – 1870

Lien : Vocabulaire raisonné et comparé du dialecte et du patois de la province de Bourgogne - 1870


07 - Le patois de Montigny-Saint-Barthélemy - 1875

François Merle (1819-1879) ne s'est pas intéressé au patois d'une région plus ou moins bien définie (comme le Morvan ou l'Auxois), mais au patois de son seul village natal, Montigny-Saint-Barthélemy, dans le canton de Précy-sous-Thil, un peu au sud de Semur, dans l'Auxois, aux limites du Morvan (une des communes voisines est d'ailleurs Dompierre-en-Morvan et on peut même dire légitimement que Montigny appartient au « très grand Morvan »...

Le dossier
Malheureusement, comme le montre le dossier qui nous a été confié par Madame Pavese, François Merle n'eut certainement pas le temps d'aller au bout de son projet. La page des conjugaisons est datée du 28 juillet 1875 (monsieur le Curé n'a plus que 4 ans de vie) ; le dossier est constitué de 16 pages ; certaines de ces pages sont des brouillons ; d'autres sont manifestement plus élaborées, même si l'ordre alphabétique n'est pas parfaitement respecté ; souvent les mêmes mots sont repris. On trouve d'autre part des formes qui attendent une définition. Dans l'ensemble les notes sont assez lisibles, à condition de connaître un peu le patois et d'utiliser une bonne loupe, car l'écriture de monsieur le Curé était vraiment petite. Nous avons reproduit ce qui nous a semblé être la première page ; on y trouve la lettre A, suivie immédiatement de la lettre C. Nos lecteurs pourront la comparer avec la première page de ce glossaire que nous avons essayé de rétablir, plutôt que d'établir.

Le patois de Montigny-Saint-Barthélemy

Le patois de Montigny
Le patois du village natal de François Merle est celui de l'Auxois, au sud de Semur ; nous ne voudrions pas fatiguer nos lecteurs avec une étude phonétique (que nous serions d'ailleurs incapables de faire à partir des seuls documents écrits). On pourra se limiter à quelques faits ; le r disparaît devant certaines consonnes ; c'est le cas de porter devenant pot'ier ; le fait se retrouve dans tout le nord-est du département, y compris dans les environs de Dijon (où toutefois la consonne ne connaît pas d'altération palatalisante puisque porter devient poter). Dans cette région, le z ' (z palatal) devient, comme dans tout le nord-est du département, sauf à Dijon où il devient z comme en français commun (sans doute sous l'influence de la ville, attirée par la « bonne prononciation » et le « beau parler »). On trouvera sans mal des exemples dans des mots comme naiger «rouir» qu'on pourra comparer avec le dijonnais naisou, nom d'une fontaine sur les pentes du Mont Afrique, bien connue des marcheurs du dimanche et des autres jours. Le s palatal devient ch dans des formes comme picher « pisser » (évolution inconnue dans les environs de Dijon).
Enfin le suffixe -eau (du latin -ellu) devient ici -è : (voyelle longue) que François Merle écrit aix ou ais (graphies nous n'avons pas modifiées), alors que dans les environs de Dijon, il devient -ya :, dans des mots comme paisseau (échalas) devenu ici paichaix, mais paissiâ à Dijon.

Le vocabulaire
Le glossaire proposé par François Merle est riche d'environ 300 mots ; c'est peu par rapport à beaucoup d'ouvrages identiques ; il convient de penser que c'est un travail imparfait et qu'une véritable recherche eût nécessité des séjours plus constants à Montigny. Il est évident que l'abbé n'avait pas le temps de se livrer à cette activité qui l'eût éloigné de ses ouailles de Fontaine. Et on sait que son ministère dépassait largement la religion. On peut penser qu'il a travaillé beaucoup avec sa mémoire d'enfant et d'adolescent. On notera que le vocabulaire des techniques agricoles est peu représenté, de même que les noms des plantes et des animaux, sinon les plus fréquents comme le houx et la pie. En revanche, certains termes peuvent être considérés comme faisant partie du français régional. Mais ces quelques lignes nous apportent, malgré leurs lacunes, un rare témoignage sur la langue de nos proches ancêtres, plus proche de celle de Molière que de celle de Vercingétorix. Que François Merle en soit remercié, par-delà les années qui nous séparent de lui.

Documents commentés par Gérard Taverdet - 04 / 2013


08 - Glossaire du Morvan - 1878

Le Glossaire du Morvan renferme les principaux échantillons de l'idiome parlé dans l'enceinte d'une circonscription relativement assez étroite, circonscription qui emprunte ses limites naturelles, on l'a déjà dit, à la constitution géologique de son territoire. II offre un champ d'études tout à fait neuf aux investigations des philologues.
En dépit de nos longues recherches, nous ne le croyons pas complet. II n'est guère possible de ramasser du premier coup dans un cadre donné tout le langage d'une population. Beaucoup de mots, les plus intéressants peut-être, demeurent en-dehors de cette première récolte parce qu'ils se présentent rarement dans l'usage. Ces mots, s'ils se conservent au fond de nos solitudes, formeront l'arrière-ban du contingent morvandeau.

Tel que nous avons pu le composer cependant nous espérons qu'il ne sera pas sans utilité.
La Chaux, juillet 1878. - Eugène de Chambure (1813 – 1897)

Attention : Sur cette page n'apparait que la première définition, consultez le glossaire pour beaucoup plus d'informations.

Lien : Glossaire du Morvan


09 - Recueil de mots patois employés à Châtel-Censoir et aux environs - 1880

Châtel-Censoir

Il est à désirer que les petites localités puissent trouver leurs historiographes; par eux, bien des objets ignorés seront tirés de l'oubli ou de la destruction, bien des sujets serviront plus tard à fournir une lumière inattendue ; de l'ensemble de ces petites histoires sortira naturellement la véritable histoire de la nation.
L'homme qui se livrera à ce travail ne devra espérer ni de nombreux lecteurs, ni l'éclat d'une œuvre intéressante, mais il aura la satisfaction d'avoir facilité des recherches utiles aux habitants et d'avoir, en les groupant, donné quelque valeur à des débris qui n'en avaient aucune dans leur isolement. Il sera personnellement assez rémunéré par la jouissance de fouiller le passé, de sentir, à la moindre découverte, ces émotions qui doublent la vie ; de se créer enfin des occupations variées, incessantes, très-actives, qui mettent l'existence à l'abri de l'ennui, des défaillances du cerveau et des épreuves naturelles à l'humanité.
Ce modeste travail est, par sa nature, réservé à l'homme qui, après une vie laborieuse, éprouve toujours, dans le calme de la retraite, le besoin d'occuper les facultés qui lui restent ; un petit jardin, des goûts modestes et des recherches historiques suffisent largement pour lui assurer une heureuse vieillesse.
Châtel-Censoir, le 10 janvier 1880.

Recherches sur l'histoire de Châtel-Censoir - E. Pallier

Lien : Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne - Année 1880


10 - Dictionnaire des Patois de l'Yonne - 1882

Notre Société a compris l'utilité de ce travail et a voulu y apporter son contingent. Elle a confié la mission de l'exécuter à une commission de cinq de ses membres. Celle-ci avait déjà à sa disposition divers glossaires de certains cantons, de quelques communes, que le Bulletin de la Société avait publiés à diverses époques. Elle a voulu élargir la source de ses informations et, à cet effet, elle a, par une circulaire explicative et détaillée, invité tous les instituteurs du département à recueillir, avec soin et maturité, tous les mots qui, bien qu'exclus du Dictionnaire de l'Académie, étaient encore habituellement usités dans leurs résidences, et à lui en adresser un relevé aussi complet que possible. Un grand nombre d'entre eux ont déféré avec empressement à cette invitation, et, après plusieurs mois d'étude, ont transmis à la Commission des relevés et des séries si étendus, qu'ils pouvaient presque passer pour des dictionnaires du patois de leur localité. Il s'agissait alors de faire de ces cinquante ou soixante relevés, une concentration qui les réunirait tous dans un ensemble à soumettre à un examen et à une appréciation attentive...
...Mais il restait à faire une autre et non moins épineuse étude. C'était, sur chaque mot, sur sa véritable signification, sur la recherche de son origine, et sur son interprétation exacte, un travail d'appréciation, qui devait souvent faire exclure tout ce qui n'était que le mot français faiblement défiguré par une prononciation vicieuse, et à chaque mot conservé attacher une traduction à la fois nette et concise. M. Jossier, auteur déjà d'un précieux et vaste dictionnaire des termes employés à tous les degrés et par tous les agents et ouvriers de l'industrie de la construction, était naturellement désigné pour ce nouveau travail, et il l'a accompli avec un zèle, une perspicacité et une précision de style auxquels nous ne saurions donner trop d'éloges. C'est son œuvre, révisée seulement par nous, que nous présentons à la Société et au public.

Nous avons cru devoir prendre pour titre, non le Dictionnaire du Patois, mais le Dictionnaire des Patois de l'Yonne. C'est que ce département a été formé d'une partie de l'Auxerrois avec sa Puysaie, d'une partie de la Bourgogne avec son Morvand, et de plusieurs autres cantons empruntés au Sénonais et à la Champagne, et que les patois de ces diverses contrées n'ont souvent aucune ressemblance. Quoique nous soyons du centre de la France, le langage de nos campagnes ne ressemble guère à celui du Berry que M. le comte Jaubert a donné pour le patois du Centre, et nos patois du Morvand et de la Puysaie, si profondément différents l'un de l'autre, le sont au moins autant de ceux de nos vignobles auxerrois, et de nos plaines de la Champagne et du Sénonais.

Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne - 1882 -

Lien : Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne - Année 1882


11 - Glossaire du Morvan Autunois - 1889

Grâce au concours de nos fidèles collaborateurs, MM. l'abbé Doret, le docteur Gillot, le colonel Désveaux, François Dejussieu, nous pouvons publier une nouvelle liste des vocables propres au Morvan autunois...
Un écueil à éviter dans la formation de notre Glossaire, c'est de recueillir certains vocables empruntés à l'argot des faubourgs urbains. Ces vocables n'ont en effet aucun rapport avec le but que nous poursuivons. Les mots que nous recherchons appartiennent, sinon à une langue éteinte, au moins à une langue stationnaire et qui ne s'enrichit plus tandis que l'argot croît et se développe chaque jour dans les sous-sol du langage contemporain, avec une déplorable fécondité. Cette distinction est essentielle. Elle s'impose et doit toujours être présente à l'esprit de nos collaborateurs, afin d'abréger un travail d'élimination qui exige souvent de longues recherches et absorbe un temps précieux. La recherche et l'étude des vocables propres au langage local suffisent à notre tâche qui perdrait son utilité et son intérêt par la confusion du passé avec le présent. Réunissons donc précieusement les uns et laissons les autres dans les lieux où ils ont pris naissance, et le quart d'heure de chaque séance que nous réservons à la formation de notre Glossaire sera utilement occupé.

Lien : Mémoires de la Société éduenne. Tome 18 - Glossaire du Morvan Autunois - 1890.


12 - Vocables Dijonnais - 1889

498 mots - La forme locale du langage et l'accent du pays d'origine constituent pour chaque homme un des caractères les plus marqués de son individualité. La façon dont chacun de nous parle est un signe plus sûr pour le faire reconnaitre que les données les plus rigoureuses de l'anthropométrie, fut-ce cette fameuse empreinte du pouce qui ne se retrouve jamais la même pour des millions de sujets.
II en a toujours été ainsi dans tous les temps, et pour tous les peuples.

Donc nous avons un accent particulier et des vocables à nous. De cet accent je n'ai rien à dire, il est, et voilà tout. Mais j'ai pensé qu'il serait peut-être intéressant de grouper en un recueil ces expressions particulières à notre ville et à ses environs. Ce genre de travail à été fait pour plusieurs provinces, et il a été favorablement accueilli par les personnes curieuses de la littérature locale.
Outre cet intérêt, un vocabulaire de nos provincialismes peut avoir une utilité assez grande pour l'histoire générale du langage, surtout au moment où le nivellement de la Iangue française, si l’on me permet cette expression, s'achève avec rapidité. La facilité des moyens de communication, les voyages multipliés qui mettent aujourd'hui en relation constante toutes les villes de province avec Paris, les liens commerciaux qui se nouent en un réseau serré sur toute l’étendue du territoire, mélangent les dialectes dans un courant incessant. Ils y perdent leur originalité, et il est aisé de constater, sans sortir de notre ville, que beaucoup de nos vocables spéciaux sont d'un usage de plus en plus restreint. La classe lettrée ne s'en sert plus du tout, la bourgeoisie s'en défie, et l’on ne retrouve plus guère intacts, que dans les faubourgs, les vrais mots bourguignons. Encore est-il certain que beaucoup vieillissent et seront promptement tomb »s en désuétude. II est des pages de mon modeste volume qui ressemblent à un herbier, elles renferment des fleurs à demi desséchées. Encore un peu et elles n'auront plus ni couleur, ni odeur, ce seront des expressions qu'on ne comprendra plus et qu'exhumeront avec surprise les du Cange de l’avenir. Hâtons-nous de les cueillir pendant qu'elles fleurissent encore dans les parterres de la Grille de fer, de la Porte au fermerot, de la Porte Guillaume, du Pont Arnaud, etc., partout enfin ou ce dialecte fournit à la verve un peu gouailleuse des Dijonnais le secours de ses pittoresques ressources.
Ce petit vocabulaire ne vise nullement à la science ; on s'en apercevra de reste dès la première page. II n'a pas non plus la prétention d'être complet ; quel est donc le dictionnaire complet, en quelque genre, et en quelque nombre de volumes que ce soit ?
Beaucoup d'expressions ont du echapper à mes patientes recherches, et bien que d'aimables collaborateurs, plus érudits et plus compétents que moi, aient eu la gracieuseté de joindre leurs efforts aux miens, je suis certain que de nombreux oublis me seront signales. Cependant, je demande qu'on passe au Littré ces oublis avant de me les reprocher. Combien ces quatre volumes m'ont arraché d'illusions, et combien de mots charmants, dont je m'enorgueillissais déjà, ils m'ont pris pour les remettre dans le grand fonds commun de la langue francaise ! Je cite à la volée : chapoter, manigance, ouvrée, margoullis, mâchurer, requinquer, sapine, tire-larigot, agasse, affutiau, poussier, girie, gargouiller, paisseau, patrouiller, casse, trôler par les rues, etc., etc. Oui, tous ceux-là, je les croyais à moi, et j'ai dû les rendre ! Mais il en est, par exemple, que je ne veux pas restituer, ce sont ceux dont certains de nos voisins se servent, surtout ceux de l’Est, comme choses à eux propres et personnelles, et qu'ils nous ont tout bonnement empruntés ! Quand ils m'auront démontré que ces mots sont leurs propres créations, venues sans notre aide, je ferai droit à leurs revendications, en attendant, je défends notre bien !
Je dis notre, avec intention, car, on le comprend, je fais avant tout une œuvre bourguignonne. Aussi, dans ce petit livre, par nous, ce sont les Bourguignons que j'entends, de même que quand j'emploie le mot national, cela veut dire bourguignon, et plus particulièrement bourguignon dijonnais.
Non que je veuille défendre nos fautes de langage, mais j'ai pour elles quelque tendresse, qui rappelle celle des parents pour les enfants mal venus. Et puis, fautes est bientôt dit ! Qui donc décidera que ces jolis verbes clairer, trésir, trocher, achatir, etc. ne sont pas aussi français que leurs frères des dictionnaires classiques ? Qui donc a la certitude de posséder le dépôt indiscutablement sur du français impeccable, régulier, immaculé ? Sont-ce les Parisiens ou les Berrichons, les Marseillais ou les Ponantais ?
Inutile débat !
Les Athéniens parlaient l'attique, les Florentins parlaient le toscan, les Dijonnais parlent le bourguignon !

Cunisset-Carnot - Dijon le 18 juin 1889

Lien : Vocables Dijonnais


13 - Patois & Locutions du Pays de Beaune

... Le langage bourguignon, particulièrement celui de Beaune, adoucit les aspirations : manche fait moinge, d'où remoingeoux, celui qui fait métier de rebouter les membres disloqués ; sarcher pour chercher...
L’r des infinitifs est constamment muet : i vas parti, j'aillons maingé. Nous sommes plus logiquesque le français qui prononce l’r dans les infinitifs en ir comme finir, et qui le tait dans ceux en er comme manger. Ss se prononcent quelquefois ch : il en est ainsi pour le substantif poichon et pour les verbes laichier et picher. Ici, comme ailleurs, il n'y a pas de règle, car nous disons raimasser et non raimacher.
J'ai éliminé de ce Dictionnaire une foule de mots qui ne sont qu'un français différemment accentué, comme aidier pour aider, fouâcher pour faucher, laicher pour laisser, liquot pour loquet, miot pour muet, moichenou pour moissonneur, ousiau pour oiseau, cuchin pour coussin, etc. J’ai surtout évité d'admettre certains mots français que je suis bien surpris de rencontrer dans des glossaires bourguignons, tels que : bahut, goulot, haquenée, pelouse, poltron, taquin, s'accointer, etc.
Les indications qui précèdent sont loin d'être suffisantes : rechercher dans nos mots patois, dans leurs déclinaisons, dans leur syntaxe, la part qui revient aux diverses langues d'où ils sont tirés, est un travail trop au-dessus de mes forces. Je me contente de poser ici quelques jalons, abandonnant aux maîtres de la philologie le soin de tirer quelque profit du présent Dictionnaire ...

Ch. Bigarne - 1891

Lien : Patois & Locutions du Pays de Beaune - Contes & Légendes – Chants populaires


14 - Dictionnaires du langage populaire Verduno-Chalonnais - 1896

Voici un Glossaire tout entier de création nouvelle. Aucune publication spéçiale n'existe, pour Verdun au moins, ayant pu nous servir de point de départ. Nous avons tout pris sur le vif...
Pour mieux atteindre ce but, nous reproduisons, à l'appui de presque tous les mots, des phrases du cru dans lesquelles ces mots figurent, révélant ainsi leur véritable acception.
Sans aucun texte imprimé où puiser des exemples, nous avons dû nous contenter de ces autorités orales. Toutes les formules citées sont de celles journellement employées par nos populations, et partant, d'une authenticité que nul n'aura la pensée de contester...

La région dialectale de notre Glossaire s'étend de Verdun-sur-Doubs à Chalon-sur-Saône. C'est une très minime portion du département de Saône-et-Loire, pour lequel on pourrait certainement dresser plus d'une demi-douzaine de glossaires. C'est suffisamment se restreindre. Cependant plusieurs lexicographes se sont restreints davantage. Chaque village, chaque hameau pourrait, en effet, fournir un recueil de mots ; mais sur cette échelle la lexicologie deviendrait excessive... elle arriverait à ses trente-six mille vocabulaires. On ne doit pas encore songera cet enfantement.
S'en tenir à nos anciennes provinces serait trop peu diviser le travail ; établir deux ou trois dictionnaires par département donnerait déjà, un formidable résultat. C'est dans cet ordre d'idées que nous avons essayé notre groupement. Quel qu'il soit, nous croyons avoir, en le faisant, apporté notre petit caillou au monument que préparent les dialectographes.

François Fertiault - 1896

Lien : Dictionnaires du langage populaire Verduno-Chalonnais


15 - Le Patois Bourguignon - 1897

De la prononciation nous signalerons simplement les particularités les plus remarquables.
Les diphtongues au, eau, se changent en id ; couteau, château, se prononcent coutid, chatid.
Ui se prononce eu ; pleue, aufd'heu ou dj’d'heu, treue, pour pluie, aujourd'hui, truie.
Eu se change en ou ; enjôlou, mentou pour enjôleur, menteur.
La consonne l est mouillée quand elle est précédée d'une labiale ou d'une gutturale : bliaude, gliaude, pour blaude (blouse), Claude. Les petits couteaux d'un sou fabriqués à Saint-Claude, dans leJura, sont appelés, par abréviation, des gliaudes et même des yaudes.
Sont mouillés également tous les mots où se trouve intercalée la consonne s : maison, raisin, oiseau deviennent mâyon, râyin, ouyau ou uyau et même uyâ.
Enfin, tout vrai Bourguignon, même parlant bien français, décèle immédiatement son origine a sa façon d'allonger l'a lorsque cette voyelle se trouve comprise dans un mot terminé par une syllabe muette (en général tous les mots en able) et, au contraire, d'abréger la voyelle o dans les mots terminés en ot ou en op ; ainsi l’a se prononce comme s'il était surmonté d'un accent circonflexe dans : rave, cave, jacques, table, grave, valet, avare, qui deviennent râve, câve, Jâcques, etc., et l’o devient bref, aigu, dans gigot, canot, marmot, haricot, magot, sirop, galop, etc.
Cependant la prononciation de l’a redevient normale lorsque cette voyelle ne précède plus immédiatement la syllabe finale muette. Ainsi, ravier, caverne, jaquette, tablette, gravier, valetaille, avarice, qui sont des augmentatifs des mots pris ci-dessus comme exemples, se prononcent correctement.

Quant à ce qu'on est convenu d'appeler l'accent du pays, il tient le milieu entre la redondance méridionale et le grasseyement des hommes du nord. II consiste principalement en une manière chantante de parler qu'il est impossible de représenter par des caractères typographiques.

Enfin, malgré son imperfection, la présente étude sera, nous l'espérons, un jalon posé dans la voie où il est désirable de voir s'engager les recherches des philologues provinciaux ; nous souhaitons qu'en la parcourant nos compatriotes croient sentir cette fraiche saveur de terroir que fait passer sur les lèvres le vin exquis de nos coteaux.

A chaque mot cité, la forme donnée la première est celle qui se rapproche le plus de la racine étymologique.
La prononciation est indiquée, aussi approximativement que possible, par des accents graves ou circonflexes, suivant que la syllabe est brève ou longue en patois.
Quant aux indications de départements, placées entre parenthèses après chacune des formes des mots cités, elles se rapportent aux régions bourguignonnes dans lesquelles sont usitées ces formes.
Pour alléger le texte et en faciliter la lecture, ces indications ont été abrégées de la manière suivante :
Côte-d'Or (C.-d.), Chalonnais (Chal.), Charollais (Char.), Bresse (Br.), Morvan (Morv.), Dijon ou Dijonnais (Dij.), Yonne (Y.).

A. Perrault-Dabot - 1897

Lien : Le Patois Bourguignon


16 - Nuits-Saint-Georges et son patois - 1899

Non ; le patois est de beaucoup plus ancien que le français actuel, puisqu'il était la langue des vieux Bourguignons, de leurs rois, de leurs ducs, tandis que le français actuel ne remonte guère qu'à trois siècles ; de sorte que, sauf quelques mots empruntés aux langues celtique et gauloise, le patois bourguignon continue la langue déformée des peuples latins, c'est-à-dire, la langue romane ; langue dont le français a tempéré les rudesses, mais non sans altérer souvent ses analogies avec le latin.

Voici quelques avis à retenir pour la lecture de notre patois.

    1° Nous avons supprimé des mots patois les r qui terminent un grand nombre de noms et de verbes du français actuel, parce qu'ils ne se prononcent pas dans notre vieux langage bourguignon. Ainsi écrirons-nous, par exemple, mingé pour manger ; peurné pour prunier.
    2° Quand un e devra se prononcer à la manière latine, comme, par exemple, dans domine ou comme les deux e par lesquels se terminent une foule de mots féminins français, tels que rosée, nous l'indiquerons par un tréma sur cet e, soit ë.
    3° Quand en devra se prononcer in, nous l'indiquerons en plaçant sur e un accent grave, soit èn. Exemples : ènparfé pour imparfait ; ènstrure pour instruire.
    4° Les accents circonflexes posés sur certaines voyelles indiqueront qu'il faut prolonger la prononciation de ces voyelles. Exemples: ouziâ, oiseau ; lîzé, glisser ; mûgnié, meunier.
    5° Nous préférerons ordinairement la prononciation à l'orthographe antique, laquelle du reste, ne fut jamais bien fixée.
    6° Nous indiquerons, de temps en temps, les prononciations spéciales.

Abbé Philippe Garnier(1824-1902 ?)

Lien : Nuys, Nuis, Nuiz, Nuits, Nuits-Saint-Georges : son histoire dans les temps et son patois


17 - Le patois de Minot - 1902

Édité avec une introduction et des notes par M. André MARY.
Le présent glossaire a été rédigé d'après les notes du regretté M. Georges Potey à qui l'on doit de nombreux articles d'histoire et d'archéologie locale et une Histoire de Minot demeurée manuscrite. Ces notes, prises par l'auteur au cours des années 1901-1903, ont été relevées par lui-même en 1905, en deux séries alphabétiques : la première comprend les mots patois proprement dits ou sans correspondants dans le français usuel, avec la signification en regard ; le seconde se présente sous l'aspect d'un lexique français-patois pour les termes courants ayant une étymologie commune ; une liste de locutions, de. proverbes et de formules enfantines complète ce vocabulaire, où l'auteur n'a cessé d'intercaler des additions jusqu'en 1910. Il était dans le dessein de M. G. Potey de refondre son travail et d'en combler les lacunes : la mort ne lui a pas permis d'exécuter ce projet. Tel qu'il est, le recueil qu'il nous a laissé m'a semblé apporter une contribution non négligeable à l'étude des parlers populaires de la Bourgogne, et j'ai pensé faire oeuvre utile en l'éditant. On en trouvera ci-après toute la matière ; les mots, transcriis d'une façon simple et claire, ont été reclassés dans une seule catégorie et selon un ordre strictement alphabétique ; à la suite figurent formules, expressions et idiotismes divers. J'ai fait précéder le tout d'un petit précis grammatical dont la préface esquissée par M. G. Potey et principalement les mots et les phrases du glossaire m'ont fourni les éléments.

Georges Potey

Lien : Le patois de Minot par Georges Potey


18 - Patois de Sainte-Sabine - 1909

Notre collègue, le vénérable chanoine Denizot, de Dijon, m'a envoyé, il y a déjà longtemps, un vocabulaire patois, formant un manuscrit de trois cents pages, dont 154 de vocabulaire proprement dit, 6 de supplément, 126 de causeries ou de chansons, 2 d'étymologies, le tout précédé de 12 pages de préliminaires, prononciations, quelques temps de verbes. C'est un travail considérable dont je suis autorisé à disposer. Mon choix ne pouvait être douteux quel dépôt était mieux désigné que notre Société, la Société d'Histoire et d'Archéologie de l'arrondissement de Beaune du chanoine Denizot, arrondissement auquel appartient Sainte-Sabine ? Ce volume ne saurait avoir une meilleure place.
Il est à remarquer que Patois de Sainte-Sabine varie beaucoup du nôtre, beaucoup de celui de Dijon, beaucoup de tous les patois au fond c'est le même, mais la prononciation, quelle différence. Plus on s'élève dans les régions montagneuses, plus elle devient rude...

Je prétends que mon patois de Sainte-Sabine serait célèbre comme celui des environs de Dijon, si Sainte-Sabine, au lieu d'être un petit village, était une grande ville, et qu'il s'y fût trouvé un La Monnoye en temps opportun, par exemple il y a une cinquantaine d'années.
Eh bien au moins, il s'y trouvera un Denizot.
Je prends ce patois au milieu du XIXe siècle, alors que nous l'entendions encore de la bouche de nos grands pères et de nos grand'mères. A cette date il s'est déjà bien gâté dans la compagnie du français il a pris des manières de Monsieur son style en général, ses locutions, ses tournures de phrases, sont bien altérées toutefois il n'a pas mal gardé les mots. De sorte que, malgré sa mine de parvenu il a conservé son air de paysan des Montagnes.

Photographions-le à ce point il est temps.
J'ai vu, il y a trente ans au plus, (mettons vers 1830), que quelqu'un, revenu d'un pays éloigné où il parlait français, n'aurait pas osé continuer dans sa famille, ou devant ses camarades, dans la crainte de paraître fier ou pédant ; maintenant on s'en fait une gloire au contraire. Et même, sans avoir voyagé, on en voit qui s'essayent à parler autrement que la masse du peuple. Moi-même j'ai été du nombre de ceux-ci. Pardonne-moi mon cher, patois, si je t'ai négligé ou pour mieux dire trahi. Je t'aime toujours bien, va c'est pourquoi je vais parler de toi au long, et ceux qui ne t'ont pas connu seront bien aise d'avoir ton portrait. "Pour mouai d'abord i me raipeule que quan i étâ petiot, i demandà ai mon père ou bein ai main mére queman qu'on perlo ai Vandenausse, ou bein ai Châsilley, ou bein ai Ch'taisneu. I me souvain aito qui étâ bein âille (i) Aise.

Abbé J. Denizot, chanoine

Lien : Vocabulaire patois (Sainte-Sabine et ses environs)


Conte du Maignen

Conte du Maignen : en patois de Chaulgnes (Nièvre) par l'Abbé J. M. Meunier - 1912


Conte de l'escargot ou maignien (en patois de Chaulgnes).

Monographie phonétique du parler de Chaulgnes, p. 205 J.M. Meunier.

    Gn'avait en fouè un houme qu'avai(t) enn femme qu'atait ben bavarde. Et pis c’t’houme un jour i sen va peûcher sa vigne, et pis en arvenant il a dit à sa femme « Si t’savais, j’ons ben du malheur, pasque j’ée khué un maignien. — T'as khué un maignien ! — Voui, boune gent, s'ment faut pas l’dî, pasque les gendarmes i m’mètrint en prison. » Et pis i s'est couché ben vite l'houme.
    Pis au bout d'trois jours, la femme, al est allée cheu la vouésine, et pis a y a raconté qu’soun’ houme il avait khué un maignien. « T'entends ben, té l’ardîras pas. » Mais al la ardit à sa vouésine, et pis ça s'est ardit dans l’village, si ben qu'a es(t) arrivé aux gendarmes. Et pis les gendarmes, i sont mnus ben vite, et pis y ont dit : « C’est-ti vous qu'a khué un maignien ? — Oh voui, c’est ben moué. — C'est bon vou(s) allez nous mner lavou qu’vous l’avez khué. »
    Et pis i le(s) a mnés dans sa vigne ; et pîs il a pris sa picasse, et pis il a fait un trou lavou qu'il avait enterré l'maignien (a) (l'escargot, dit le conteur) et pîs il a montré l'maignien aux gendarmes, il(s) ont vu qu’i’ le(s) avait joués.(b)
(a) - « Ce qui fait l'intérêt et le comique de ce conte, dit en note l’abbé Meunier, c'est le quiproquo auquel donne lieu le mot maignien. Il désigne à la fois, dans certains parlers du Nivernais un escargot et un chaudronnier...
Aujourd'hui, ce mot maignien, quoique encore courant dans beaucoup de parlers du centre de la France, a disparu complètement du patois actuel des Chaulgnards qui disent tous un escargot et un chaudrougner. »
(b) - Dans l'ouvrage de l'abbé Meunier, le conte est écrit en signes phonétiques. Nous avons cherché à le transcrire en lettres usuelles et adopte une orthographe qui déroute moins le lecteur. Nous avons mis entre parenthèses les lettres qu'il ne faut pas faire sentir par une liaison.

Recueil de chants populaires du Nivernais (Quatrième série)- Paul Delarue et Achille Millien - Publication de la Fédération des Oeuvres Laïques de la Nièvre

Lien : Gallica - Conte du Maignen

La bête emplumée

La bête emplumée : en patois de Chaulgnes (Nièvre) par l'Abbé J. M. Meunier - 1912


Lien : Gallica - La bête emplumée


19 - Dictionnaire de patois de Mancey - 1922

Je me suis laissé dire qu'il y a des Messieurs, savants comme de gros livres, qui ne feraient sûrement pas quatre fautes dans une dictée, qui veulent bien se donner la peine d'apprendre le patois de chez nous. Comme ils doivent peiner, je m'en fais une idée je connais les gens du pays, pour les faire parler quand ils se méfient de vous, c'est bernique! Il faut leur arracher les mots du ventre. Et bien je crois tout de même que ceux qui ont envie de conserver notre vieux patois ont raison. C'est peut être pas qu'il est bien beau, ni bien facile à écrire, ni qu'il y ait chez nous des malins qui aient fait des chansons, comme l'on dit qu'il y en a du côté de Marseille ou bien de Toulouse, mais tout de même, c'est un parler qui me plaît, et il ne ressemble pas aux autres, ni à celui des gens de Royer, ni à celui de ceux de Boyer, ni à celui d'Etrigny, des habitants de Nanton, de Corlay ou de La Chapelle, c'est un patois qui est à nous seuls !
Si l'on n'y prend pas garde il va se perdre tout à fait, moi je trouve que ce serait bien dommage. Avec le progrès qui s'introduit partout, voilà que le patois est passé de mode, tout comme les chapeaux des Bressanes ou des Mâconnaises, et les culottes courtes des hommes de Romenay !
Il y a déjà bien longtemps que j'ai envie de conserver quelques petits bouts de ce vieux bon patois. Cela me serait peut être plus commode qu'à ces Messieurs les savants parce-que moi, je suis un paysan, que j'ai parlé comme on cause chez nous pendant bien des années, et que moi-même, aujourd'hui, quand je suis tout seul avec ma femme, si je n'y prends pas garde, cela m'arrive bien encore de parler comme à Mancey. Un moment je me suis dit : si je faisais un dictionnaire ? Mais j'ai pensé qui le lira ?

C'est à l'initiative de Mademoiselle Marguerite Thibert et de Monsieur André Talmard que le dictionnaire de Monsieur Charles Millot (1841-1922) doit d'être édité.
La Société des Amis des Arts et des Sciences (la S.A.A S.T.) les remercie vivement et se trouve très heureuse de pouvoir le présenter au cours de cet été 1998. Cet ouvrage fut écrit par l'auteur entre 1905 et 1922. Son fils, Charles Millot (1875-1952), comprenant l'importance de ce travail, le poursuivit, le compléta, et réalisa sa première mise en forme.

Lien : Dictionnaire de patois de Mancey - Charles Millot (1841-1922)


Le patois de Clessé en Maconnais

20 - Le patois de Clessé en Maconnais - 1932

...On sait que les patois du Mâconnais sont sur les confins de la langue d'oïl et de la zone intermédiaire dénommée franco-provençale. Cette zone, où se mêlent les influences du nord et du midi, s'étend sur la rive de la Saône opposée au Mâconnais. Sur la rive droite l'influence des parlers d'oc apparaît plus au sud ; Clessé et ses environs sont tout entiers compris dans le domaine d'oïl.
Certes, dans cette contrée, des différences se marquent d'une commune à l'autre, mais elles ne portent que sur un nombre assez restreint de mots. C'est ainsi que bruyère se dit abreure à Clessé, brire à Hurigny, villages distants l'un de l'autre de 13 kilomètres. De même feu, qui se dit fû-ye à Clessé, se dit feuye à Hurigny, fiou à Montbellet, fué à Vérizet, fu à Martailly. A part ces variations, qui d'ailleurs ont été notées, on peut dire que, dans l'ensemble, le glossaire de Clessé vaut pour toute la région mâconnaise...
Extraits de la préface de André Mary

Graphie et prononciation :

    D'une manière générale, les mots de ce glossaire doivent être prononcés comme en français. Toutefois on a simplifié l'orthographe en plusieurs cas : c'est ainsi que la finale en er des infinitifs de la première conjugaison a été réduite à é, l'r étant toujours muet, aussi bien dans la liaison que dans le mot isolé.
    Les sons particuliers du patois mâconnais pont été notés ainsi qu'il suit :
      œ = e appuyé comme dans vendredi, entretien.
      e = e soupçonné comme dans chemin, venin, ou e atone final.
      ò = o ouvert comme dans encore.
      ô = o long comme dans côte.
      ein = è nasal fort comme dans l'interjection hein.
    Le signe (') placé sur l'u (ù) et l'a (à) devant y (i semi-consonne) indique que l'accent porte sur ces voyelles ; contrairement au français où on dit fuiiant, ai-iant ; on prononcerait en patois fu-iant, a-iant.
    Y indique également l'i semi-consonne après une consonne, comme dans adye. On l'emploie aussi comme équivalent du son français noté ill.
    ll, indique l'l véritablement mouillé comme dans l'ancienne prononciation française ou dans les parlers du Midi : envourtœlli.
    chll = chl mouillé.
    oeu est l'association de o et de eu prononcés d'une seule émission de voix.
    Le signe’ se joint aux explosives b, d et surtout t lorsqu'elles sont prononcées vivement après un court temps de retenue.

Les mots patois hors d'usage depuis vingt ou trente ans sont indiqués par un astérisque (*).
Les formes françaises, archaïques ou d'un usage restreint, de certains mots patois ont été mises entre crochets [ ].

Abréviations grammaticales :

    s. m. Substantif masculin. - s. f. Substantif féminin. - v. a. Verbe actif. - v. n. Verbe neutre. - v. r. Verbe réfléchi. - adj. Adjectif. - pron. Pronom. – adv. Adverbe. - prép. Préposition. - interj. Interjection. - loc. L.ocution.

Exemples :
Dans le lexique ci-après, certains mots patois ont été présentés dans une phrase donnée comme exemple d'emploi de ces mots ; le lecteur est averti que, dans ces cas, pour plus de clarté, la phrase est en français, seul le mot cité est patois.
Dans le reste de l'ouvrage, les exemples et les citations sont toujours rigoureusement et entièrement transcrits en patois.

Emile Violet - 1932

Lien : Archives de la parole - Enregistrements à la Sorbonne en 1927 - M. Emile Violet

Le patois de Clessé


Lien : Gallica - Le patois de Clessé

Le patois de Chlliéssi

Chlliéssi est on pâys en bise de Môcon. Le patois y ère parlé pœr tout le monde tant que vé 1880 ; mais à çu moument on a quemançi à face causé en français quiéques enfants ; petièt t'à petièt le patois a été en démenùyant, se bin qu'en çu moument a n'est pllieu que causé que prœ les préssœnnes d'on sartain n'âge, et y est quemoude à comprendre qu'a va s'étieindre dave le deri de celés qu'ont appris à le parlé quand al éreint joeunes.

J'ai pensé qu'y serait bien dommage, bien agouyant, que celœ vîlle manière de causé sàye tout à fait predue pœr celés que vont veni pe ta ; on consarve bin lu vieux meublles, les vîlles bagues, lus vieux chétiaux, y m'a sieinmé qu'y serait èsse eutile de consarvé le patois d'autrevò. Y est pre çein que j'ai zu l'idée de rechourchi lus mouts les pe tioeurioeux panant qu'y est oncoure teimps pr' en fare on dictionnaire.

Le pe moulasi, pe ta, y va être pre retrouvé quemeint çartains mouts se di-i-yont : y a lus mouts quemeint cartouchlle, chlliacbourné, charbeuchlle, chllieuste, couachlle, beuchllié, conchllié, chlliou, chlliouche, chllié, chlliàye, y a celés quemeint coeuteure, coeudeure, broeuji, boeujon, oeu, boeudre et loeup ; y a celés quemeint bœzvoelle, anœlle ; y a ari celés quemeint t’iut’iau, afét’yi, cout’ion, cout’iu, t’ieulat, t'ièchi et pe celés quemeint bùye, ùye, kùye, linsùye, creusùye et stii-ye...



On trouve des mouts que vegnont du vieux français, y en a que seillont du latin, mais y en a tout pllien qu'on ne sait pas quoi a devegnont et n'tres nevoeux vont avò de la pouin-ne à comprendre quemeint on disait beurlé prœ cabossé, brauté pœr se tourné, et s'asseupé, atraudé, beusquegni, bougni, chapouté, déssanplli, déquemauté, dévouyanssi, déguegnalé, écrapouéssi, enguœllmeinchi, esquené, fremougi, frisé, grabouté, grùyé, indigne, oeully, pouchi, pondre, prire, prin, quincarne, ragassé, regounalé, sati, virmarions, et pœ calé, et pœ vrondé...

Le patois de Clessé

Clessé est un pays au nord de Mâcon. Le patois y dut parlé par tout le monde jusque vers 1880 ; mais à ce moment on a commencé à faire causer en français quelques enfants ; petit à petit le patois a été en diminuant, si bien qu'en ce moment il n'est plus causé que par les personnes d'un certain âge, et il est commode à comprendre qu'il va s'éteindre avec le dernier de ceux qui ont appris à le parler quand ils étaient jeunes.

J'ai pensé qu'il seyait bien dommage, bien ennuyeux, que cette vieille manière de causer soit tout à fait perdue pour ceux qui vont venir plus tard ; on conserve bien les vieux meubles, les vieux costumes, les vieux châteaux, il m'a semblé qu'il serait aussi utile de conserver le patois d'autrefois. C'est pour cela que j'ai eu l'idée de rechercher les mots les plus curieux pendant qu'il est encore temps, pour en faire un dictionnaire.

Le plus malaisé, plus tard, va être pour retrouver comment certains mots se prononcent : il y a les mots correspondant à : pomme-de-terre, taquiner, charbon du blé, poule couveuse, couvercle, griller superficiellement, gonfler, clou, cloche, clef, claie (portillon de branchages), il y a ceux correspondant à couture (terre travaillée fraîchement), coûture, pulluler, boujon (barreau), os, bouillir et loup ; il y a ceux correspondant à bisbille, béquille ; il y a aussi ceux correspondant à couteau, râtisser, nuque, coucou, dernier-né, caché et puis ceux correspondant à lessive, œuf, queue, linceul (drap de lit), croiseul (ancienne lampe à huile) et sécheresse...

On trouve des mots qui viennent du vieux français, il y en a qui dérivent du latin, mais il y en a tout plein (beaucoup) dont on ne sait pas d'où ils viennent et nos neveux vont avoir de la peine à comprendre comment on disait « beurler » pour cabosser, « brauter » pour se tourner, et [tous les autres mots signifiant] achopper, se procurer, travailler mollement, tasser en cognant, couper en morceaux, lacérer, délayer, projeter à terre, disloquer par usure, gratter la terre violemment, embrouiller étrangement, malingre, enlever le fumier, tourner vivement, gratter la terre patiemment, couver, insupportable, aiguillon de bouvier, perdre une partie du contenu, abonder, carrière, fin, corne de pâtre, pleuvoir à verse, réparer hâtivement, tasser, arabesques, et puis glisser, et puis tourner autour...


La légende de Saint-Claude


Lien : Gallica - La légende de Saint-Claude

Le conte a Saint-Lliaude

Saint-Lliaude est le patron des sàyioeux dipe qu'al a coupé, autrevô, lu peuplles de la prairie de Sant'Ouyan.

Son maître l'avait n'envié sàyer du grand matin ; dans la matnée, quemeint al avait été vô quoi al en ère dans son travau, en l'y pourtant son barlœ, ne v'la qu'a vôt qu'a n'avait oncoure point d'andein de fait et qu'al ère tuje après ad'ieusi, dipe qu'al ère arrevé. En vozant çein, le maître s'ère beté en coulare se foeu qu'a vœlliait le renanvié, mais ne v'la que Saint-Lliaude, sans rein dère, pregnant son da qu'ère se bin ad'ieusi, le fat coure tout d'on coeup dans l'herbe quemeint si a le caràyut : le foin voûlut quemeint de la pllieume, a couput quemeint dans de la pourœtte, tellemeint qu'on n'avait pas le teimps d'y vô. Quand a rencontrut des rointes, ces grands tancous qu'on trouve des coeups dans lus prés et que sont se dus à coupé qu'on y côsserait bin son da, a ne sieintait rein, tellemeint y calut bien, tellemeint al allut vite.

A ságut, a sàyut tuje... Et tout d'on coeup, ne v'la que devant leu y se trouve eune reinche de peuplles, u bord de l'adye : mais quemeint si y n'y avait rein zu, ne v'la qu'al y sàye tout ensin, les peuplles et pe l'herbe ; à chéque coeup qu'a couput n'âbre, a disait : « Coupe, rointe ! ... » Y est à pouinne si y creussut... et le peuplle chosait en Soeune quemeint ne petiète beuche.

Voure, teus lus coeups qu'on sàyioeu bœte longteimps à enchapllié et pœ à ad'ieusi, on l'y demande tuje si a va fâre quemeint Saint-Lliaude.

La légende de Saint-Claude

Saint-Claude est le patron des faucheurs depuis qu'il a coupé, autrefois, les peupliers de la prairie de Saint-Oyen.

Son maître l'avait envoyé faucher du grand matin ; dans la matinée, comme il avait été voir où il en était dans son travail, en lui portant son baril [de vin], voilà qu'il voit qu'il n'avait point encore d'andain de fait et qu'il était toujours en train, d'aiguiser, depuis qu'il était arrivé. En voyant cela, le maitre s'était mis en colère si fort qu'il voulait le renvoyer, mais voilà que Saint-Claude, sans rien dire, prenant son dail (sa faulx) qui était si bien aiguisé, le fait courir tout d'un coup dans l'herbe comme s'il le lançait à la volée : le foin volait comme de la plume, il coupait comme dans de la ciboulette, tellement qu'on n'avait pas le temps de le voir. Quand il rencontrait des « rointes », ces grandes tiges qu'on trouve des fois dans les prés et qui sont si dures à couper qu'on y casserait bien sa faulx, il ne sentait rien, tellement cela glissait bien, tellement il allait vite.

Il fauchait, il fauchait toujours... Et tout d'un coup, voilà que devant lui se trouve une rangée de peupliers, au bord de l'eau : mais comme s'il n'y avait rien eu, voilà qu'il fauche tout ensemble, les peupliers et puis l'herbe ; à chaque coup qu'il coupait un arbre, il disait — Coupe, « rointe » ! C'est à peine si cela crissait.., et le peuplier tombait en Saône comme une petite paille.

Maintenant, toutes les fois qu'un faucheur met longtemps à battre sa faulx et à aiguiser, on lui demande toujours s'il va faire comme Saint-Claude.


Au temps jadis


Lien : Gallica - Au temps jadis

Dans le temps

J'ai entendu dère bien des coeups, à ma grand, quemeint lus vieux éreint malreux. Dans çu teimps on manjut du cheti pein prœ pouvò vendre le bllié ; on fosait de la galette de cartouchlles qu'ère sarrée quemeint on gôzon, même on avait essàyé de fare moudre de les creuses de calons pr'en fare de la férœne.

La sau ère se chi qu'on l'achetut à tièchon, en contrebande, et qu'on la tièchut dans des pœrtus de meureilles, deri lu meublles, de poeu des gapieins. Le seucre ère se rare qu'on n'en beillut qu'ès malèdes et p' es fannes en tieuches.

Y n'y ave point d'allemœt'es, on gardut le fùye le sò sous les chllious et pe, le matin, pœr le rampri, on se srevut de chœvnous trempés dans le seufre. Y n'ère pas rare d'allé vé on voisin pœr queri du fùye, on appourtut on petion de braise, dans n'on sabout, qu'on betut su de l'amadou.

Pœr se leumé, on soulait avò des creusùyes, y ne fosait pas bien chllié et preteint on ère à la vellie des dix, douze lantou ; les fan-nes que felieint éreint en chllian du fûye, les hoummes que tri-i-yeint des ambres ou bin que bieu-eu-yieint éreint deri.

Dans çu teimps, on soulait brissi bien fâ la veille, tant qu'à minet des cœups. Prœ felé y ère la même chouse ; les joeunes fan-nes nouvallemeint mariées deveint fare tout lou leinge dave lou couneille ; y ère l'habitude d'avò je ne sais combin de douzain-nes de chemises de grousse tôle, et y ère zalles que felieint tout.

Pœr les nouces, autrevò ; on dansut dans ne greinge. On menut de la vieille (sic) et pœ de la fête-rouge ; lus menétris éreint su le treu, en chllian de zôs, y avait la chandòle que srevut à leumé toute la greinge. Lus magnats de la nouce tirieint des coeups de pistoulet de teus lus chllians, y ère l'habitude. La couteume ère ari que les magnats des autres pâys vegnieint éssâyé de tùyé le fùye, on se coulletut, on se tregouissut, les fan-nes avieint poeu. Y n'ére pas rare de vò de les nouces quoi on ère on cent, même mâ ; y ère du monde de la famille que srevieint, dave des bounnœ de net blliancs.

On étaujut bien mâ que voure : après les moissons on lliœnut dans les frét’ius, surtout les an-nées que le bllié ère leuné, cheti, ou bin qu'y avait du charbeuchlle, ou bin oncoure qu'y vegniait de les grands sti-i-yes, que tout p' tefenut, qu'y n'y avait du foin negonlûye ; celés an-nées itié on fosait mangi la paille és bêtes tant qu'à la derire beuche, et pœ, p'les étarni, on allut à la fioeuge dans lus boeus.

L'hivé, surtout, on vivait mau ; on manjut des rèves, des tieudres ; pr'étaugi, on n'amprut point de fùye à mîde : quand y avait de la nœge, après que lus z'hoummes avieint fait la chala sous les valouches, on marandut à l'étraublle dave des graufes d'entrequîlle ; on manjut juste on bœllion de pein pr'achever, dave ne petiète sacô de fremage.

Quand les cartouchlles n'éreint pas leunées, que le n'avieint pas blliouqué, peurri dans tarre, on les manjut dave on petion de sau daveu, en les pllieumant dave son t'iut'iau. On n'achetut du bon pas ma de doeu coeups dans eun'an ; on ousut d poin-ne touchi és ûyes ; du vin on en bevait l’été, mais I'hivé on l'étaujut dave du rôpi qu'ère souvent ésse plliat que de l’adye : y ne déssàyut d'ière.


Eune grande gourmandise, y ère du pelé, ou bin de les poeus de panœ, mais on n'en fosait pas souvent. On ère foeu pre les fretôles ; même, ne vò, ion de mes grands, qu'ère on petion racapin, manjut de les reutîlles de sau : vous pensez bin qu'y n'ère d'ière sade !...

On pout dère qu'al éreint encres dans çu teimps et pe que le travau ne les épantut pas, mais lus poures vieux avieint lus oeus tourdus, al éreint tout affoulés, agremiaulés, al avieint la plliau tanie, reguœrnie, requinquelliounée quemeint la pllieumoeure des vîyes ceupes : y ère à foeusse de s'épeuilli du grand matin, d'allé dézandé u travau, de pioeuchi, de bèssé, d'affét'yi, de pourté la bauchoule, de mau vivre et de se t'ieuchi talé, repelé teus lus sòs.

Les fan-nes n'avieint d'ière le teimps de pâné, ni d'euvri lous croisées dans lous mosons basses, ni de ramouéssi lous cadettes que sieintieint le rechlliou : le traveillieint presque autant que lus z'hoummes, l'éreint à la vœgne quand zaux ; le pourtieint lous petièts su lous têtes dans lou greu que le betieint, en n'haut, sous ne tête d'ambre.


Y ne fosait pas bon s'écouané dans çu teimps, les fan-nes n'avieint d'ière le teimps de réd'ié, pre fare la bûye; y ère la même chouse ; le ne pouvieint pas souvent touchi à ne chausses, ni à on gremissiau, ni se seté : on repoeussut tout pre l'hivé.

Et preteint, môgré toutes lous misères, le monde de çu teimps éreint èsse d'iais que celés de voure ; je crorais même qu'a n'éreint pas se souvent en bœzvœlle, qu'al éreint pe possiants, on pouvait les chlliacbourné sans qu'a parlieint de fri : al éreint quemeint le vin de çu teimps, on, en fosait moins que voure, mais al ère p't'être bin malliou...

Au temps jadis

J'ai entendu dire bien des fois à ma grand-mère, comment les vieux étaient malheureux. Dans ce temps on mangeait du chétif (mauvais) pain pour pouvoir vendre le blé ; on faisait de la galette de pommes-de-terre qui était serrée comme une motte de terre, même on avait essayé de faire moudre des coquilles de noix pour en faire de la farine.

Le sel était si cher qu'on l'achetait en cachette, en contrebande, et qu'on le cachait dans des trous des murailles, derrière les meubles, de peur des agents du fisc. Le sucre était si rare qu'on n'en baillait (donnait) qu'aux malades et puis aux femmes en couches.

Il n'y avait point d'allumettes, on gardait le feu le soir sous les cendres et puis, le matin, pour le rallumer, on se servait de chénevottes trempées dans le soufre [fondu]. Il n'était pas rare d'aller chez un voisin pour chercher du feu, on apportait un peu de braise, dans un sabot, qu'on mettait sur de l'amadou.

Pour s'éclairer, on avait coutume d'avoir des croiseuls (anciennes lampes à huile), cela ne faisait pas bien clair et pourtant on était à la veillée des dix, douze autour ; les femmes qui filaient étaient à côté du feu (de la lumière), les hommes qui triaient des osiers ou bien qui teillaient étaient derrière.

Dans ce temps, on avait coutume de peigner le chanvre bien tard la veillée, jusqu'à minuit, des fois. Pour filer c'était la même chose ; les jeunes femmes nouvellement mariées devaient faire tout leur linge avec leur quenouille ; c'était l'habitude d'avoir je ne sais combien de douzaines de chemises de grosse toile, et c'étaient elles-mêmes qui filaient tout.

Pour les noces, autrefois, on dansait dans une grange. On jouait de la vielle et puis de la cornemuse ; les ménétriers étaient sur le treuil (pressoir), à côté d'eux, il y avait la chandelle qui servait à éclairer toute la grange. Les jeunes gens de la noce tiraient des coups de pistolet de tous les côtés, c'était l'habitude. La coutume était aussi que les jeunes gens des autres communes venaient essayer d'éteindre le feu (la lumière), on se colletait, on luttait bruyamment, les femmes avaient peur. Il n'était pas rare de voir des noces où on était un cent, même davantage ; c'était des gens de la famille qui servaient à table, avec des bonnets de nuit blancs.

On épargnait bien plus que maintenant : après la moisson on glanait dans les chaumes, surtout les années où le blé était avorté, chétif, ou bien qu'il y avait du charbon [sur les épis], ou bien encore qu'il venait de grandes sécheresses, que tout périssait, qu'il n'y avait du foin nulle part ; ces années-là on faisait manger la paille au bétail jusqu'au dernier brin, et ensuite, pour faire la litière, on allait couper de la fougère dans les bois.

L'hiver surtout, on se nourrissait mal ; on mangeait des raves, des courges ; pour économiser, on n'allumait pas de feu à midi : quand il y avait de la neige, après que les hommes avaient fait la chalée (sentier dans la neige) sous les flocons, on déjeunait dans l'étable avec des gaufres de sarrazin ; on mangeait juste un morceau de pain pour achever, avec un petit morceau de fromage.

Quand les pommes-de-terre n'étaient pas trop chétives, qu'elles ne s'étaient pas gâtées, pourries dans terre, on les mangeait avec un peu de sel avec, en les pelant avec son couteau. On n'achetait de la viande pas plus de deux fois dans un an ; on osait à peine toucher aux œufs ; du vin on en buvait l'été, mais l'hiver on l'économisait avec du râpé (piquette) qui était souvent aussi plat que de l'eau : cela ne désaltérait guère.

Une grande gourmandise, c'était du riz au lait, ou bien de la bouillie de maïs, mais on n'en faisait pas souvent. On était fort pour les croûtons frottés d'ail ; même, une fois, un de mes grands-pères, qui était un peu [trop] économe, mangeait des rôties (tartines) de sel : vous pensez bien que ce n'était guère sucré !...

On peut dire qu'ils étaient ardents à l'ouvrage dans ce temps et puis que le travail ne les épouvantait pas, mais les pauvres vieux avaient les os tordus, ils étaient tout courbaturés, recroquevillés, ils avaient la peau flétrie, plissée, chagrinée comme l'écorce des vieux ceps : c'était à force de se lever de grand matin, d'aller rapidement au travail, de piocher, de bêcher, de briser les mottes, de porter la hotte à terre, de mal vivre et de se coucher endolori, brisé tous les soirs.

Les femmes n'avaient guère le temps de paner (essuyer les meubles), ni d'ouvrir leurs croisées dans leurs logements du rez-de-chaussée, ni de balayer leurs carrelages de pierre qui sentaient le reclus (renfermé) : elles travaillaient presque autant que les hommes, elles étaient à la vigne en même temps qu'eux ; elles portaient leurs jeunes enfants sur leurs têtes dans leur berceau qu'elles plaçaient ensuite en haut de la vigne, sous un pied d'osier.

Il ne faisait pas bon se déchirer dans ce temps, les femmes n'avaient guère le temps de raccommoder, pour faire la buée (lessive), c'était la même chose ; elles ne pouvaient pas souvent toucher à un bas [pour tricoter], ni à une pelote de fil [pour coudre], ni s'asseoir [pour se reposer] : on repoussait tout pour l'hiver.

Et pourtant, malgré toutes leurs misères, les gens de ce temps étaient aussi gais que ceux de maintenant ; je croirais même qu'ils n'étaient pas si souvent en bisbille, qu'ils étaient, plus patients ; on pouvait les taquiner sans qu'ils parlent de férir (donner des coups) : ils étaient comme le vin de ce temps, on en faisait moins que maintenant, mais il était peut-être bien meilleur...



21 - Recueil de Chants populaires du Nivernais - 1934

Les équivalents français des mots ici recensés ne sont donnés qu'à titre d'aide-mémoire. Le lecteur devra toujours se reporter aux références indiquées pour connaitre tous les sens possibles de ceux-ci, les expressions dans lesquelles ils entrent, leurs conditions d'emploi, etc... Dans, les cas de synonymie - ou d'analogie - il est fait renvoi au premier des mots cités dans le texte. Quand on se réfère à une note, la désignation de celle-ci est liée par un trait d'union au numéro de la page où elle se trouve.

Recueil de chants populaires du Nivernais - Paul Delarue et Achille Millien - Publication de la Fédération des Oeuvres Laïques de la Nièvre
Glossaire réalisé par Georges Delarue, ethnomusicologue, fils de Paul Delarue


22 - Lexique du patois d'Igé - 1936

Graphie et prononciation
Les sons particuliers des patois maçonnais ont été notés ainsi qu'il suit :

    œ, correspond à l'e appuyé, comme dans vendredi, entretien [e].
    e, correspond à l'e soupçonné, comme dans chemin, venin, ou à l'e atone final [e].
    ò, correspond à l'o ouvert, comme dans encore [ò].
    ô, et au correspondent à l'o long et fermé comme dans côte, faute [ô].
    é, correspond au son final de été [é].
    ai, correspond au son final de jamais [e].
    ê, correspond à l'é très ouvert de même [è].
    aî, eû, correspondent à des sons aigus et très fermés [é œ].
    ein, correspond à l'è nasal fort comme dans l'interjection hein [è].
    Le signe (') placé sur l'u (ù) et l’a (à) devant y (i semi-consonne) indique que l'accent porte sur ces voyelles ; contrairement au français où on dit fui-iant (fuyant) et pai-iant (payant), on prononce en patois fu-iant (fùyant) et pa-iant (payant).
    y, indique également l’i semi-consonne, comme dans balayer. On l'emploie aussi comme équivalent du son français noté ill (ex. paille) [y].
    ll, indique l’l véritablement mouillé comme dans l'ancienne prononciation française [l].
    chll, correspond à chl mouillé [çy].
    chlly, correspond à chl très mouillé avec gonflement de la langue et des joues [çl].
    Le signe (') se joint aux explosives b, d et surtout t lorsqu'elles sont prononcées vivement après un court temps de retenue comme, par exemple, on le trouve en français, d'une façon amortie, dans tiens, question [q, d, t].
    z, ç, se prononcent sur la pointe de la langue [z, s].
    r, est fortement grasseyé [r].

Abréviations grammaticales :
S. m. Substantif masculin. — S. f. Substantif féminin. — V. a. Verbe actif. — V. n. Verbe neutre. — V. r. Verbe réfléchi. — Adj. Adjectif. — Pron. Pronom. — Adv. Adverbe. — Prép. Préposition.— Interj. Interjection. — Loc. Locution.

Dans le lexique certains mots patois ont été présentés dans des phrases données comme exemple d'emploi de ces mots. Le lecteur est averti que, dans ces cas particuliers, et pour plus de clarté, ces phrases sont en français, seul le mot cité est patois.

Émile Violet

Lien : Annales d'Igé en Mâconnais


23 - A travers notre folklore et nos dialectes (Bourgogne) - 1953 à 1975

A travers notre folklore et nos dialectes - Tome I

Liste de mots issue des tomes 2, 3 et 4 de "A travers notre folklore et nos dialectes (Bourgogne)".
Pour vous repérer dans la compilation, figure en fin de définition de chaque mot le lieu et le numéro du tome de sa provenance, exemple :

    vireu : vertige. (S. T III) - D ou D = Patois du Dijonnais et (S. T III) = Sombernon (Mme FORET, diverses séances) dans le tome 3
    ragonner : marronner.(E. T IV) - C ou C = Patois du Chatillonnais et (E. T IV) = Etalente (Mme ESCANDE, 31 janvier 1968) dans le tome 4

Patois du Dijonnais (D) :

    Cessey-sur-Tille (27 nov. 1953 et 28 janvier 1955) (M. J. M. Rerolle) - (CST. T II)
    Genlis (25 juin 1954) Mme Quenot - (G. T II)
    Région d'Athée (28 avril 1955) Mlle Leveque - (A. T II)
    Cussey-les-Forges - Avot (26 juin 1953 et 27 nov. 1953) Mlle Poisot et M. Ferrot - (CLF. T II)
    Poiseul-les-Saulx (29 juin 1956) M. Ratel - (PLS. T II)
    Brazey-en-Plaine (27 mai 1955) M. Royer - (BEP. T II)
    Messigny (M. Joigneault, 27 juin 1958) - (M. T III)
    Sombernon (Mme Foret, diverses séances)- (S. T III)
    Thorey-sur-Ouche (Mme Foret) - (TSO. T III)
    Barbirey (MM. Charrier, Mutin, 20 mai 1965) - (B. T IV)
    Longecourt-en-Plaine (M. Barbier, 26 janvier 1966) - (EP T IV)
    Rouvres - en - Plaine (Mm. Biche-Latour, 28 janvier 1965) - (REP T IV)

Patois du Val de Saône (VdS) :

    Echenon (M. P. Ganee, 23 mars 1966) - (E. T IV)
    Val de Saône (Abbé Noël, 24 juin 1965 et 30 novembre 1966) - (VDS. T III)
    Région de la Basse-Dheune (M. L. Chenu, 25 avril 1958) - (BD. T III)

Patois du Beaunois (B) :

A travers notre folklore et nos dialectes - Tome II
    Bécoup (divers 1949 à 1953) M. Fromageot-Girardet - (B. T II)
    Molinot (25 mars 1955 et 29 juin 1956) Mme Boillot-Billard et M. Pillot - (RDM. T II)
    Pouilly-sur-Saône (25 juin 1954) Mme Javelle-Jacob - (PSS. T II)
    Aubigny-la-Ronce (20 mars 1958) M. A. Mignot - (ALR. T II)
    Echevronne (23 déc. 1955) M. Louis Jacob - (E. T II)
    Sussey (25 avril 1952) Mme Mutin-Dard - (SY. T II)
    Meloisey (M. Breton, 27 nov. 1959) - (M. T III)
    Pommard (M. Huchon) - (P T III)
    Volnay (Mme Boillot-Billard) - (V. T III)
    Cormot (MM. Lucien Moreau, Lacaille et Demour) - (C. T III)
    Région de Molinot (Mme Boillot-Billard et M. Pillot) - (RDM. T III)
    Région de Thury (Mme Blanché, 28 février 1963) (RDT. T III)
    Margny-Les-Villers (M. Duband, 26 août 1967) - (MLV. T IV)
    Région de Molinot (M. Pillot 23 mars 1966) - (RDM. T IV)
    Santenay (M. Cochet, 24 juin 1985) -(S. T IV)

Patois du Chatillonnais (C) :

    Chaumont-le-Bois (22 fév. 1955) Mme J. Paris - (CLB. T II)
    Saint-Broing (Mlle Canverset, 30 novembre 1966) - (SB. T IV)
    Etalente (Mme Escande, 31 janvier 1968) - (E. T IV)
    Minot (M. Chalopin, 25 janvier 1967) - Complète le glossaire de G. Potey (Mém. de l'Acad. des Sciences... de Dijon, 1927) - (RDM. T IV)
    Nod (Mme Merle 28 février 1968) - (N. T IV)
A travers notre folklore et nos dialectes - Tome III

Patois de l'Auxois (A) :

    Vieux Château (25 mars 1955, 27 mai 1955) M. E. Rance - (VC. T II)
    Environs de Semur-en-Auxois (30 nov. 1956) Mlle Belvaux - (EDSEA. T II)
    Massingy-lès-Vitteaux (M. Rattot, 29 janvier 1960, 27 avril 1961) - (MLV. T III)
    Région de Rouvray (M. Cortel, 25 juin 1964) - (RDR. T III)
    Région de Culêtre (M. Priest, 29 janvier et 26 février 1960) - (RDC. T III)
    Région du Fête (M. Lucotte, 26 février 1960) - (RDF. T III)
    Région de Vitteaux (M. Huchon, 30 janvier 1964) - (RDV. T III)
    Culêtre (M. Priest, 24 juin 1975) - (C. T IV)
    Le Fête (M. Lucotte, 28 décembre 1966) - (LF. T IV)
    Mantigny-Montfort (M. Hornot, 28 février 1968) - (MM. T IV)
    Vitteaux (M. Huchon, 24 avril 1968) - (V. T IV)

Patois de Saône-et-Loire (S-L) :

    Verdun-sur-le-Doubs et Chalon-sur-Saône (24 février 1956), Mme Saumon - (VSLD. T II)
    Charbonnat (11 juillet 1951) M. Vacher - (CT. T II)
    Autunois (23 déc. 1955) - (AS. T II)
    Martailly-lès-Brancion (30 nov. 1956) Mme Dyon-Loisy - (MLB. T II)
    Chalonnais (30 nov. 1956) Mme Saumon - (CH. T II)
    Chalonnais (Mme Saumon, 25 avril 1958) - (CH. T III)
    Saint-Boil (Mme Petitjean, 30 avril 1964) - (SB. T III)
    Martailly-les-Brancion (Mme Dyon-Loisy) - (MLB. T III)
    Région de Burnand (Mme Maupoil, 30 mai 1963) - (RDB. T III)
    Aluze (M. Piot, 23 mars 1966) - (A. T IV)
    Burnand (Mme Maupoil, 24 juin 1964) - (B. T IV)
    A travers notre folklore et nos dialectes - Tome IV

    Buxy (29 juin 1966) - (BY. T IV)

    Fley (M. Jusseau-Legros, 29 avril 1965 et 29 juin 1966) - (F. T IV)
    Sercy (M. Malot, 25 nov. 1965, Mlle Rebouillat, 22 mars 1967) - (S. T IV)
    Epinac (M. Cheviilot, diverses séances) - (E. T IV)
    Toutenant (Mme Gabillot, 26 octobre 1966) - (T. T IV)
    La Chapelle Saint-Sauveur (M. R. Michelin, 27 avril 1966) - (LCSS. T IV)
    Charollais (M. Dupuy, 31 janvier et 30 octobre 1968) - (C. T IV)

Patois de l'Yonne (Y):

    Brannay (M. Laviolette, 28 décembre 1966) - (B. T IV)
    Dicy-Villefranche (M. Lottier, 29 décembre 1965) - (DC. T IV)
    Fournaudin (M. R. Tournelle, 29 juin 1966) - (F. T IV)
    Lac-Sauvin (M. Martin 28 décembre 1966) - (LS. T IV)
    Molosmes (28 janvier 1965). - M. René Gérard avait entrepris glossaire du patois de cette localité. II nous a adressé un extrait concernant la lettre A. - (M. T IV)
    Puisaye (17 décembre 1964). - Relevé dans « Pagana » par Mme B. Lepage-Allard, 1964, Nouvelles Editions Debresse - (P. T IV)
    Ravière, (M. Charpentier, 26 janvier et 23 mars 1966) - (R. T IV)
    Talcy (M. Benoit, 24 juin 1965) - (T. T IV)

Patois de la Nièvre (N) :

    Saint-Saulge (M. Bonnot, 26 octobre 1966) - (SS. T IV)

Volumes publiés par la Commission de Linguistique et de Folklore de Bourgogne
sous le patronnage et avec l'appui
de l'Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Dijon
et de l'Association Bourguignonne des Sociétés Savantes


24 - Glossaire du patois de Poiseul-lès-Saulx - 1956

Glossaire du Patois de Poiseul-lès-Saulx (Côte-d'Or)
NOTA. — Le son in est un son très spécial intermédiaire entre a, ê et in — eu comme dans feu — eû comme dans fleur — o comme dans pot - ô comme dans fort - An - a le son nasal - e se fait légèrement sentir dans boe, iae, chée, roe, etc. — er final des verbales comme le français (é).
Le son in très spécial, que nous n'avons pu transcrire phonétiquement autrement, existe seulement dans les mots ; Atin, Bourlin, Bourretinre, Brandvignin, Brou-inte, Byeussnin, Cabotin, Calin, Charinre, Charinte, Chinre, Chinze, Chouconninte, Crinze, Cuy-inte, Darin, Darinre, Devantin, Doussnin, Do-yin, Drinle, Echay-inte, Elminte, Etin, Fègain, Fin, F'min, F'minre, Fremir, Gach'nin, Genelinre, Grenin, Grougelin, Guéchintte, Idy-inle, In-ye, Jan-ninte, Jèbin, Kenelin, Keumintte, Kinre, Kinsse, Labourin, Lin, Loginte, M'chin, Ménin, M'nuzin, Mo-in-rou, M'rizin, Nin, Oj'din, Ougelin, Peutin, Pity-inte, P'nin, Pomin, Porin, Poulin, Pourin, Premin, Prenin, Prinve, P'tignin, Py-inche, Ratlin, Récoy-in, Rivinre, Sarfin, Saty-in, Sèbin, Serin, Seuffy-in, S'rizin, Suby-in, Suy-in, Tapinte, Teûrtin, Topinre, Tyin, Tyochin, Van-nintte, Vin-ye.

Roger Ratel - 29 juin 1956 - A travers notre folklore et nos dialectes (Bourgogne) - Tome II

Volume publié par la Commission de Linguistique et de Folklore de Bourgogne
sous le patronnage et avec l'appui
de l'Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Dijon
et de l'Association Bourguignonne des Sociétés Savantes


25 - Glossaire du patois de Gissey-sur-Ouche - 1958

Peu d'habitants parlent aujourd'hui patois. Mon village situé dans la vallée de l'Ouche, que sillonnent trois voies de communications, devait être "francisé" plus vite que les autres. Cependant les vieux paysans parlent volontiers le patois entre eux. Il leur semble qu'en employant leur langue ancestrale, ils se sentent davantage dans leur élément et que leur dialecte s'harmonise mieux avec la rusticité des travaux de la terre et de leur vie quotidienne. Peut-être même, ont-ils le sentiment de faire partie d'une classe sociale qui équivaudrait pour eux à une espèce de noblesse et utilisent-ils, dans leurs rapports, un langage qu'ils jugent être vraiment le leur.
NOTA. - les auteurs de ces glossaires étant décédés, il nous a été impossible de recourir à une transcription phonétique plus scientifique.

P. Billiet - 1958 - A travers notre folklore et nos dialectes (Bourgogne) - Tome I

Volume publié par la Commission de Linguistique et de Folklore de Bourgogne
sous le patronnage et avec l'appui
de l'Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Dijon
et de l'Association Bourguignonne des Sociétés Savantes


26 - Glossaire du patois d'Argilly - 1959

Glossaire établi par M. P. Joigneault - (27 juin 1958 et 30 janvier 1959) - A travers notre folklore et nos dialectes (Bourgogne) - Tome III

Volume publié par la Commission de Linguistique et de Folklore de Bourgogne
(Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Dijon)
avec l'appui
de l'Association Bourguignonne des Sociétés Savantes
et de l'Arche d'Or


27 - Le patois de Villers-la-Faye - 1959

Utilisant l'important glossaire établi par M. Henri Guyard, M. A. Colombet présente les remarques suivantes sur le patois de Villers-la-Faye :

    a) eau est rendu par ia : ingniâ (agneau), bia (beau), chapia (chapeau), coutya (couteau), forna (fourneau), etc...
    b) e tonique est rendu par a : amar (amer), tarre (terre), asparge (asperge), citarne (citerne), harbe (herbe), pyarire (pierre), etc... et même dans d'autres positions : sarvalle (cervelle), jalée (gelée), vermine (vermine).
    c) e, a évoluent vers o : javolle (javelle), gale (gole), loper (laper).
    d) Nasalisations nombreuses : araingnie (araignée), mingnin (magnin), fontingne (fontaine), pampillon (papillon), saingneu (saigner), etc...
    e) Diphtongaisons fréquentes : ouage (auge), croécheu (cracher), époincheu (épancher), voirje (verge), moinge (manche), rouède (raide), etc...
    f) Palatalisations nombreuses : aidyeu (aider), byan (blanc), tyée (clef), tyeu (clos), aziye (aisé), pya (peau), dyesse (glace), yeuvre (lièvre), pyarsi (persil), etc..., etc...
    g) La constatation la plus curieuse est l'existence de trois formes pour les verbes en er en français :
    - é, comme en français : ettrepé, atolé (atteler), breulé (brûler), etc...
    - eu : aboyeu (aboyer), aidieu (aider), brisyeu (briser), crieu (crier), grilleu (griller), marcheu, maingeu (manger), etc..., etc...
    - a : avola (avaler), coupa (couper), écraza (écraser), freuta (frotter), dyanna (glaner), grimpa (grimper), se maria (se marier), eubya (oublier), etc...
On peut conjecturer que les formes en eu sont issues primitivement de iare (yod + are), que les formes en a proviennent de are, et que les formes en é sont récentes ou sont des réfections. Les exceptions ne sont pas sûres car à côté de gardeu on a garda, d'alleu, alla, de montreu, montra. Quant à se maria, eubya, satia (sarcler), il s'agit probablement de formes qui ont été influencées par les verbes en a.
On peut citer comme verbes irréguliers: bourre (bouillir), courre (courir), jue (jouer), avanci (avancer), cueillé (cueillir), pieuvre (pleuvoir), secourre (secouer).

A travers notre folklore et nos dialectes (Bourgogne) - Tome III - 30 janvier et 26 juin 1959

Volumes publiés par la Commission de Linguistique et de Folklore de Bourgogne
sous le patronnage et avec l'appui
de l'Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Dijon
et de l'Association Bourguignonne des Sociétés Savantes


28 - Patois de Saint-Julien-de-Jonzy et des environs - 1963

Le patois du Charollais et du Brionnais d'après les notes de Mme Deville-Nigay.

Notre correspondante a vécu principalement à Saint-Julien-de-Jonzy et a pu recueillir le patois de cette région et des régions voisines.
Patois du Charollais et Patois du Brionnais diffèrent essentiellement par l'existence dans le premier de formes en ts, dz pour ch, j, qe, et même c ou s doux (phénomène qui a dû se produire au XIIe siècle).
Ts : tsevau (cheval), tsar (char), tsa (chat), tson (chou), Tsarolles (Charolles), cotson (cochon), vatse (vache), atseti (acheter), avantsi (avancer).
Dz : dzardin (jardin), dzolie (jolie), dzeu (jeu), dzelée (gelée), dzifle (gifle), cadze (cage), mandzi (manger), Dzean (Jean), Dzeorges (Georges).
On trouve ausi ch, j pour ç ou s doux : chaijon (saison), choupe (soupe), abechi (abaissé), mechon (moisson), pechon (poisson), méjon (maison), tcheuche (souche), betschi (bêcher), abshès (abcès) etc...

Comme autres particularités signalons qu'en Charollais les verbes en er se terminent généralement par i à l'infinitif (sauf quelques-uns comme : aimer) :
labori (labourer), petsi (pêcher), bordi (border), catsi (cacher), meuchonni (moissoner), avali (avaler) etc... Le suffixe -ier devient également i : papi (papier), poiri (poirier), greni (grenier), peni (panier), sriji (cerisier) etc... Le suffixe -ière devient ire : tsevenire (chenevière), barrire (barrière), brire (bruyère), pâtire (patière), etc...
Par ailleurs -eau, devient -iau : coutiau, ratiau, martiau, siau, tomberiau, etc..., -ui devient -eu : breu (bruit), freu (fruit), etc...
Les palatalisations s'ont assez nombreuses : byan, coupye (couple), ampyeu (ample), pyessi (plessis), doboye (double), etc...

A travers notre folklore et nos dialectes (Bourgogne) - Tome III - Mme Deville-Nigay (28 février 1963)

Volumes publiés par la Commission de Linguistique et de Folklore de Bourgogne
sous le patronnage et avec l'appui
de l'Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Dijon
et de l'Association Bourguignonne des Sociétés Savantes


29 - Patois de Chevigny-en-Valière - 1964

A travers notre folklore et nos dialectes (Bourgogne) - Tome IV - M. Chenu

Volumes publiés par la Commission de Linguistique et de Folklore de Bourgogne
sous le patronnage et avec l'appui
de l'Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Dijon
et de l'Association Bourguignonne des Sociétés Savantes


La vie quotidienne des paysans bourguignons au temps de Lamartine

30 - La vie quotidienne des paysans bourguignons au temps de Lamartine - 1975

Ceci n'est pas un glossaire du patois bourguignon (il y faudrait cinq cents pages) mais un lexique des mots de notre parler que j'ai été amené à utiliser dans mon récit car je n'en trouvais pas d'autres. Pour les remplacer, il faudrait en effet une phrase entière, voire un long paragraphe.
Le lecteur sera sans doute amusé par le rapprochement que je me suis plu à faire entre ces mots et les racines celtiques des mots les plus usuels de notre langue celtique le breton.
Je ne cherche pas, par là, à ridiculiser les étymologistes académiques qui, à ma connaissance, ne se sont jamais livrés à cet intéressant exercice. Faute de connaître cette langue sans doute. J'ai simplement voulu suggérer qu'au lieu d'aller chercher fort loin chez les Grecs, les Hébreux et les Latins et ailleurs l'origine des mots familiers de nos provinces, on pourrait d'abord fouiller, tout près de nous, dans cette riche langue, encore parlée, qui est probablement ce que l'on peut trouver de plus proche de nos anciens parlers gaulois et de plus adéquat à notre tempérament "français" en général.
Car enfin, les langues celtes furent parlées très longtemps en France. Grégoire de Tours nous dit qu'ayant à combattre l'hérésie du pélagianisme, il dut, pour envoyer ses missionnaires dans les "pays", choisir ceux de ses prêtres "qui parlaient gaulois". Cela prouve qu'en l'an 600 le paysan français parlait encore un dialecte gaulois. Rien d'étonnant donc à ce que l'on en retrouve des paillettes dans nos vieux langages, ce que je me suis amusé à faire par jeu, puis ensuite avec passion car, sur ce terrain, on va d'étonnements en émerveillements et bien des choses s'éclairent dans nos vieilles expressions et nos "lieux-dits".
Encore faut-il, bien sûr, connaître une langue celtique et je me suis toujours demandé pourquoi l’Université n'en avait jamais mis une, au moins le breton, au programme des "Humanités".

Henri Vincenot


31 - Patois local. - Saint Germain des Champs - 1980

En janvier 1980, Monsieur Louis Devoir, Maire, faisait paraître dans le journal communal de Saint Germain des Champs un " dictionnaire " du patois local. Il écrivait :

" Ce modeste recueil de mots de notre patois a surtout pour but, malgré la faiblesse de nos moyens, d'aider à sauver peut-être de l'oubli total le parler usuel de nos ancêtres.
C'est un glossaire de quelques mots qui sont de moins en moins employés dans nos conversations.
Nous avons essayé, en les orthographiant, de nous rapprocher le plus possible de leur prononciation, ici, dans notre commune de Saint Germain des Champs. "

Il est vrai qu'il faut garder mémoire de ce patrimoine qu'est la langue. C'est pourquoi nous avons repris ce travail en l'enrichissant du souvenir et de la connaissance du patois d'autres personnes de la commune.
Merci donc à Madame Renée Bachelin, Madame et Monsieur Geneviève et Jean Commaille de Lautreville, Monsieur Ferré Jean du bourg, Monsieur Jean Gaudin de Montmardelin, Monsieur Paul Millot qui ont bien voulu corriger, enrichir de mots et d'expressions ce glossaire.
Ce travail n'est pas clos. Il attend critiques et enrichissements de toutes celles et de tous ceux qui ont connaissance du patois local et souhaitent qu'en soit gardé le souvenir.

Quelques remarques préliminaires :
- Les "a " commençant un certain nombre de mots patois datent des générations fin du 19è siècle, début du 20ème. Il étaient ensuite généralement escamotés.
- L'infinitif des verbes du 1er groupe, ainsi que le participe passé se prononçait "ai" au masculin et "ée" au féminin. Nous l'écrirons donc ainsi. Le taureau o m'nai ai la fouaîre : Le taureau est emmené à la foire. La vaiche o m'née ai la fouaîre : La vache est emmenée à la foire.
- Le "c" à la fin des mots ne se prononçaient pas. Exemple "Aiveuc li" s'entendait "aiveu li".

Michel Millet

Lien : Patois local. - Saint Germain des Champs


32 - Le patois giblotin - 1980

Lien : Le patois giblotin


33 - Petit lexique du parler de Trivy - 1980

Prononciation et graphie :
Un tilde sur le premier d’un double "n" permettra de faire apparaître certaines nasalisations qui diffèrent du français. A titre d'illustration, le mot "année" (prononcé "an-née" en patois) se transcrira : "añnée", ce qui fera ressortir la nasale "an" de la première syllabe.
Le tréma au dessus d'une voyelle permettra de la détacher phonétiquement comme dans le mot «noyer» qui s'écrira : le «nöyé», le son «oi» du français ne se prononçant pas ici. On écrira également «mön aimi» («mon ami»). Donc "nöyé" se prononcera "no-yé" et "mön aimi" "mone-aimi".)
L'apostrophe servira à représenter l'amuïssement d'une voyelle inaccentuée : "ts 'min" pour "chemin".)
Une graphie particulière s'impose pour rendre compte d'un son chuintant semblable au "ich laut" de l' allemand), c'est à dire du son CH prononcé entre les dents, qui correspond en patois aux groupes consonantiques CL et FL. Il se transcrira : "çhy". Le mot "clou" s'écrira donc "çhyou" et l'adjectif verbal "gonfle" que l'on emploie pour dire qu'une vache est "gonflée", c'est à dire météorisée, (lorsqu'elle a mangé trop de trèfle), sera rendu par "gonçhye".
Il est également important de ne pas confondre deux sons très fréquents dans notre patois :
"eû" sera le son du français "feu" et: "eu" sera le son de "peur" ou "oeuf". Cette distinction permet par exemple d'éviter une confusion entre la "feûille" (la feuille) et la "feuille" (la fille). L'accent circonflexe sera aussi quelquefois utile pour différencier certaines voyelles en insistant sur leur longueur. Cela nous évitera de confondre un mot comme "atsi" (merci) de "âtsi" (le bouton d'or).
Le "h" aspiré ne se prononce pas dans les parlers de notre région. La lettre "h" sera néanmoins maintenue dans le but de rendre les mots patois plus aisément reconnaissables à la lecture.
Le "k" servira à rendre le son initiale de mots tel que «curé» ou «cuit»: «keûré», «keût».
Les groupes BL et PL qui aboutissent à un "i" mouillé en patois, seront retranscris par BY et PY comme dans "traubye" (table) ou "pyou" (pluie).
La consonne finale ne se prononcera pas (par exemple "nuit" donnera "neit", prononcé [né].)

Abréviations :
Adv : adverbe ; Adj : adjectif ; conj : conjonction ; dém. démonstratif ; excl : exclamation ; exp : expression ; loc adv : locution adverbiale nf : nom féminin ; NL : nom de lieu ; nf : nom féminin; nm : nom masculin ; NP : nom propre ; p.passé : participe passé ; pr interr : pronom interrogatif ; pr. pers. : pronom personnel ; prép : préposition ; vb : verbe

Éric Condette

Lien : Petit lexique du parler de Trivy


34 - Le patois morvandiau - 1980

Cet ensemble de documents a été réalisé approximativement entre les années 1963 et 1985.
Il représente une somme considérable d'informations (et donc de travail) sur les origines du Morvan, son histoire, sa constitution et son organisation tant humaine que physique ou économique, son environnement, son tourisme etc... Son dernier volet, l'avenir du Morvan, est un instantané permettant de voir où nous en étions et où nous sommes arrivés (ou pas...).
Toutes ces années de recherches, de compilation, de rédaction, de mise en page, de frappe (à la machine à écrire) étaient vouées à une disparition peu amène : au mieux le "Pilon" au pire "Le container"... Le résultat était le même, la perte de cette remarquable rétrospective.

Son auteur, qui a souhaité rester anonyme, a bien voulu me confier ses 1 300 pages afin que je les scanne et les mette à disposition sur ce site, évitant ainsi une regrettable disparition.
Pour en faciliter la lecture, j'ai préféré détailler les 9 documents initiaux en chapitres, soit environs 150 fichiers accessibles en un seul clic.
De plus les fonctionnalités des applications permettant la lecture des fichiers PDF vous permettent également (mieux que sur du papier) d'effectuer des recherches sur chaque document.

Lien : Le Morvan


35 - Glossaire de Mercurey - 1986

Glossaire de Mercurey

Sur les patois, il existe certes de savants ouvrages et on peut parfois se demander s'il y a encore quelque chose à découvrir ; et on peut se poser le problème de l'utilité d'un travail comme le Glossaire de Mercurey. Qu'on se rassure ; il est difficile d'interroger chaque paysan, chaque vigneron et toutes les personnes qui, comme Joseph ANCELIN, ont consacré une petite part de leur vie à noter la vie de leur village natal, ont bien mérité du patrimoine national.
Le travail de Joseph ANCELIN est d'autant plus intéressant qu'il est ancien ; les études sur les patois peuvent vieillir ; mais les faits eux-mêmes resteront toujours pleins d'enseignements ; on ne le répétera jamais assez : les enquêtes sur le patois sont comme le vin qu'on récolte à Mercurey ; chaque année qui passe leur apporte une plus grande valeur.
C'est donc le patois du début du siècle que l'auteur a noté. Il a travaillé à une époque oü les enquêteurs de l'Atlas linguistique et ethnographique de Bourgogne n'étaient pas encore nés et il a pu entendre des faits qui, dans les années 60, avaient disparu depuis bien longtemps. Ce Glossaire de Mercurey a donc une grande valeur archéologique ; aujourd'hui Mercurey est devenu un gros bourg uniquement viticole ; il y a encore quelques personnes qui connaissent le patois ; et, à côté de ces anciens vignerons, il y a l'immense majorité de la population qui ignore sans doute que son village a parlé un jour une autre langue que le français ; nous sommes persuadé que ces couches plus jeunes découvriront avec plaisir la langue de leurs ancêtres.
Note de Gérard Taverdet

Joseph Ancelin (1882 - 1969)

Cette brochure a été éditée sous le patronage de l'Association Bourguignonne de Dialectologie et d'Onomastique ; l'A.B.D.O. est une association sans but lucratif (loi 1901) qui s'est donné pour mission de faire connaître les problèmes des patois et des noms de lieux et de personnes ; pour ce, nous organisons des colloques et publions des travaux dont le faible tirage ne peut intéresser les éditeurs professionnels.


Glossaire de Rully

36 - Glossaire de Rully - 1988

René Lapierre, l'auteur de ce lexique de Rully, est médecin de campagne à la retraite. Né "par erreur" à Paris, selon sa propre expression,il est issu d'une famille qui, depuis 400 ans, s'est cantonnée dans la région comprise entre Chagny et Givry.
Parlant couramment le patois depuis son enfance, il a tout naturellement renoué les liens à peine interrompus par les années d'études. Il n'y a pas eu d'enquête programmée avec questionnaire préétabli et recherche systématique de l'échantillon de "témoins" représentatifs, mais un échange naturel et continu prendant près de 40 ans de sacerdoce. Lors de ses visites et consultations,ce médecin de campagne "ancien modèle" a su inspirer suffisamment confiance à ses patients pour qu'ils ne pratiquent pas l'auto-censure et continuent à s'exprimer librement dans leur parler familier. La première qualité du médecin n'est-elle pas de savoir écouter ?
La disparition d'un ami, parmi les derniers patoisants, a convaincu le Dr Lapierre de réunir ses notes en vue d'une publication.

Cette brochure a été éditée sous le patronage de l'Association Bourguignonne de Dialectologie et d'Onomastique ; l'A.B.D.O. est une association sans but lucratif (loi 1901) qui s'est donné pour mission de faire connaître les problèmes des patois et des noms de lieux et de personnes ; pour ce, nous organisons des colloques et publions des travaux dont le faible tirage ne peut intéresser les éditeurs professionnels.


37 - Le Patois Charolais - 1991

Le Patois Charolais

Les trente six années (1945-1981) que j'ai passées à la gérance de la Coopérative Agricole de Charolles (actuellement AC2B) m'ont permis de découvrir toute la richesse, et surtout les variétés locales de ce parler. J'ai pu ainsi constater que le patois de la région de Charolles n'est pas homogène, mais composé de deux variantes qui seront distinguées dans ce document de deux façons différentes A et B (voir Localisation).

Le critère principal de différenciation entre ces deux zones est le vocabulaire : à titre d'exemple une poussinière s'appellera "peurson" en zone A et "piounire" en zone B (du verbe piouner = pleurer). La prononciation évolue également d'une zone à l'autre : le mot fourmilière se prononcera "manzouéré" en zone A, et "manzouari" en zone B.

Le Patois Charolais Le Patois Charolais

La zone A correspond au Charolais de la plaine, calcaire et argileux, pays du "terrain gras" qui, en terme d'élevage, est traditionnellement le pays engraisseur (ou pays d'embouche).
La zone A est délimitée par les communes de Vendenesse-les-Charolles, Viry, Ballore, Baron, Gandvaux, Saint-Bonnet-de-Vieille-Vigne, Mornay, Martigny-le-Comte et une partie de Saint-Bonnet-de-Joux

La zone B correspond aux Monts du Charolais granitiques, pays du "terrain de sable" plus pauvre : c'est traditionnellement, le pays naisseur du Charolais.
La zone B est délimitée par les communes de Suin, Sivignon, Verosvres, Beaubery, Ozolles, Colombier-en-Brionnais, Gibles, Vaudebarrier, Marcilly-la-Gueurce et une partie du Haut-Mâconnais et Beaujolais.

L'évolution du parler en Charolais est donc liée à la géographie économique, dépendante elle-même de la géographie physique : la lecture de la carte de localisation montre que les frontières linguistique et géologique sont parfaitement superposables.
Cette région de la Bourgogne du sud est située dans la partie septentrionale du pays d'oil (qui se distingue par ses toits pentus couverts de tuiles plates) et au voisinage du pays d'oc avec ses toits plus plats couverts de tuiles creuses.

Emile Bonnot - 1991 - En ligne avec l'aimable autorisation de son fils Henri Bonnot

Lien : Le Patois Charolais par Emile Bonnot


38 - L'parler d'cheu nous - Lexique du patois de la Puisaye - 2001

Libre échange avec l'auteur

Un tel travail a-t-il déjà été accompli ?

    Pour répondre à cette question, il faut distinguer la Puisaye de l'Yonne. À la fin du XIXe siècle, le père Jossier avec le concours de la Société des sciences de l'Yonne, avait contacté tous les instituteurs du département pour collecter un maximum de mots et réaliser le Dictionnaire des patois de l'Yonne (1882).
    En ce qui concerne la Puisaye, on compte deux ouvrages essentiels, le Lexique du parler de Mézilles d'Henri Chéry en 1933, et Avant que langage ne meure de François-Pierre Chapat en 2000. Il existe également l'important travail réalisé par Jean Puissant, où l'Yonne et la région de la Puisaye ne sont pas distinguées, Le Patois de 1'Yonne, en 1990. Je me suis attaché, pour ma part, à la Puisaye seule, en tant que région bien spécifique de Bourgogne. J'ai voulu regrouper le maximum de mots déjà collectés par M. Jossier, H Chéry, F.P. Chapat ; j'ai tenu compte également de divers glossaires achevant plusieurs œuvres romanesques ou documentaires (l'œuvre de Colette par exemple). Je dois aussi souligner la contribution importante de l'œuvre de Fernand Clas (poèmes, nouvelles, etc.), mort en 1935 ; il est aujourd'hui considéré comme LE chantre poyaudin, et remis en valeur par les conteurs locaux.
    J'ai bien conscience de ne pas être exhaustif ; est-ce possible d'ailleurs ? Il s'agit simplement de l'approche d'un parler d'une richesse considérable ; on peut dire qu'il y a presque un patois par commune ; et au sein d'une même famille habitant dans deux villages différents, la même idée se traduira par deux mots distincts.
    En fait, il a bien fallu que j'arrête ce travail qui n'aurait jamais été terminé : je retrouve toujours des mots. - Alain Lejeune
L'parler d'cheu nous - Lexique du patois de la Puisaye

Alain Lejeune a daté l'évolution historique de ces mots, non pas à l'année près, à la manière d'un dictionnaire, mais en situant le siècle où les termes sont apparus pour la première fois dans les textes écrits. Cette perspective historique offre 1'avantage de mettre en valeur la notion de patrimoine culturel de la langue poyaudine, et rappelle au lecteur la richesse des brassages linguistiques qui ont nourri sa langue maternelle. Un voyage dans le temps fort agréable !
Il se dessine discrètement au fil des pages un intéressant tableau des différents phénomènes linguistiques ayant mené à la création des mots patois : néologismes, déformations et spécificités phonétiques viennent s'ajouter à la dérivation naturelle témoignant de la vie des mots depuis l'ancien français. On apprécie la logique désignant par bineux celui qui travaille avec une binette, ou par biquetier le berger d'un troupeau de biques (chèvres), alors que le berbitcher garde les berbis (brebis). On comprend que citrer consiste à fabriquer du citre (cidre), et entonner verser avec un entonnoir. On rencontre tour à tour le boeutier, bouvier conducteur de bœufs, ou le coquetier, marchand d'œufs et de volailles. On sourit face au r'naré, rusé comme un renard, ou devant le geigneux, très souvent en train de geindre. On aurait aimé inventer de jolis mots comme dessoiffer pour désaltérer, ou misérer pour souffrir. On acquiesce en évoquant la fruitaille pour l'ensemble des fruits, ou la rataille pour l'ensemble des rongeurs : de charmants raccourcis. Et quoi de plus naturel que la maladroiteté, la sombreté, la mauvaiseté, ou bien des diminutifs comme le garçougnot, la gaminotte, ou le poulaillon (jeune poulet) ? Tous ces savoureux néologismes nous font percevoir l'authenticité d'une langue orale toujours en évolution, directement modelée par un usage d'une étonnante vitalité.
Certains mots sont issus d'une dérivation adaptant la forme du mot à l'image évoquée par le sens. Ainsi comprend-on aisément les comparaisons implicites contenues dans s'achatrir (se détendre, s'étirer comme un chat), déjamber (faire un crochepied) ou enfondu (trempé jusqu'aux os). On ne peut trouver plus évocateur que le boursicot pour désigner le porte-monnaie, la canardouée pour le fusil de chasse, ou le cinglon pour la badine utilisée en vue de corriger 1' enfant turbulent. Le riche champ sémantique de la nourriture et de la gourmandise propose une gueulée pour une grosse bouchée et un avaloué pour un gros mangeur. Autant de témoignages d'une langue en permanente création au fil du temps.
Par ailleurs, la nécessité de simplifier un mot complexe ou d'en faciliter la prononciation a induit un certain nombre de déformations : ainsi beuglis pour beuglement, imbranlabe pour inébranlable, tuberlose pour tuberculose, flongle pour furoncle, cassiette pour casquette, guiah pour diable ... Phénomène habituel dans l'histoire linguistique d'un dialecte ou de la langue commune, la déformation des mots est toujours intéressante à observer car elle éclaire des aspects importants de la vie des habitants.
Si néologismes et déformations concernent l'évolution naturelle de toutes les langues, ce lexique met également en valeur un certain nombre de spécificités du dialecte poyaudin :

- l'effacement de voyelle en début de mot : ch'net, d'voère, d'vantier, r’bouler (chenet, devoir, tablier, écarquiller les yeux) ;
- l'effacement de consonne en fin de mot : bêtie, sottie, églie (bêtise, sottise, église). Cet effacement touche particulièrement le « r », final ou devant « e » muet : vendangeux, heu'e, cauri', confitue, bonjou ', toujou’ ;
- on note aussi la liaison omise après le pronom personnel « ils» : « Combein de charrettes il' ont rentrées ? Il' en ont rentré six dans la jornée ! » ;
- le changement de voyelle : [o]....[jo] siau, batiau, drapiau. [war].....[we] arrosouée, batoué, balançouée, armouée. ou encore varmine, sarpent, aubarge, houmme...
- le changement de consonne : dargnier, boutchier, retchuler (dernier, bouquet, reculer)
- l'inversion de lettres sur une première syllabe : eretenir, erméde, ernifler (retenir, remède, renifler) berdouille, carpiter, formage (bredouille, crépiter, fromage)
- l'ajout du préfixe a- pour insister sur le mot : ahontir, apitance, aronce (faire honte, ration de nourriture, ronce).

Toutes ces caractéristiques linguistiques propres à la langue poyaudine ne constituent toutefois que des pistes, à considérer sans en rechercher systématiquement la rigueur. Gardons-nous d'oublier qu'un dialecte est plus souple qu'une langue officielle ; ses évolutions linguistiques plus mouvantes n'obéissent pas aussi nettement à des règles phonétiques. C'est là que réside aussi tout le charme d'un patois, langue souvent insaisissable, à 1'orthographe aléatoire, et non définie officiellement ; rien n'y est fixé, si ce n'est la vitalité de ses locuteurs.
Le lexique d'Alain Lejeune met bien en évidence la nature même d'un patois. Il s'agit d'un parler régional, langue propre à une population limitée géographiquement, et qui coexiste avec la langue dominante. Kaléidoscope aux multiples facettes, un patois utilise des mots ayant plusieurs variantes dans la forme(aboidrailler, chinchelotte, gigouée), ou bien une pluralité de sens pour le mème terme (guerlotter, brâter, déargoter, safre). D'un village à l'autre, on constate ces variantes, mais l'uniformisation n'est pas nécessaire, puisque tous peuvent s'entendre en utilisant la langue nationale commune. Une telle diversité apporte au dialecte une fantaisie, une fraîcheur, une hardiesse qui lui donne beaucoup de charme, charme que la lecture du lexique laisse à découvrir page après page. Comment ne pas se laisser séduire par la saveur de certains mots comme amigouneries, bernasserie, argousin, patouillat, affranchir ... Comment ne pas ressentir, comme si les yeux se posaient sur d'anciennes cartes postales couleur sépia, cette impression d'équilibre ordinaire entre les hommes et leur paysage, entre l'âpreté du quotidien et les rires partagés d'une même communauté. - Josiane Garand.


39 - Le Patois Matourin - 2005

Le Patois Matourin

La recherche des différents mots et expressions du patois matourin a montré une grande diversité de vocabulaire. Chaque patois se différencie du village voisin, et parfois d'un hameau du village à l'autre. Les "faux amis" sont également courants, un même mot désignant des choses très différentes d'un village à l'autre. Mais cela n'exclut pas les influences subies par certains hameaux comme Argaud qui comptait 6 familles en 1950, dont 4 femmes, natives du village voisin de Saint-Pierre-le-Vieux, qui apportèrent avec elles leur dialecte. Le même type d'influences existe aussi entre le hameau de Chaux et le village de Montmelard. Ce qui explique notamment les quelques similitudes dans le patois de villages voisins, mais aussi l'existence de plusieurs termes pour désigner un seul et même mot français.

Le patois, étant un langage parlé, non écrit, ne possède pas d'orthographe normalisée. La phonétique et la racine utilisée pour le français ont été privilégiées pour l'écriture des mots. En général, la prononciation des mots patois est celle du français.
Quelques variantes doivent cependant être précisées : pour les voyelles, deux sons "eu" ont été distingués. L'un, correspondant au son "œuf", est noté "eu". L'autre, noté "eû", correspond à la prononciation de "feu" ou "vœeu".
L'accent circonflexe utilisé sur la lettre "a", précise qu'il faut insister longuement sur la syllabe correspondante. Par exemple, le mot "brâti" se prononce "braaati".
Le trait d'union "-" placé entre deux syllabes signale que celles-ci doivent être prononcées distinctement. Par exemple : "dzin-ner" ou "empra-yer".
Enfin, dans la majorité des cas, le son "che" français s'écrit et se prononce "tse" en patois, le son "ge" se dit "dze" et les syllabes "cl" et «, f1e" sont prononcées "che".

Avec l'aimable autorisation du co-président des Amis du Manoir, monsieur Alain Guérin.

Maison des Patrimoines


40 - Le patois montcellien - 2008

Lien : Le blog de Dédé


41 - Patois des Granges d'Auxonne - 2009

Le patois est un parler rural employé par un groupe relativement restreint et d'usage surtout oral.Le patois est un dialecte qui ne s'est pas élevé au rang de langue littéraire (nous n'en connaissons pas d'œuvres écrites !). Dans les faits, la plupart des villages auront, malgré leur proximité géographique, un patois différent.
De nos jours le patois a maintenant quasiment disparu de nos campagnes ; seules, quelques personnes âgées le pratiquent de façon confidentielle.

Patois des Granges d'Auxonne

Nos "travaux" auront porté uniquement sur le patois des Granges d'Auxonne – parlé bien entendu par les maraîchers, mais aussi par les artisans et les commerçants de la ville d'Auxonne et alentour.

Livre : PATOIS des Granges d'Auxonne - Association Ecomusée du Maraîchage et des Traditions Populaires du Val de Saône - 2009


42 - Le Parler nivernais morvandiau - 2009

D'une vieille famille nivernaise, l'auteur est né le 15 mars 1924 à Neuville-les-Decize de parents petits ommerçants. Etudes à la Communale puis au Cours complémentaire de Decize et à l'Ecole normale d'instituteurs de Moulins.
En 1944, il gagne le Maquis Louis, implanté dans le Morvan et dans la foulée s'engage dans l'Armée de l'Air. En 1950, de retour à la vie civile, il renonce à l'enseignement et entame une carrière de journaliste. Il débute à la Dépêche de Saint-Etienne et poursuit ses activités au groupe des journaux stéphanois Tribune, Espoir, Dépêche, en poste successivement dans la cité forézienne puis à Roanne, Nevers et Chalon-sur-Saône.

Sur plus de six cent mots répertoriés et donnés dans les pages qui suivent avec leur définition beaucoup ont trait au monde rural, aux animaux et aux travaux de la ferme.
C’est que le patois morvandiau s’est longtemps maintenu au sein du milieu paysan, dans une région isolée où il était souvent le seul vocable usité.
Dans un ailleurs proche. - et notamment entre Loire et Allier. - le secteur où nous avons largement puisé, c’est un vocabulaire différent que nous rencontrons et qui varie fréquemment, d'une région à l'autre, voire d'une commune à l'autre, mais, comme dans le Morvan, tous ces mots d’autrefois s’effacent lentement, génération après génération et tombent peu à peu daim l'oubli.

Il était grand temps de leur faire reprendre souffle.

Louis Cassiat - 2009


43 - Petit glossaire du patois de Saulieu et ses environs - 2010

Les mots figurant dans ce glossaire sont ceux utilisés dans ma famille nourricière, au hameau du Conrieux (Cne de Saulieu) dans les années 40.
Le patois étant une langue orale, j'ai essayé de transcrire en respectant au maximum la prononciation locale.Il existe des différences suivant la localisation (parfois à 10 km). Par exemple à Saulieu,on dit : "de l'aie" (de l'eau) tandis qu'à St Brisson on dit "d'yau" et qu'à quelques kilomètres au sud de Saulieu, on dit "de l'â". Les mots utilisés en Côte d'Or, dans l'Yonne, la Saône-et-Loire ou la Nièvre peuvent être très différents.
Pour conserver la correspondance de la terminaison des verbes du 1er groupe, il a été utilisé "er", mais il faut lire "è".
Pour les verbes en "ir", il a été utilisé "ir" ou "i" (sans "r" qui n'est jamais prononcé).
Lorsque le son"è" en patois correspond à la lettre "a" en français, il a été orthographié "ai" (sauf quelques oublis).

G. Duvauchelle (2010)

Lien : Petit glossaire du patois de Saulieu et ses environs


Nouveau petit dictionnaire morvandiau-français

44 - Nouveau petit dictionnaire morvandiau-français - 2012

Cet ouvrage ne constitue pas une étude étymologique et historique de la langue morvandelle. Il a été établi de la manière la plus concise où seul le mot à écrire est en relief et accompagné de sa traduction, avec ici ou là, quelques explications, les plus brèves possibles en français. Quelques annotations sur des variantes attestées aussi en usage sont quelquefois fournies lorsque cela nous a paru nécessaire.
Dans le nouveau petit dictionnaire morvandiau-français, deux termes, séparés par une virgule, sont quelquefois mentionnés dans les entrées, ex. : pouillau, pauillau = coq ; force, faurce = fourche. Le premier provient de l’écriture usuelle du morvandiau, le second de l'adaptation à l’essai de la graphie naturelle selon Roger Dron.
Ces deux couples de termes peuvent aussi indiquer deux prononciations différentes, la première réservée à la variante nivernaise du parler morvandiau, la seconde aux acceptions plus générales de cette langue, ex. : creûgnon, croûgnon = croûton ; bauler, bouâler = beugler ; empizer, empiger = entraver ; lurai, luron = mouton... D'autres acceptions, aussi employées, mais moins courantes, sont portées entre parenthèses () après la définition du terme, ex. : (queudre, coudre, coutre = noisetier).
Nous avons également voulu mettre à l’essai la graphie de è (ouvert) = ai et de é (fermé) = aí selon la proposition de Roger Dron . Tous les mots ne sont pas concernés, surtout dans le cas du è (ouvert) = aì mais nous avons cependant noté certains d'entre eux qui comportent le é (ferré) = aí avec la bivocale (diphtongue) ai et son accent aigu sur le i, ex. : touaíle : toile ; touaílette : toilette ; quaírné = de quart, de travers.
Par contre nous avons souvent écrit le son é ou è, plus ou moins ouvert ou plus ou moins fermé à l'aide de la bivocale (diphtongue) ai au lieu de é ou è.
Certains substantifs ou adjectifs ne comportent pas de déclinaison au féminin dans les entrées du nouveau petit dictionnaire. Ce sont ceux qui ne présentent pas de difficultés de déclinaison. Les autres sont accompagnés du suffixe désinentiel féminin précédé d'un trait d'union (et quelquefois de la dernière syllabe du substantif ou de l'adjectif) et mis entre parenthèses, ex. : avaigni (-e) = affaibli, affaiblie ; courandier (-ière) = coureur, coureuse ; feuillu (-use) = feuillu, feuillue ; pauillu (-use) : pauilleux, pauilleuse ; malhéru (-use) : malheureux, malheureuse.
Roger Dron emploie également l'accent aigu (´) sur le é dans le son fermé de certains mots où l'on ne l'attend pas, ex. : morvandélle, âbaudréiller = écrabouiller, bobéille = bobine du rouet, cancouélle = hanneton, daguenélles = poires séchées au four, queurnéille = corneille...
Ces sons sont fermés en morvandiau mais ouverts en français régional, parler sous la dépendance du français standard. Nous avons maintenu ce procédé dans le nouveau petit dictionnaire morvandiau-français. De Chambure utilisait aussi quelquefois ce procédé, ex. : patouéillou.

Norbert Guinot (2012)


45 - Lexique de Colombier en Brionnais - 2013

Lien : Lexique Colombier en Brionnais de Michel Nioulou


46 - Petit lexique du patois morvandiau - 2014

Entre Mhère et Brassy

Patois

    Jusqu'au milieu du XXe siècle, le patois, bien que formellement interdit à l'école, était bien vivant. Le mot, qui désigne un langage de sous-hommes, puisque parlé par des êtres dotés de pattes, et non de jambes comme les seigneurs et les bourgeois, dit assez en quel mépris on tenait ceux qui persistaient à employer les langues d'oïl (dont fait partie le morvandiau) ou d'oc que celle de la Cour puis de la République a fini par éliminer.
    Pour autant que j'en puisse juger, de mémoire, les phonèmes de notre patois étaient ceux du français, à l'exception du [r] roulé à la manière bourguignonne, dont j'eus grand mal à me défaire, alors qu'il m'eût été fort utile quand, en seconde, j'entrepris d'apprendre l'espagnol. L'oncle Lavault parlait un patois magnifique, riche en beaux subjonctifs que le français parlé avait déjà perdus. Quant à la syntaxe, elle ne différait guère de celle du français parlé.
    En arrivant à Mhère, j'étais très fiar d'en savoir de nombreux mots, appris à Brassy, mais je tombai de haut : on se moqua beaucoup de moi, parce que des différences sensibles opposaient les langues de ces deux bourgs, distants de huit kilomètres. Ainsi aujourd'hui se disait auzdeu à Brassy et auzdé à Mhère. Et c'était bien autre chose à Château-Chinon ! Naturellement, chaque tribu se gaussait du parler des autres.
    J'ai écrit pour mes lecteurs éventuels ce Petit Lexique du patois morvandiau afin de donner une idée de la langue qui a marqué mon enfance et ma jeunesse et de mieux restituer l'univers de ceux que j'ai aimés : aussi n'ai-je retenu que les mots que j'ai entendus et dont j'ai pu me servir moi-même. Paulette Lavault, ainsi que son frère Alain, Marcel Guyard et sa femme ont accepté de le corriger et le compléter, ce dont je les remercie vivement.

Remarques

    1. Il existe d'excellents dictionnaires du patois morvandiau, en particulier le Glossaire du Morvan d'Eugène de Chambure (1878, réédité en 1978), que j'ai consulté à la B.N. après être parti du glossaire de Saint-Germain des Champs publié par Michel Millet sur le site de cette commune.
    2. Ce travail n'ayant aucune prétention scientifique, je n'ai pas eu recours à l'alphabet phonétique, sauf pour le yod [y] que le français écrit y (y a qu'à), ill (sillon), i (idiot), etc. que j'ai utilisé chaque fois que cela m'a paru nécessaire à une bonne lecture : sinon, ma transcription tient compte de l'orthographe des mots français les plus proches, sauf pour le e ouvert que j'ai écrit è, le e fermé [e] que j’ai écrit é, et le o que j'ai écrit o, ot (o ouvert comme dans un os ou le nom propre Collinot) ou bien au (o fermé comme dans eau, des os).
    3. Quelques particularités de prononciation sont à noter :
      - o ou a, suivis de nn ou mm, sont nasalisés, d'où la transcription empruntée à Michel Millet de an-née (année), hon-me (homme), pon-me (pomme)
      - les sons ain et in se voient adjoindre un [ñ], d'où les graphies gamingn', lapingn', paingn’ et vingn’ ; de même un se dit ungn’ : un gamingn', mais y'en tins ungn’ : j'en tiens un.
      - enfin on traîne sur beaucoup de voyelles, d'où âbre, arâgner, etc. et, devant une voyelle, on fait sonner les deux l de elle : el-l'é ben embelli (elle a bien grossi, ce qui était un compliment dans une société où le souvenir des disettes restait vivant).

Lien : Le Témoin gaulois - Témoignages - Entre Mhère et Brassy - René Collinot - 2014


47 - Dictionnaire de patois d'Epinac

Dictionnaire de patois d'Epinac

L'Atelier Patois d'Epinac vous présente le résultat de nombreuses et passionnantes séances des jeudis après-midi.

Quinze à vingt membres très actifs, évoquent leurs jeunesses à travers de petits récits de leurs jeunesses au temps ou les anciens parlaient le patois couramment. C'est un véritable exercice de mémoire, une récolte laborieuse faite de souvenirs des activités de cette époque minière et agricole.

La richesse de ce lexique sont les exemples cités, tous tirés de ces récits, ce qui évite une mauvaise interprétation et une orthographe au plus juste, proche du langage autrefois usité à Épinac. Y ont été également ajoutés les mots rarement utilisés ou en voie de disparition de la langue française.

Attention ce petit livre est avant tout un outil de travail et de recherche. A vous Amis lecteurs de venir corriger nos manquements, nos oublis, nos erreurs.

Orthographe choisie

L'alphabet de la langue française se compose de 26 lettres alors que l'on recence 36 phonèmes en français. Aussi pour transmettre, le plus exactement possible, un langage uniquement parlé, nous avons recours à divers signes.

    Dans le cas d'une syllabe longue nous avons fait suivre le signe " ,..., " immédiatement après cette syllabe (exemple: plain,..,ne).

    L'apostrophe"' " souvant employé quand la voyelle" e "n'est pas prononcée (exemple: beuvr'ri, crouair').

    Le tiret"-" quand deux voyelle se suivent et se prononce séparèment (exemple: aigu-illon).

    Quand il faut trainer sur une voyelle celle-ci est répétée (exemple: "béét' ").

    Dans l'écriture, nous nous sommes efforcé d'éviter toute lettre ne se prononçant pas, de même les " s " finales ont été supprimés. Cependant dans les mots comme les, des, mes, tes, ses, etc ... , où le patois se prononce exactement comme le français, nous avont conservé l'orthographe française.

    Quant au son" é ",lorsqu'il correspond à un a français, nous l'avons représenté par " ai " (exemple : " faimille ").

Dans le dictionnaire patois, 1'on trouve également des mots présents dans les dictionnaires Larousse et Le Robert, quand ces mêmes mots sont anciens et peu usités, mais présents dans les textes étudiés.


48 - Mémoires Vivantes du Canton de Quarré les Tombes

Lien : Lexique du canton de Quarré les Tombes

Livres édités par "Mémoires Vivantes du Canton de Quarré les Tombes", les bénéfices sont destinés à la restauration du petit patrimoine local. Voir : Boutique


49 - Patois local - Saint Prix

Sa mère étant originaire de Saint Prix en Morvan, (jadis Saint Prix sous Beuvray) elle utilisait souvent, bien qu'ayant quitté son pays natal, et comme sa mère, des mots du langage morvandiau que je connais bien et que j'ai plaisir à retrouver dans votre glossaire (Patois local. - Saint Germain des Champs). Il se pourrait donc, si vous me le permettez, que j'ajoute quelques mots de ci de là, mais qui ne sont peut-être pas employés dans votre commune ! Je suis en train de recopier tout cela sur mon PC et j'essaierai de vous envoyer le tout si vous le souhaitez ! Mais d'ores et déjà je puis faire quelques suggestions.

Contribution de Gérard Gros

Lien : Patois local - Saint Prix


Le patois à Sornay et à la Chapelle-Naude

50 - Le patois à Sornay et à la Chapelle-Naude, vers 1950

En écrivant le patois de Sornay, nous voulions que les gens ne le connaissant pas, et qui liraient nos articles puissent le "restituer" en restant le plus près possible de l'original, même s'il est très difficile de retrouver le intonations si spécifiques à cette langue très colorée, aux expressions si riches.

1) Difficultés liées à la richesse de l'orthographe française : comment écrire un son très courant et banal mai qui, en français, a beaucoup de graphies différentes ?
Par exemple, le son "ai" peut s'écrire en français : è (ça pèse), é (événement), ai (aiguille), ais (je fais), ai (paiement), ait (lait), ei (peigne), et (cadet, jouet) ou e tout simplement (perdu, merci, essaim, aérienne, benne, hirondelle)... Il en va de même pour bon nombre d'autres sons (ain-ein-in, o ou au, an-en...).
Quelle orthographe choisir alors ? Chaque fois que cela est possible on opte pour celle qui "rappelle" le mot français. Par ex.: "il a fouait" (il a fait) et non "il a fouè" - "la grainge" (la grange) plutôt que la "gringe".
De plus, certains sons patois se prononcent différemment du son français : le 2ème "ai" de "airmaîre" ressemble plutôt au "ê" de "bêêê". On a choisi de l'écrire "aî" pour le distinguer du "ai" de "fouait".
En patois, on prononce certains sons "ain" en les "traînant", on les écrira "aîn" : la "chaîn-ne, l'avouaîn-ne". Idem pour le son "ou" quand il est "traîné" : doûter (enlever), le poûge...

2) Les mots qui s'écrivent comme le français mais se prononcent différemment en patois :
- en français le "eu" s'écrit de la même façon dans "feu" et dans "beurre". Mais on sait qu'il ne se prononce pas pareil. Or en patois, le "beurre" se prononce comme "feu". Il a donc fallu trouver comment le noter et on choisi de mettre un "eû" pour tous les mots comme "feu", en gardant le "eu" pour les autres. Ainsi, on écrit «le beûrre" ; "pieus" (= (ne) plus).
- de même, "année" en français se prononce "année", alors qu'en patois on dira "an-née". Pour le noter, on dû mettre un tiret pour séparer les 2 syllabes et montrer que l'on prononçait "an".
- le mot "aiguille" : en français on entend le "u" et le "i", mais en patois, on entend le "u" mais pas le "i", on écrira donc : "aigu'ille". (Voir plus loin le son "ill").

3) De même, le "e" nous a posé problème. Il est souvent muet à la fin des mots en français, mais en patois il arrive que l'on doive le prononcer. Pour le signaler, on a choisi de l'écrire "e" quand il devait s'entendre et de le remplacer par "'" quand il était muet. Par ex.: "la pouârte d'la graing'" ? On prononce le "e" de "pouârte" mais pas celui de "graing'".
- quand le "e" se trouve au milieu d'un mot, on est obligé de l'écrire "eu" en patois : ex. dans "peurdu", car on entend "e" et non pas "è" comme "perdu" en français.

4) On en arrive au son "ill" qui en français peut s'écrire "ill" (paille), "y" (voyou), et même "i" (pied, premier), ou "ï" (glaïeul, aïeul). Il faut bien avoir en tête que lorsqu'on écrit "ill", le "i" ne s'entend pas : pa-ille, ve-illée, rou-iller... sauf dans "famille, fille, bille, aiguille ..." !
En patois, nous rencontrons souvent le "ill" en fin de mot, par ex. "la traub'ille", "ensemb'ille". Et là encore on a dû mettre un "'" avant le "ill" sinon cela ferait "traubille" (comme famille).

5) Le plus difficile, voire impossible, est de transcrire un son patois qui n'existe pas en français : "la scia" (la claie), "le sciau" (le clos), "le scion", "le sciochi" (le clocher), "sascier" (sarcler)... (Principalement les sons "cl" qui se prononcent d'une façon bien spécifique en Bresse et que l'on a du mal à vous faire "entendre" sur papier !... Ce son est voisin de celui rencontré dans les mots de la langue allemande : mädchen – kûche – billig ...) Nous avons tranché en décidant que nous l'écririons «sci» et que nous signalerions ce son en gras.

Avec l'aimable autorisation de Monsieur André Massot

Lien : Association Mémoire de Sornay


51 - Petit lexique du parler du Val-de-Bargis

Le patois nivernais - plus précisément : le parler des habitants du Val-de-Bargis (Vallons de la Syllandre et du Mazou) avant-guerre.
C’est un enfant du pays, André Devallière, qui a su en consigner certains mots et expressions et les ordonner en un lexique dont cette publication, "en ligne", est un aboutissement inattendu. Ces mots - dont certains nous paraissent aujourd'hui à peine intelligibles - constituent alors le vocabulaire quotidien de la petite communauté rurale formée par les habitants des hameaux du moulin et du Pressour (Châteauneuf-val-de-Bargis, Nièvre). Ainsi s'interpelle-t-on, gentiment, autour du lavoir : " vins don là que j'te biche ! " parfois, le ton monte : " té vas-t-y m'bafuter longtemps ? " alors adolescent, l'auteur, entre deux balades à vélo, saisit au vol les hannetons et, parfois, telle ou telle expression. Quelques années plus tard, il a l'heureuse idée de coucher ces dernières sur un cahier d'écolier.
Ressusciter ce parler, aujourd'hui inusité, n'est pas une entreprise aisée. Pour y parvenir, l'auteur choisit avec raison de replacer ces mots dans leur contexte, en les insérant dans des exemples destinés à "rendre" l'accent local, très spécifique et très appuyé, aux "r" fortement roulés. Il appartient au lecteur de fournir un effort équivalent et de se donner la peine d'essayer de lire à haute voix ces bribes de conversations interceptées par l'adolescent. C’est une humanité oubliée, ni meilleure ni pire, qui se rappelle à notre souvenir. À cette occasion, on mesure une fois encore que rien ne justifie la condescendance avec laquelle, parfois, on la considère. Les expressions savoureuses ne manquent pas. Elles raviront tous ceux qui aiment les mots et, surtout, seront l'occasion d'entendre à nouveau battre le cœur d'un monde à jamais disparu, qui fut pourtant, des décennies durant, celui de nos ancêtres - en une époque où le temps filait moins vite qu'aujourd'hui. Merci à tous ceux qui, tel André Devallière, prennent le temps de témoigner : la vie y gagne en sens.

Petit lexique du parler nivernais du Val de Bargis : André Devallière
Mise en page : Philippe Cendron

Lien : Petit lexique du parler nivernais du Val de Bargis


52 - Journal d'une ferme en Bourgogne

50 mots - Sur les 110 hectares dans la vallée de l’Arroux à l’extrémité sud du Morvan j’élève les célèbres vaches blanches charolaises dont la renommée n’est plus à faire ; une dizaine d’hectares est consacrée à des cultures fourragères vivrières (blé, orge, avoine, triticale) destinées à nourrir les animaux durant la période hivernale.
Les lecteurs de mes différents billets trouveront ici un glossaire de mots ou d’expressions du patois morvandiau ou tout simplement propre à notre métier que j’enrichirai au fil des semaines.

Lien : Journal d'une ferme en Bourgogne


53 - Lexique de patois amognard

Le gros travail que nous avons réalisé sur le patois amognard, et cela après plusieurs années de collectage, de lectures et de compilation, est une oeuvre éditoriale et donc une création intellectuelle.
J'espère que vous comprendrez aisément donc, que vous pouvez nous citer et mettre un lien vers notre page, mais ne pas intégrer notre travail.

Lexique du langage du canton de St-Benin d'Azy et quelques éléments en provenance de : La Machine, Magny-Cours, Luthenay-Uxeloup et St-Parize le Châtel recueillis au cours du XXème siècle par Mme. Fernande VAGNE (1907 - 2000).
Synthèse et mise en forme : P. de Haut.

Pour accéder au lexique (qui ne fait plus partie de cette compilation), suivez ce lien : Lexique de patois amognard


54 - Patois des Amognes et de la région de Saint Benin des Bois

Wiki nivernais, base de connaissances consacrée au département de la Nièvre au service des historiens, généalogistes et chercheurs. Ce projet est collaboratif, gratuit, c'est un élément majeur du projet GenNièvre.

Mots et expressions entendus dans la région de St Benin des Bois, proposés par Francis Hagel et Jacques Girard.

Liens : Accueil GenNièvre - Page patois


55 - Répertoire de notre patois à Varennes le Grand

Nous sommes des descendants des Éduens : ce peuple de la Gaule celtique installé dans la Nièvre et dans notreSaône et Loire, qui coopéra avec les Romains en participant à la constitution de leurs légions, avant de se rallier à Vercingétorix. Ceci n’expliquant pas forcément tout cela, nous pratiquons un patois que les "Sociétés savantes" désigneraient comme un parler régional, où se mêlent des racines latines non-usuelles du type bas-latin et latin ecclésiastique, gauloises et plus précisément celtes, voire germaniques. Nous particularisons ce parler par l’altération "forcée" de certaines syllabes, l’utilisation de verbes désuets aux conjugaisons particulières, l’usage complexe de diphtongues (deux timbres successifs émis dans une même syllabe), la pratique d’élisions (la voyelle élidée est remplacée par une apostrophe)…et en abusant, à dessein, de consonnes "alvéolaires" prononcées avec un contact entre la langue et les alvéoles (renflement du palais derrière les dents du haut) "sifflant" les "ch" et les "ss" et que nous écrirons "sh" pour rappeler la particularité phonétique... que le lecteur voudra bien admettre, ainsi que le "î" accentué long et le "ÿ" couronné extra-long.
Après chacune des deux guerres mondiales et le développement des transports, le brassage des populations et l’importation d’argots : certains mots ont été influencés ; mais voilà comment on "causait" au Meix Bouroux, rue de Mirande, à Varennes le Grand, jusqu’au XXème siècle.
Pour sauvegarder l’intérêt de ce répertoire, nous exclurons beaucoup de mots usuels, qui sont issus d’une altération simple du français, par exemples :

    "e" en "a" : fer/far, veste/vaste, hier/hiar, misère/ misare, dégel/dégeal, éternuer/étarnuer…
    "o" en "ou" : donner/dounner, côté/coûté, sonner/sounner,…
    "al" en "au" : animal/animau, cheval/ch’vau,…
    "eau" en "iau" : veau/viau, râteau/râtiau, couteau/coutiau, manteau/mantiau,… et bien d’autres…

Hubert Brun

Lien : L'Égarouillôt - Bulletin N°3 de l'atelier Patois du Sud Chalonnais


56 - Le patois de Sivignon

Lien : Le patois de Sivignon d'Olivier Chambosse


57 - Patois de la région de Cosne sur Loire

Lien : Patois de la région de Cosne sur Loire


58 - Parler un peu bourguignon - Donzy-le-Perthuis

Lien : le site web de Donzy-le-Pertuis n'exixte plus !
WebArchive : Parler un peu bourguignon


59 - Le patois du Châtillonnais...

Le patois n’est pas une langue, mais la déformation du français, variant d’une région à l’autre. L’instruction primaire devenant obligatoire depuis 1881, l’école devenait laïque, le patois y perdit sa place.

En lisant le si joli poème d'André Mary "le grapillot" je me suis souvenue de notes sur notre patois Châtillonnais que j'avais prises il y a fort longtemps...
Il faut dire que je connais bien le patois de Saône et Loire, spécialement de Saint-Léger sur Dheune et du Creusot d'où ma famille est originaire... Ce patois possède un nombre incalculable de mots, si riches qu'un linguiste en a d'ailleurs rempli un livre de plus de 500 pages, c'est vous dire ...
Lorsque je suis arrivée dans le Châtillonnais, j’ai trouvé un patois, certes encore vivant, mais beaucoup moins important en nombre de mots que celui auquel j'étais habituée...
Néanmoins j'ai peu à peu consigné ces mots que l'on utilisait dans les villages, et dans la famille de mon mari par exemple...
J’ai retrouvé hier mon petit carnet, et j'ai pensé qu'il serait intéressant de faire revivre ce patois Châtillonnais si sympathique...
Si vous, amis lecteurs Châtillonnais, connaissez d'autres termes patois que je n'ai pas cités, ce serait sympa de me les faire connaître ….

ChrisTal de Saint Marc(Pseudo)

Lien : Le patois du Châtillonnais...